UNESCO 70th anniversary logo 70th UNESCO Anniversary

Du passé au futur

Du passé...

L'UNESCO a été fondée en 1945 pour développer « la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité », comme moyen pour construire une paix durable. Son travail novateur a contribué à changer le monde et notre manière de communiquer entre nous et de nous comprendre.

Au cours de ses premières années d'existence, l'UNESCO a contribué à la reconstruction d'écoles, de bibliothèques et de musées détruits pendant la Seconde Guerre mondiale, et a servi de forum intellectuel international pour l'échange d'idées et de connaissances scientifiques.

Avec l'adhésion entre les années 1950 et 1970 de nouveaux États membres ayant acquis leur indépendance, l'Organisation a porté son attention sur l'accès à l'éducation des filles et des garçons, et renforcé la lutte contre l'analphabétisme, qui restent ses défis majeurs.

Dans les années 1970, l'UNESCO a donné l'alerte sur l'appauvrissement de la biodiversité. Son Programme sur l'homme et la biosphère (MAB) joue un rôle prépondérant dans la protection de l'environnement, depuis son lancement en 1971. Cherchant à réconcilier l'utilisation et la conservation des ressources naturelles, il est pionnier en matière de développement durable.

La Campagne de Nubie, dans les années 1960, pour la sauvegarde des plus célèbres monuments d'Égypte de la montée des eaux du barrage d'Assouan, a transformé la vision du patrimoine culturel et de sa protection. Cette campagne a inspiré la création du programme du Patrimoine mondial, dédié à la sauvegarde de sites de valeur universelle exceptionnelle, jetant ainsi les fondations d'une action plus large visant à préserver aussi le patrimoine culturel immatériel et documentaire, et à promouvoir la diversité culturelle sur la base du respect des droits de l'homme.

En soutenant les radios communautaires, les centres multimédia et les formations des journalistes, et en apportant son aide aux gouvernements pour l'élaborations de lois sur les médias et le développement de services de haut-débit, l'UNESCO a défendu la liberté d'expression et les droits des citoyens à l'information, contribuant ainsi à édifier les sociétés du savoir de demain.

En savoir plus

...au futur

L'UNESCO est convaincue que dans cette ère d'immenses changements sociaux, il est impératif d'investir dans l'humain : l'éducation, la diversité culturelle, la recherche scientifique et l'ingéniosité humaine permettront de mener à bien le développement qui est indispensable pour un avenir juste et durable.

Apprendre n'est toujours pas à la portée de millions de filles et de garçons. L'analphabétisme empêche des centaines de millions de femmes et d'hommes de participer pleinement à la vie sociale. Le chômage des jeunes est un défi mondial. L'éducation reste une priorité absolue dans le nouvel agenda de développement établi par la communauté internationale. L'UNESCO plaide en faveur de l'apprentissage tout au long de la vie, équitable et de qualité, et mobilise à cet effet les gouvernements ainsi qu'un large éventail de partenaires.

Le changement climatique, la réduction de la biodiversité et la sollicitation croissante des ressources naturelles confèrent un rôle de plus en plus important aux programmes de l'UNESCO relatifs à l'océan, aux ressources en eau douce et au partage des connaissances dans le domaine des sciences naturelles et des sciences sociales.

La culture - une force pour le dialogue, la cohésion sociale, la croissance économique et la créativité - reste au coeur de la mission de l'UNESCO. L'Organisation est convaincue que la culture doit constituer une priorité de l'Agenda pour le développement post-2015, qui devrait reposer sur le respect des droits de l'homme, et être axé sur la gouvernance et l'état de droit.

Voici pourquoi la liberté d'expression demeure d'une importance cruciale et pourquoi l'UNESCO continuera de plaider en faveur des technologies d'information et de communication, de construire les sociétés du savoir, et de combler le fossé numérique.

Next slide

L'UNESCO fête ses 70 ans, en organisant des événements partout dans le monde, tout au long de cette année d'anniversaire. Parmi les moments saillants de cette célébration: l'Hommage à Mandela (31 octobre 2014), l'événement spécial « L’UNESCO : 70 ans au service de la dignité humaine » (28 avril 2015), et le Forum des dirigeants (16 novembre 2015).

Retrouvez ici tous les événements passés, présents et futurs, et rejoignez la célébration de l'anniversaire de l'UNESCO.

  • Séminaire international – Faire face au changement climatique : la réponse des écoles du réSEAU

    07 Décembre 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    A l'occasion de son 70e anniversaire, et comme contribution phare à la Conférence 2015 des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21) et la mise en œuvre de l'article 6 de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, l'UNESCO organise un séminaire international sur l’éducation au changement climatique afin de mobiliser les écoles du Réseau des écoles associées de l'UNESCO (réSEAU) pour des actions liées au changement climatique.

    L'événement présentera des bonnes pratiques d'action du réSEAU et démontrera que l'éducation est cruciale pour lutter contre le changement climatique. Il accueillera également des experts et des responsables politiques pour soutenir les écoles du réSEAU à intensifier leur travail dans le domaine du changement climatique et de l'EDD.

  • Forest Whitaker : Reflections on UNESCO's 70th Anniversary

    16 Novembre 2015

    Où: 
    France

    Women and men around the world remain shocked and saddened by the recent terrorist attacks in Paris and Beirut. This tragic loss of life was perpetrated by hateful individuals who ascribe to a close-minded ideology that rejects diversity in any form. The intent of these actions was to divide us, to make us view the world from these extremists’ perspective as “us” versus “the others.” Instead, this tragedy has brought us closer together. The outpouring of support for the victims that has come universally from leaders and citizens in every nation of the world—from the Americas to Africa to the Middle East to East Asia—shows that people across continents and cultures stand in solidarity, united by our commitment to peace and tolerance.

    On November 16, 1945—exactly 70 years ago this week—UNESCO was founded with the explicit purpose of advancing this same principle, of bringing people together across cultures. UNESCO’s constitution rightly notes that “ignorance of each other’s ways and lives” has so often, throughout human history, been a source of conflict and that, “since wars begin in the minds of men, it is in the minds of men that the defenses of peace must be constructed.” For the past seven decades, UNESCO has devoted itself to fostering mutual respect and encouraging an active international exchange of culture and ideas.

    It has been my privilege to work with UNESCO these past few years to help facilitate these cultural and intellectual exchanges between people of all backgrounds and to collaborate with youths around the world to solidify in the minds of men—and women—the defenses of peace. This work has allowed me to witness some of the extraordinary progress that we as an international community have made over the last 70 years. In our daily lives, we routinely interact with and depend on people from different countries and cultures in a way that the founders of UNESCO could not have imagined. I believe they would view this openness and willingness to cooperate across languages, cultures, races, and nationalities with pride and approval. On the whole, we are becoming a more tolerant world, one that is increasingly eager to embrace our differences.

    As we observe the 70th anniversary of UNESCO’s founding, it is important to recognize this progress. But it is equally essential, especially in light of the recent tragedies, to acknowledge the significant work that remains. In 1995, in commemoration of its 50th anniversary, UNESCO declared November 16 to be the International Day of Tolerance, a day on which the world would come together every year to recommit itself to promoting tolerance, education, and understanding.

    So I hope that we also reflect this week on what can be done to make our world a more tolerant place. Because, while countries and economies around the world become more interdependent with each passing day, some men and women, mired in cycles of extreme poverty and conflict, are being left behind. And, although the world on the whole may be more tolerant today than it was several decades ago, there remain stubborn contingents in almost all nations that still espouse explicit and implicit racism, xenophobia, and extremism. Devotion to tolerance, and to UNESCO’s founding principles, requires that we treat violence, poverty, or intolerance anywhere as a threat to peace everywhere.

    We can all participate in this process. Too often, we view tolerance as an abstract concept that comes to bear only on issues of race, culture, or diversity. In fact, tolerance is a frame of mind that can positively shape all of our social interactions. Tolerance, at its core, is a willingness to listen. It is a rejection of the notion that we are always right in favor of the view that other people can contribute to our understanding of the world. My hope is that good women and men from all nations continue to strive every day to become more open-minded and more willing to learn from the people around them.

    May those who lost their lives in recent attacks rest in peace, and may we all honor their legacy by working together to further the progress of the last 70 years and create a world of peace and tolerance that all citizens of the globe will share.

    FOREST WHITAKER, UNESCO Special Envoy for Peace and Reconciliation 

    *  *  *

    About The Whitaker Peace & Development Initiative

    The Whitaker Peace & Development Initiative (WPDI) is a non-governmental organization with an international scope and reach, founded by social activist and UNESCO Special Envoy for Peace and Reconciliation, Forest Whitaker in 2012. WPDI develops an array of peace-building programs, initiatives and campaigns to foster peace and reconciliation in disadvantaged and fragile communities in the different regions of the world, including Africa, Latin America and the United States. WPDI seeks to bring good men and women together and to empower them to become peace leaders and agents of positive transformations in their countries and communities. We believe that young people, so often recruited to perpetuate destructive cycles of violence, have the passion and creativity to lead their communities down a different path, one of peace and sustainable development.

  • Célébration du 70e anniversaire de l’UNESCO au Bureau de Brazzaville

    16 Novembre 2015

    Où: 
    Brazaville
    République démocratique du Congo

    Dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), le personnel du Bureau de Brazzaville s’est retrouvé le 16 novembre 2015 dans la salle de réunion pour commémorer cet évènement, à travers une session d’échanges et de réflexion autour des valeurs de paix et de vivre ensemble, à l’ère de la montée du terrorisme et  de l’extrémisme dans le monde.

    Deux moments forts ont marqué cette journée, notamment le mot de circonstance par le Chef de Bureau et les échanges et débats sur les questions liées à la citoyenneté mondiale, autour d’un repas.

    D’emblée, le Chef du Bureau de Brazzaville (Madame Ana Elisa de Santana Afonso) a rappelé le contexte et la genèse de l’UNESCO ainsi qu’une séquence célèbre de l’acte constitutif de notre Organisation qui stipule que  «  C’est dans l’esprit des hommes que naissent les guerres, c’est également dans l’esprit des hommes qu’il faut élever les défenses de la paix ».

    Ce mot a été suivi d’un visionnage du film de Nelson Mandela réalisé de Justin Chadwick intitulé « Mandela, un long chemin vers la liberté » pour susciter des échanges, débats et réflexions sur les sources de conflits et les outils de prévention et résolution de conflits.

    Aussi, à travers un tour de table, le personnel du Bureau de Brazzaville a noté que, loin de tout esprit de revanche, Nelson Mandela, malgré ses 27 ans passés en prison, a choisi de coopérer avec le pouvoir en place pour libérer pacifiquement l’Afrique du Sud de l’apartheid. Ce film a mis en exergue la force du dialogue, de la communication, de la tolérance, de la non-discrimination, du partage, du pardon et de la négociation pour la prévention/résolution de conflits et le vivre ensemble dans la diversité culturelle et politiques. Mandela fut alors l’icône et un modèle de renonciation et de leadership.

    Pour conclure, le Chef du Bureau a souligné que Mandela incarne les principes éthiques prônés par notre Organisation. Dans cette période marquée par le terrorisme, le combat de Mandela est celui de l’UNESCO dont le but est d’impulser le changement par l’éducation, la culture, les sciences, de changer la mentalité du fatalisme et de la violence  gratuite, a-t-elle ajouté.

    Cette célébration  a coïncidé avec la commémoration de la journée internationale de la tolérance, qui est une condition nécessaire à la paix et au progrès de tous les peuples.

     

  • Forum des dirigeants

    16 Novembre 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    Le 16 novembre 2015, l’UNESCO célébrera le 70e anniversaire de l’adoption de son Acte constitutif.

    Afin de marquer cet évènement, l’Organisation tiendra le Forum des dirigeants de la Conférence générale du 16 au 17 novembre 2015, de sorte qu’il coïncide avec cette célébration.

    Cette rencontre de haut niveau sera réservée aux discours des chefs d’État et de gouvernement des États membres, qui seront invités à exprimer leur point de vue et leur vision concernant l’UNESCO et sa place sur la scène internationale aujourd’hui et demain, alors que l’Organisation célèbre 70 ans d’action et que la communauté internationale se tourne vers le programme de développement durable post-2015.

    Le thème principal du Forum des dirigeants sera la commémoration du 70e anniversaire de l’UNESCO. Il sera donc organisé selon une formule différente de celle des forums précédents et ne constituera pas un segment du débat de politique générale – qui se tiendra, comme à l’accoutumée, pendant la première semaine de la Conférence. Les discussions du Forum des dirigeants feront partie des travaux officiels de la Conférence.

    Calendrier:
    - Les discours des chefs d´’Etat et de gouvernement des Etats membres commenceront le matin du lundi 16 Novembre 2015 et se poursuivront pendant la séance de l’après-midi du même jour ainsi que pendant les séances plénières (matin et après-midi) du mardi 17 Novembre 2015, en fonction du nombre de chefs d’Etat et de gouvernement qui participeront au Forum.
    - Pendant la pause déjeuner du lundi 16 Novembre 2015, la Directrice Générale recevra les chefs d’Etat et de gouvernement lors d’un déjeuner officiel.
    - Le soir du lundi 16 Novembre 2015, les participants sont invités à un concert offert par l’Orchestre mondiale pour la paix (World Orchestra for Peace) en Salle I, qui sera suivi d’une intervention de la Directrice générale et de celles des trois anciens directeurs généraux de l’UNESCO.
    - Par la suite, les participants seront invités à une projection architecturale multimédia sur les façades de l'UNESCO. Cette projection aura pour but de souligner des événements marquants de l’histoire de l’UNESCO à l’occasion de son 70e anniversaire.

  • Soif de Paix : Récitation de poésie par Ko Un avec spectacle de musique par Yang Bang Ean en commémoration du 70ème anniversaire de l'UNESCO

    01 Novembre 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    Cet événement culturel, organisé conjointement avec l'UNESCO, la Délégation permanente de la République de Corée auprès de l'UNESCO et la Commission nationale coréenne pour l'UNESCO, mettra en vedette des poèmes pour la paix par Ko Un, un poète de renommée internationale de la République de Corée, et un spectacle de musique d'un célèbre compositeur et pianiste, Yang Bang Ean.

    A travers la poésie qui montre sa vive sensibilité, l'ampleur et la profondeur de son imagination ainsi que la maturité de sa compréhension de la vie humaine, Ko Un exprimera son désir ardent pour la paix et la réconciliation du monde entier. Yang Bang Ean, accompagné de sa musique, contribuera également au croisement des arts.

  • Bilan et perspectives: vers un nouvel ordre mondial?

    29 Octobre 2015

    Où: 
    Luxembourg
    Luxembourg

    À l’occasion des 70 ans de l’ONU et de l’UNESCO, l’Association Luxembourgeoise pour les Nations Unies (ALNU) et la chaire UNESCO en droits de l’homme à l’Université du Luxembourg organisent un forum sur le sujet “Bilan et perspectives : vers un nouvel ordre mondial?”. Plusieurs intervenants prendront la parole durant le forum dont le Ministre des Affaires Etrangères et Européennes, M. Jean Asselborn qui y exposera ses réflexions.

    Programme.
    • Mot de bienvenue par un représentant de l’Université du Luxembourg
    • Intervention par M. André Rollinger, président de l’Association Luxembourgeoise pour les Nations Unies
    • Intervention artistique par les élèves de la Chorale de l’École Privée Sainte-Anne d’Ettelbruck, faisant partie du réseau des écoles associées de l’UNESCO
    • Intervention par M. le Prof. Jean-Paul Lehners, titulaire de la Chaire UNESCO en droits de l’homme à l’Université du Luxembourg
    • Intervention artistique par les étudiants du groupe de théâtre eDuDRaMe de l’Université du Luxembourg
    • Discours de M. Jean Asselborn, Ministre des Affaires Etrangères et Européennes
    • Table ronde avec M. le Ministre, le président de l’ALNU, le titulaire de la Chaire UNESCO, un représentant des étudiants de l’International Relations Club (IRC) et un représentant des élèves de l’Athénée de Luxembourg, faisant partie du réseau des écoles associées de l’UNESCO.

  • Namibia celebrates UNESCO 70th anniversary

    28 Octobre 2015

    Où: 
    Windhoek
    Namibie

    Namibia celebrated UNESCO’s 70th anniversary in Windhoek on 28th October 2015. The well attended event was a result of the cooperative efforts between the Namibia National Commission for UNESCO (NATCOM) and UNESCO Windhoek Office.
    The 70th anniversary celebration reflected on UNESCO’s work in Namibia and revisited UNESCO’s orientations and programmes for the next decade and beyond. The event also highlighted the relevance of the Organization’s mandate and priorities in Namibia with particular focus on Sustainable development Goals in line with Namibia’s own Developmental Plans and strategies.

    Quoting his Excellency Hage Geingob, President of the Republic of Namibia, the keynote speaker at the celebrations, Honurable Itah Kandjii-Murangi, Minister of Higher Education, Training and Innovation said, “Namibia is a child of international solidarity, midwifed by the United Nations.”

    She added that, “this reminds us that the United Nations organisations such as UNESCO contributed immensely to the struggle for our independence, and to this day our global partners continue to provide technical and financial support towards our development.”

    Honourable Kandjii-Murangi also emphasised that Namibia will continue to cooperate with UNESCO to implement the new post 2015 Development Agenda.

    “We expect UNESCO to play an increasing role in the post-2015 Development Agenda. The just concluded 197th session of the Executive Board of UNESCO reiterated the role of UNESCO to support Member States in delivering on the Sustainable Development Goals (SDG’s),” she said.

    Speaking at the same event, UNESCO Windhoek Head of Office, Dr Jean Pierre Ilboudo highlighted some of the contributions of UNESCO’s work in Namibia.

    “The office drives UNESCO’s mission to contribute to the building of peace, eradication of poverty, sustainable development and intercultural dialogue through education, the sciences, culture and communications and information,” said Dr Ilboudo.

    The former Prime Minister of Namibia Rt. Honourable Nahas Angula gave his reflection of UNESCO’s collaboration with Namibia before independence.

    “My association with UNESCO dates back to around 1974 when I was in Zambia where I started a school for Namibian exiled children. UNESCO provided monthly stipends for teachers under an assistance program for the liberation movements,” he said.

    A documentary about UNESCO’s contributions to Namibia was also screened at the event.

    The event was also attended by Ms. Kiki Gbeho, United Nations Resident Coordinator, members of the United Nations Country Team, Professor Tjama Tjivikua, Rector of Polytechnic of Namibia and Mandela Kepere, Executive Chairperson of the National Youth Council, and members of the diplomatic community.

  • Faire la différence: Soixante-dix ans d'actions de l'UNESCO

    28 Octobre 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    125, Avenue de Suffren
    75007 Paris
    France

    Quel est l'impact des idées et des initiatives de l'UNESCO? Comment les valeurs et les idéaux de l'UNESCO ont-ils été traduits dans la pratique au cours des 70 dernières années? Pourquoi l'histoire est importante pour l'UNESCO? Telles sont les questions que 17 historiens abordent au cours de cette conférence à l’occasion du 70eme anniversaire de l’Organisation, couvrant un large éventail de sujets, de la conservation du patrimoine mondial à la reconstruction post-conflit, de la construction de la paix à la diffusion des connaissances. L'objectif est d'arriver à une meilleure compréhension de la pertinence de l'UNESCO et de sa capacité à élever les défenses de la paix dans l'esprit des hommes et des femmes.

    9.30-10.30: Cérémonie d’ouverture
    • M. Getachew Engida, Directeur général adjoint de l’UNESCO
    • S. Exc. M. Mohamed Sameh Amr, Président du Conseil exécutif de l'UNESCO
    • M. Hao Ping, Président de la Conférence générale de l'UNESCO
    • Son Altesse Royale la Princesse Marie du Danemark, Protectrice de la Commission nationale danoise pour l’UNESCO
    • Projection avec son et images historiques

    10.30-10.45: Introduction
    • Poul Duedahl (Université d’Aalborg, Danemark): En dehors du Siège: Sur l’histoire globale de l’UNESCO, 1945-2015

    10.45-12.30: Sous-thème: Routes du savoir
    • Edgardo C. Krebs (Institut Smithsonian, Washington DC, USA): Vulgarisation de l’anthropologie, lutte contre le racisme : Alfred Métraux et le Courrier de l’UNESCO
    • Céline Giton (Chartreuse de Neuville, France): Armes de distribution massive: l’UNESCO et le rôle essentiel des livres
    • Suzanne Langlois (Université de York, Toronto, Canada): Et Action ! : l’ONU et l’UNESCO, et la coordination des films d’information, 1945-1951

    14.30-16.00: Sous-thème: Reconstruire un monde dévasté par la guerre
    • Samuel Boussion (Université Paris-8, France), Mathias Gardet (Université Paris-8, France) & Martine Ruchat (Université de Genève, Suisse): Les enfants victimes, l’UNESCO et la promotion d’un modèle international de communautés d’enfants après la Seconde Guerre mondiale
    • Takashi Saikawa (Société Japonaise pour la Promotion de la Science, Tokyo, Japon): Retour à la communauté internationale : l’UNESCO et l’après-guerre au Japon, 1945-1951
    • Miriam Intrator (Ohio University, USA): A la recherche de la paix à travers un monde axé sur les bibliothèques

    16.00-17.30: Sous-thème: Experts sur le terrain
    • Jens Boel (Archives de l’UNESCO, France): Le programme de l’éducation de base de l’UNESCO, 1946-1958: Vision, actions et impact
    • Josué Mikobi Dikay (Université Pédagogique Nationale et l’Université Protestante au Congo, Kinshasa, D.R. Congo): Education pour l’indépendance: L’UNESCO dans le Congo post-colonial
    • Anabella Aarzúa Cutroni (Universidad Nacional de Cuyo, Mendoza, Argentina): Le flux des experts de l’UNESCO vers l’Amérique latine : Sur l’impact asymétrique des missions, 1947-1984

    Jeudi le 29 octobre 2015

    9.30-10.30: Conférencier d’honneur
    • Elikia M'Bokolo (École des hautes études en sciences sociales de Paris, France): Pourquoi l'Histoire? Réflexions sur la pertinence des sciences historiques pour l'action de l'UNESCO

    10.45-12.30: Sous-thème: Mise en œuvre de la paix dans les esprits
    • Thomas Nygren (Université d’Uppsala, Suède): L’UNESCO enseigne l’histoire: mise en œuvre de la compréhension internationale en Suède
    • Inés Dussel (Departamento de Investigaciones Educativas del Centro de Investigación y Estudios Avanzados, Mexico) & Christian Ydesen (Université d’Aalborg, Danemark): L’UNESCO et l’amélioration des manuels d’histoire au Mexique, 1945-1960
    • Aigul Kulnazarova (Université de Tama, Japon): Le rôle de l’UNESCO dans la réconciliation en Asie de l’est: le Japon d’après-guerre et la compréhension internationale

    14.00-15.30: Sous-thème: La mise en œuvre du patrimoine mondial
    • Aurélie Elisa Gfeller & Jaci Eisenberg (Institut des hautes études, Suisse): L’UNESCO et la construction du Patrimoine universel
    • Agnès Borde Meyer (Paris 1 Pantheon Sorbonne, France): Sauvegarde de l’Iran et de l’Afghanistan: sur les efforts de l’UNESCO dans le domaine de l’archéologie
    • Celine Lai (Université chinoise de Hong Kong, République populaire de Chine): L’UNESCO et le patrimoine chinois: une campagne en cours pour atteindre un niveau de qualité mondiale

    15.30-15.45: Observations finales
    • Chef archiviste Jens Boel, UNESCO & Professeur Poul Duedahl, Directeur du Projet d’histoire globale de l’UNESCO

    15.45-16.00: Clôture de la conférence
    • Présidente de la commission nationale danoise pour l’UNESCO, Professeur Linda Nielsen, Université de Copenhague, Danemark

    La conférence sera modérée par Vincent Defourny, Directeur de la Division de l’information du public de l’UNESCO

  • Association des anciens fonctionnaires de l'UNESCO (AAFU) - Conférence de M. Federico Mayor Zaragoza

    27 Octobre 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    75007 Paris
    France

    L'association des anciens fonctionnaires de l'UNESCO (AAFU) organise une conférence de M. Federico Mayor Zaragoza (Directeur général 1987- 1999), dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO.
    L'AAFU a invité M. Federico Mayor Zaragoza à prononcer une Conférence qui sera suivie d’une séance de questions/ réponses (Siège de l'UNESCO, Salle IX, de 15h à 17h30)

    Cette Conférence marquera également le lancement de l’ouvrage intitulé "Federico Mayor Zaragoza et l’Actualité de l’UNESCO", publié par l’AAFU, avec l’appui de l’Organisation.

    M. Mayor dédicacera l’ouvrage à la fin de la séance.

  • UNESCO Regional Office for Southern Africa celebrates UNESCO's 70th anniversary

    26 Octobre 2015

    Où: 
    Harare
    Zimbabwe

    The UNESCO Regional Office for Southern Africa (ROSA) in Harare (Zimbabwe), celebrated UNESCO's 70th anniversary through three events under the theme "70 years of experience for 17 Goals" linking up with the Sustainable Development Goals, from 26 to 28 October 2015:

    70th Anniversary event celebrating 70 years of UNESCO and pledge of support to the newly adopted SDGs under Agenda 2030

    Under the theme “70 Years of Experience for 17 Goals” the UNESCO Regional Office for Southern Africa organised an event, highlighting UNESCO’s contribution to peace and sustainable development over the last 70 years. The meeting, attended by UNESCO staff and national commissions from the region, government officials, ambassadors, Heads of UN agencies and partners, reconfirmed UNESCO’s strong commitment to the recently adopted Sustainable Development Goals (SDGs), which will succeed the MDG agenda after 2015. The event helped to create stronger awareness about the SDGs, and about the importance of partnerships and collaboration between a wide range of partners and stakeholders, which will be essential for their successful implementation.

    Regional Meeting of National Commissions and UNESCO

    On 28 October 2015, the UNESCO Regional Office for Southern Africa hosted a strategic planning meeting between UNESCO field offices and national commissions in the region. The meeting discussed about ways to strengthen the cooperation between UNESCO field offices and National Commissions at national and regional levels. The meeting recognised the importance of stronger collaboration, which is expected to contribute to improved effectiveness, impact and visibility of UNESCO’s support to member states and the region as a whole. Besides, the meeting aimed at strengthening partnerships and cooperation between national commissions of member states in the region.

    Regional Education strategic planning meeting

    The UNESCO Regional Office for Southern Africa organised a Regional Support Strategy Workshop on Education, held in Harare on 26 and 27 October 2015. With the theme “Developing an Education Support Strategy for Southern Africa”, the workshop was a platform for governments, National Commissions and UNESCO Education Program Specialists to draft an Education Support Strategy and Regional plan of action for Southern Africa.

    This follows a series of regional conferences, national consultative meetings and country desk studies in education, focusing on teachers (August, Mozambique), education for sustainable development (September, Zimbabwe), literacy (October, Namibia),  and Technical and Vocational Education and Training (October, Zimbabwe). The various initiatives along with the recommendations of the international framework for action for education for post-2015 discussed at the World Education Forum paved way towards the drafting of various national and regional recommendations to support the sector of education in Southern Africa in line with the post-2015 agenda.

  • UN@70 - UNESCO World Heritage Represents Indonesia in UN70 “TURN THE WORLD UN BLUE” Campaign

    24 Octobre 2015

    Où: 
    Borobudur
    Indonésie

    On 24 October 2015, more than 150 monuments, buildings, museum, bridges and iconic buildings in more than 45 countries around the world were lit up blue, the official color of the United Nations, to mark the 70th anniversary of the United Nations. In Indonesia, National Monument (Monas) and Borobudur Temple Complex, one of the key UNESCO World Heritage Sites, participated in this global campaign.

    UNESCO Office Jakarta in consultation with the United Nations Information Centre (UNIC) Jakarta and in coordination with the Ministry of Foreign Affairs, the Ministry of Education and Culture and PT. Taman Wisata Candi Borobudur, Prambanan & Ratu Boko (PT. TWC) actively supported the participation of Borobudur in “Turn the World UN Blue” campaign,

    On the evening of 24 October from 7 to 9 pm, Borobudur was turned blue with 10 20,000 watt lights. The special event was attended by Mr. Marsis Sutopo (Head of Borobudur Conservation Office), Ms. Chrisnamurti (Head of Borobudur Unit of PT. TWC), representatives of UNESCO Office Jakarta, staff of Borobudur Conservation Office and PT. TWC, as well as a number of journalists and photographers.  

    More information

     

  • Célébration Umami+ du 70e anniversaire de l'UNESCO

    22 Octobre 2015

    Où: 
    Café des Chefs, restaurant du pavillon Français à l'EXPO Milano 2015
    Milan
    Italie

    Informations détaillées disponibles en anglais
    .

  • Commémoration du 50ème anniversaire du Programme de l'eau de l'UNESCO en Asie et dans le Pacifique par le Bureau de l'UNESCO à Jakarta.

    19 Octobre 2015

    Où: 
    Medan
    Indonésie

    Pour marquer au niveau régional, la commémoration des 50 ans de programme de l'eau à l'UNESCO, le Bureau de l'UNESCO à Jakarta organise avec la participation de la famille de l'eau de l'UNESCO en Asie et dans le Pacifique, un événement spécial les 19 et 20 octobre 2015, la ville de Medan en Indonésie.
    En ligne avec la 23e édition du Comité directeur régional pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique (RSC-SEAP) du PHI, qui se tiendra les 19 et 20 octobre 2015 à Medan, en Indonésie; le Bureau de l'UNESCO, Jakarta organisera une séance d'une demi-journée consacrée à la commémoration du 50e anniversaire de programmes de l'Eau de l'UNESCO en Asie et dans le Pacifique. La commémoration sera composée de trois activités principales:
    - La cérémonie d'ouverture, avec les discours du professeur Kaoru Takara, Président du PHI RSC-SEAP et le Professeur Shahbaz Khan, Directeur du Bureau de l'UNESCO, Jakarta
    - Le lancement de la brochure intitulée: "Célébration du 50e anniversaire du Programme Eau de l'UNESCO en Asie et dans le Pacifique: réalisations et défis à venir". La brochure présente un bref historique de PHI dans les activités de la région et les principaux ainsi que les résultats de certains pays de l'IHD à PHI
    - Présentation de réussites sur la mise en œuvre des programmes de l'IHD et PHI dans les pays sélectionnés.
    - La projection des films d'eau, couvrant les différents aspects de l'eau et mettant en évidence les actions de l'UNESCO dans le domaine de l'eau.

  • Conférence régionale sur l'éducation au VIH et à la santé reproductive en Afrique du Centre et de l'Ouest : état des lieux et perspectives

    07 Octobre 2015

    Où: 
    King Fahd Palace, Dakar, Senegal
    DAKAR
    Sénégal

    La Conférence sera un évènement de plaidoyer majeur pour sensibiliser les gouvernements à l'importance de l'éducation au VIH et à la santé reproductive pour les jeunes, et pour les mobiliser dans le cadre d'une dynamique régionale

    La Conférence régionale réunira les représentants des ministères en charge de l’Education et des ministères de la Santé de 24 pays, les communautés économiques régionales, la société civile, les agences des Nations Unies et d’autres partenaires techniques et financiers.

    Les ministères en charge de l’éducation et de la santé des pays de l’AOC reconnaissent le besoin d’accélérer la mise en œuvre de programmes d’éducation nationaux de qualité pour réduire les grossesses précoces, les IST (dont le VIH), et les violences de genre, et identifient les éléments d’une dynamique régionale pour soutenir cette accélération.
    La conférence permettra également de présenter les indicateurs de base qui, dans les prochaines années, permettront d’améliorer le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre des programmes d’ESR et de ses résultats au niveau national et régional.

    En se basant sur les données présentées et sur les défis et leçons venant d’autres régions, les participants réfléchiront à des stratégies adaptées au contexte régional pour accélérer la mise en œuvre d’une ERS de qualité.

  • Bravo Niagara! Présente le festival "North Star: Voices of Freedom"

    02 Octobre 2015

    Où: 
    3 Jordan Street
    Niagara-on-the-Lake -- L0S 1J0,
    Canada

    En l'honneur de la Décennie internationale des Nations Unies pour les personnes d'ascendance africaine: recon"naissance,Justice et Développement (2015-2024), Bravo Niagara! présentera le Festival North Star: Voices
    of Freedom", une initiative qui permettra d'utiliser la musique et d'autres formes d'art pour donner voix à la richesse de Niagara.

    Informations détaillées disponibles en anglais.

  • La jeunesse et la citoyenneté active à travers les valeurs de l'UNESCO

    01 Octobre 2015

    Où: 
    Schools at the Prefecture of Serres
    Serres
    Grèce

    Le Club UNESCO de Serres organise une série de visites éducatives pour les écoles de l'enseignement primaire et secondaire, dans la préfecture de Serres, afin d'informer les étudiants sur les valeurs de l'UNESCO et la notion de citoyenneté active.
    Lors des visites, les élèves auront l'occasion de débattre sur la démocratie, les droits et obligations des citoyens, de la nécessité de participer et de prendre des décisions pour leurs communautés.

  • Evénement organisé par la Commission nationale slovène dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO

    26 Septembre 2015

    Où: 
    Castle Podsreda
    Slovénie

    The Slovenian National Commission has organized its central event in support of UNESCO´s 70th Anniversary. The event took place at Castle Podsreda on Saturday 26 September 2015, in the heart of one of Slovenia´s Biosphere Reserves under UNESCO´s MAB Programme, named Kozjanski park (http://kozjanski-park.si/).

     

    More than 100 participants gathered this Saturday morning in this medieval place in a very natural surrounding. Our event started with opening addresses, among them also by the President of the National Assembly of the Republic of Slovenia (Slovenian Parliament) and the Minister of Education, Science and Sport, responsible for UNESCO. The key note address on UNESCO´s value in modern time was given by the President of the National Commission for UNESCO.

     

    During two “World Café” rounds, participants were given the opportunity as to exchange their opinions and reflections on important topics: (1) “UNESCO´s World Heritage Today” – the round table was moderated by the Director of the Ljubljansko barje Park (Prehistoric Pile Dwellings Around the Alps – UNESCO World Heritage Site) and (2) “Rapprochement of Cultures – Intercultural Dialogue” – moderated by the Chairman of the Slovenian African Society (national from Mali) and a representative from the Islamic community in Slovenia.

     

    After a relaxing excursion through the parks of the MAB Biosphere Reserve Kozjanski park, the participants gathered once more in a final plenary discussion as to wrap up the results from the World Café.

     

    Beside of the main event, the Slovenian UNESCO Youth Network organized the so called Slovenian UNESCO Youth Summit. Around 50 young people from all over Slovenia came together (from ASP Schools and university students) and discussed actual UNESCO issues that matter for youngsters. The Youth Summit took place also in Podsreda Castle. Young coordinators from the Youth Summit took the chance as to present the “Slovenian Youth Initiative” that was adopted by the Youth Summit at the final plenary discussion with all other participants of the main event.

     

    Altogether, young and “old”, closed up this wonderful day at Podsreda Castle listening to the Slovenian UNESCO Performance “JAZ SEM TI – I AM YOU”, a great performance with music from all over the globe, presented by young Slovenian and international musicians in cooperation with “Glasbena mladina Slovenije” (Music Youth Slovenia). The performance was moderated by two of our young UNESCO Heralds.

     

     

    Video: PART 1; PART 2

    [[{"fid":"247024","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":"","field_title[en][0][value]":"","field_copy[und][0][value]":"","field_caption[en][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"368","width":"708","class":"media-element file-full"}}]]

  • 4e Conférence générale de la Coalition des villes en Amérique latine et les Caraïbes contre le racisme, la discrimination et la xénophobie

    21 Septembre 2015

    Où: 
    Villa Ocampo
    Buenos Aires
    Argentine

    Le 4e Conférence générale de la Coalition des villes en Amérique latine et les Caraïbes contre le racisme, la discrimination et la xénophobie a lieu dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire de l’UNESCO, ainsi que de la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine (2015-2024) de l’ONU et le Programme de développement durable pour 2030.
    Dans ce contexte, cette Coalition invite ses villes membres à explorer des stratégies pour renforcer le réseau de municipalités de manière durable, afin de développer et de mettre en place des politiques publiques efficaces contre toutes formes de discrimination. La Conférence sera également l’occasion de renforcer la collaboration inter-régionale entre les villes à travers des plateformes telles que la Coalition internationale des villes contre le racisme (ICCAR).

  • Humanity Photo Awards (HPA) 2015

    18 Septembre 2015

    Où: 
    Shangri-La City
    Chine

    Since 1998, China Folklore Photographic Association (CFPA) has launched a call to photographers all over the world to document folklore phenomenon extensively and in depth. To this end, CFPA founded Humanity Photo Awards, a biennial international photographic contest.
    .

  • Artiste de l’UNESCO pour la paix, Elisso Bolkvadzé organise la Soirée de Gala « Musique pour la paix »

    15 Septembre 2015

    Où: 
    Batoumi
    Géorgie

    La Soirée de Gala « La musique pour la paix », organisée par Elisso Bolkvadze, Artiste de l’UNESCO pour la paix, s’est tenue le 15 septembre 2015 en marge du Festival de Batumi, Géorgie
    Cette soirée, placée sous le haut patronage de l’UNESCO, a eu lieu dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’UNESCO. De nombreuses personnalités, connues tant au niveau national qu’international, étaient présentes à cet événement magistral en hommage à la paix et à la musique comme vecteur de transmission de la paix à travers le monde. Monsieur Eric Falt, Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et l'Information du public, représentait l’UNESCO lors de cet événement.

    « À l'UNESCO, nous sommes convaincus que la promotion, à l’échelle mondiale, des diverses expressions musicales à travers des initiatives tels que ce Festival joue incontestablement en faveur de la compréhension mutuelle et du dialogue », a souligné Monsieur Falt dans son allocution lors de la Soirée de Gala. Il a également saisi cette occasion pour renouveler ses félicitations les plus sincères à Mme Elisso Bolkvadze pour la réussite de ce Festival exceptionnel et pour son soutien sans faille aux actions de notre Organisation en sa qualité d’Artiste de l’UNESCO pour la paix.

    La célèbre pianiste géorgienne Elisso Bolkvadze a été nommée en qualité d’Artiste de l’UNESCO pour la paix en janvier 2015 en reconnaissance de son engagement pour accompagner les jeunes talents dans leur éducation musicale et leur créativité, notamment grâce à sa Fondation LYRA. En 2012, Elisso Bolkvadze a créé la Fondation LYRA dans le but d’accompagner les jeunes prodiges géorgiens dans leurs études et de favoriser l’éclosion de leur talent et de leur créativité artistiques. En sa qualité d’Artiste de l’UNESCO pour la paix, Elisso Bolkvadzé est plus étroitement associée aux actions de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation des enfants affectés par les conflits.

  • Forum mondial des sciences sociales : « Transformer les relations mondiales pour un monde juste »

    13 Septembre 2015

    Où: 
    Durban International Conference Center
    Durban
    Afrique du Sud

    Le Forum mondial des sciences sociales (FMSS) est organisé par le Conseil international des sciences sociales (CISS), le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) et le Conseil de la recherche en sciences humaines (Afrique du Sud), ainsi qu'un consortium d’institutions de recherche, des ‘think-tanks’ africains et des organisations qui s’occupent de politiques sociales. La Directrice générale de l’UNESCO a accordé le patronage de l’UNESCO à cet événement.

    La Sous-Directrice générale pour les sciences sociales et humaines, Mme Nada Al-Nashif, représentera la Directrice générale de l'UNESCO lors de la cérémonie d'ouverture.
    L’UNESCO, par le biais de son Programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST), organisera et assistera aux événements suivants :

    13 septembre - 16h-17h30

    Le panel dédié à “Réaliser la parité entre les genres : mobiliser les sciences sociales et les droits humains »

    Présidente de la séance : Françoise Caillods, Conseillère principale pour le Rapport mondial sur les sciences sociales, Conseil international des sciences sociales.

    Mme Romina Caravello, Chef de Cabinet, Ministère du Développement Social du Gouvernement de la République d’Argentine, représentant S. E. la Ministre Alicia Kirchner, Ministre du Développement Social et Présidente du Conseil Intergouvernemental de MOST.

    Intervenants:

    M. Pierre Sané, Fondateur et Président d’ « Imagine Africa Institute » et Parrain du FMSS. Il a été auparavant secrétaire général d'Amnesty International, Sous-directeur général des sciences sociales et humaines de l’UNESCO Paris, Directeur Régional (Afrique Centrale et de l’Ouest) du Centre de Développement pour les Recherches Internationales au Canada.

    Prof. Roseanne Diab, Directrice générale de l’Académie des Sciences d’Afrique du Sud et Professeurs Emérite de l’Ecole des Sciences Environnementales, Université de KwaZulu-Natal.
    John Crowley, Chef de Section - Recherche, politique et prospective, UNESCO

    14 septembre - 12h30-15h30

    Le panel « Contribuer à un monde juste dans le cadre de l’agenda de l’après-2015 : quel rôle pour les sciences sociales ? », auquel assisteront des ministres de plusieurs régions, des intervenants de haut-niveau et des chercheurs afin d’aborder notamment des enjeux-clés de l’Agenda de l’après-2015 dont l’éradication de la pauvreté et la réduction des inégalités sociales.

    Panélistes

    Présidence de la séance: Mme Nada Al-Nashif, Sous-Directrice générale pour les sciences sociales et humaines, UNESCO

    Commentateur: S.E. M. l’Ambassadeur Dr. Zola Skweyiya, ancien Président du Conseil Intergouvernemental de MOST et ancien membre du Comité exécutif de l’ANC (ancien Ministre du Développement Social de l’Afrique du Sud) et Haut-Commissaire d’Afrique du Sud auprès du Royaume-Uni)

    Intervenants:

    Discours introductif : S.E. Dr. Belio Kipsang, Secrétaire principal, représentant S.E. le Professeur Jacob Kaimenyi, Secrétariat du Cabinet du Ministère de l’Education, de la Science et de la Technologie du Kenya, et Président du 1er Forum des Ministres du Développement social pour l’Afrique de l’Est.

    Les ministres et hauts-représentants suivants, apporteront des réponses de leur point de vue national et régional :

    S.E. Betty Tola, Ministre de l’Inclusion Economique et Sociale d’Equateur et Vice-President du Conseil Intergouvernmental du programme MOST.
    S.E. Dr. Paul Oquist Kelley, Ministre et Secrétaire privé pour les politiques nationales du Nicaragua.
    S.E. Sheik Mohammed bin Said bin Saif al Kalbani, Ministre du Développement Social du Sultanat d’Oman
    S.E Bathabile Dlamini, Ministre du Développement Social d’Afrique du Sud.
    S.E. Dr. Abu Bakar Mohamad Diah, Vice-Ministre, Ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation de Malaisie.
    M. Pablo Prosperi, Chef de Cabinet, Sous-Secrétariat des Relations internationales, Ministère des Affaires étrangères, représentant S. E. la Ministre Alicia Kirchner, Ministre du Développement Social et Présidente du Conseil Intergouvernemental de MOST

    La session ministérielle sera suivie d’un panel dédié à la recherche avec des représentants des partenaires du Programme MOST :

    Président de la séance: Dr. Wiseman Magasela, Directeur général adjoint, recherche et Politique du développement, Département du développement social, Université d’Afrique du Sud.
    Remarques introductives : M. Michael Woolcock, Membre du Comité du Conseil scientifique du programme MOST, Conférencier (Politiques Publiques) Harvard Kennedy School, Spécialiste du Développement social auprès du Groupe la Recherche sur le développement auprès de la Banque mondiale à Washington D.C.

    Suivi de :

    Dr. Ebrima Sall, Secrétaire général, CODESRIA
    Dr. Pablo Gentili, Secrétaire général, CLACSO
    Dr. Seteney Shami, Directeur-Général, Conseil arabe pour les Sciences sociales.
    M. Mathieu Denis, Directeur exécutif intérimaire, Conseil International des Sciences Sociales

    15 septembre - 11h-12h30

    Le panel dédié au Centenaire de Sir Arthur Lewis, commérera les travaux de l’économiste Sir Arthur Lewis.

    Président de la séance : Dr. Pedro Manuel Monreal Gonzales, UNESCO

    Intervenants:
    Dr. Mark Figueroa.
    Présentation: “Arthur Lewis’s, sa vie, son oeuvre : des leçons durables pour un développement global”

    Dr Godfrey St Bernard
    Présentation: “La politique sociale et ses implications dans la mise en oeuvre d’une justice sociale dans les Petits Etats : le rôle de la dynamique de la population mondiale »

    S.E. Jane Soomer, Ambassadeur de Sainte Lucie auprès de la CARICOM et de l’OECD
    « La pertinence des travaux d’Arhur Lewis afin de relever les défis contemporains dans les Etats insulaires en développement”.

    ---------
    Ceci est le troisième Forum mondial des sciences sociales. Il réunira plus de 1 000 spécialistes en sciences sociales, des décideurs et d'autres intervenants pour aborder des questions sociales et les résultats des recherches des sciences sociales qui contribuent à un monde juste.

  • Le Festival de musique Batoumi célèbre le 70e anniversaire de l'UNESCO

    10 Septembre 2015

    Où: 
    Batumi
    Géorgie

    Local and international musicians and ensembles are coming to Georgia’s seaside city of Batumi to perform in a classical and folk music festival celebrating the 70th anniversary of UNESCO
    Informations détaillées en anglais

  • Célébration du 70e anniversaire de l'UNESCO en Nouvelle Zélande

    08 Septembre 2015

    Où: 
    Wellington
    Nouvelle-Zélande

    2015 marque les 70 ans de la création de l'Organisation des Nations Unies pour les sciences, l'éducation et la culture.Mondialement reconnue, l'UNESCO a été créée avec pour mission de construire "les défenses de la paix dans l'esprit des hommes», comme le poète nord-américain Archibald MacLeish, suggéère et reflète dans la Constitution. Elle a été fondée en 1945 pour développer la "solidarité intellectuelle et morale de l'humanité "comme un moyen de construction d'une paix durable.
    Informations détaillées disponibles en anglais.

  • L'UNESCO salue l'importance de la musique comme force de construction de la paix

    25 Août 2015

    Où: 
    Samarkand
    Ouzbékistan

    On the occasion of the 10th edition of the Sharq Taronalari International Music Festival that was held under UNESCO’s auspices in Samarkand from 25 to 30 August 2015, Mr Eric Falt, UNESCO’s Assistant Director-General for External Relations and Public Information, paid a visit to Uzbekistan.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • UNESCO Meeting - Bioethics and Climate Change

    18 Août 2015

    Où: 
    Sala de Conferencias, Edificio MERCOSUR
    Montevideo
    Uruguay

    LE 18 août a eu lieu la troisième réunion de l'UNESCO dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire de l'Organisation a eu lieu. A cette occasion, le Bureau régional pour les sciences en Amérique latine et dans les Caraïbes a réuni d'éminents chercheurs internationaux qui ont parlé de bioéthique et de changement climatique.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Table ronde internationale | “70 ans UNESCO – promouvoir la paix par l’éducation, la science et la culture”

    07 Août 2015

    Où: 
    Sozopol
    Bulgarie

    La Fondation Sozopol a organisé une Table ronde internationale “70 ans UNESCO – promouvoir la paix par l’éducation, la science et la culture”
    En partenariat avec la Commission nationale pour l’UNESCO, le Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine immateriel sous les auspices de l’UNESCO, Sofia, et le Palais national de la culture.

  • 70 ans de l'UNESCO : culture et patrimoine

    23 Juillet 2015

    Où: 
    Sala de Conferencias, Edificio MERCOSUR
    Montevideo
    Uruguay

    Jeudi 23 Juillet , la deuxième des cinq réunions prévues dans le pays à l'occasion de la célébration du soixante-dixième anniversaire de l'Organisation, a eu lieu, organisée conjointement par la Commission nationale uruguayenne et par le Bureau régional de l'UNESCO à Montevideo.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • École d'été en information et des médias, KazNU

    09 Juillet 2015

    Où: 
    Sports camp of KazNU on Lake Issyk-Kul, p. Bosteri, Kyrgyzstan
    Lake Issyk-Kul, p. Bosteri, Kyrgyzstan
    722103 Cholpon-Ata
    Kirghizistan

    9 - 12 Juillet 2015 sera tenu ІII International Summer School de journalisme et de communication "information et des médias: But ou un outil pour le développement durable?" dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO, ainsi que la Semaine mondiale d'information et des médias (MIL) et consultations mondiales pour les objectifs de développement durable de l'ONU après 2015.
    Formation à l'École d'été est consacrée aux thèmes suivants:

    - Alliance mondiale pour le partenariat sur les médias et à l'information;
    - Semaine mondiale d'information et des médias;
    - Consultations globales pour les objectifs de développement des Nations Unies après 2015.

    Pendant les pauses élèves fréquentent la performance des mélodies uniques par des groupes de la région de Kyzylorda du Kazakhstan ethno-culturelle. Les conférences seront organisées sur maîtrise de l'information, Internet et Nouvelles alphabétisation, ainsi que l'atelier sur FOE / FOI alphabétisation.

    Camp des sports de KazNU sur le lac Issyk-Kul, village Bosteri, le Kirghizistan: Lieu

    Bureau de l'UNESCO à Almaty soutenir cette école d'été dans le cadre du programme "Améliorer le bien-être et la qualité de vie dans la région de Kyzylorda à travers la mise en œuvre des approches innovantes pour fournir des services économiques, sociaux et environnementaux à la population locale, y compris les plus vulnérables ", mis en œuvre conjointement Gouvernement de la République du Kazakhstan et le Bureau des Nations Unies au Kazakhstan: UNESCO, le PNUD, le FNUAP, ONU Femmes, l'OMS et l'UNICEF. Durée du projet: Juillet 2014 - Décembre ici 2016.

  • Spectacle | Danses et musiques d’ailleurs…

    03 Juillet 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters / Siège de l'UNESCO
    125, avenue de Suffren
    75007 Paris
    France

    Danses et musiques d'ailleurs est un jeune festival, né en 2014, qui vise à promouvoir et à valoriser les arts et traditions populaires du monde.
    Comme pour la première édition, ce premier vendredi de juillet sera l’unique occasion de voir se produire les six ensembles réunis pour la programmation 2015 en Île-de-France. Parés de leurs costumes, masques et autres ornements traditionnels les nombreux artistes interpréteront musiques, danses, chants et arts de la scène traditionnels de leur pays respectif. Une grande parade à la découverte du patrimoine culturel de l’Arménie, de la Colombie, de la France (Bretagne et Martinique), du Pérou, du Sri Lanka et du Togo.

    -------------------------------------------------------
    Sur inscription, dans la limite des places disponibles :
    culturescroisees.billetterie@hotmail.com
    Informations : www.cultures-croisees.fr
    -------------------------------------------------------

  • Inauguration d'une chaire UNESCO à l'Université Kadir Has

    01 Juillet 2015

    Où: 
    Kadir Has University Campus
    Istanbul
    Turquie

    Irina Bokova , Directrice générale de l'UNESCO prononcera un discours dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO, discours qui portera sur la sauvegarde du passé pour un avenir meilleur pour tous.
    .

  • Tournée musicale de l’Orchestre et du Chœur de l’UNESCO, dans le cadre du 70e anniversaire de l’UNESCO

    27 Juin 2015

    Où: 
    Oaxaca
    Mexique

    La tournée musicale du chœur de l’UNESCO s’est déroulée du 27 juin au 8 juillet 2015 a Oaxaca, Mexique, Ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Ce projet a été réalisé grâce à une organisation tripartite :
    • Le Chœur et l’Orchestre de l’UNESCO, dirigé par son Directeur musical et artistique Jorge Lozano-Corres et son Comité.
    • Les hautes instances du Mexique, représentées par M. José Javier Villacaña Jiménez, Président Maire de la ville d’Oaxaca, qui ont pris en charge toute la logistique et l’organisation de tous les différents événements.
    • La section musicale de l’Amicale du Conseil de l’Europe qui a prêté son concours avec le dynamisme de son Président Emmanuel L’Héritier et les chanteurs du Conseil de l'Europe

    Trois concerts exceptionnels ont été ainsi organisés avec plus de 30 œuvres exécutées par 150 musiciens, chanteurs et solistes, par les ensembles musicaux de l’UNESCO, les enfants de l’Orchestre et le Chœur « Aztèque de Oaxaca » qui appartiennent au programme national, le Chœur de la ville et des musiciens de la région de Oaxaca, en partenariat avec les chanteurs du Conseil de l’Europe.
    Le premier concert a été donné le 1er juillet dans le magnifique temple de Santo Domingo, construit en 1575 et classé par l’UNESCO au Patrimoine culturel mondial. Au programme, le Requiem de Fauré, suivi de la messe du Couronnement de Mozart, avec à l’extérieur une retransmission sur un écran télévisé géant.

    Le concert du 3 juillet s’étant déroulé en plein air, a été offert à toute la population, avec un programme composé d’œuvres de Haydn, Mozart, Brahms, Dvorak, Tchaïkovski, Verdi. Et en final, la création « Cantabile », du compositeur contemporain originaire de Oaxaca, Victor Martinez.

    Le dernier concert, le 4 juillet intitulé « Opéra Gala » a couronné la fin de la tournée avec au programme des extraits d’opéra : l’ouverture des Noces de Figaro de Mozart, « Oh mio bambino caro » de l’opéra de Puccini, des extraits de la Flûte enchantée de Mozart et des extraits de plusieurs opéras de Verdi. Il a été donne dans le théâtre de la ville de Macedonio Alcala

    A l’issue de ces trois concerts, les discours se succédèrent pour remercier la Directrice-Générale de l'UNESCO, Mme Irina Bokova. Les autorités d’Oaxaca ont remis en main propre au maestro Jorge Lozano-Corres, les trois diplômes destinés à remercier Mme Bokova pour son engagement dans la culture, le patrimoine mondial et la musique.

    [[{"fid":"250678","view_mode":"media_original","fields":{"format":"media_original","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":"","field_title[en][0][value]":"","field_copy[und][0][value]":"","field_caption[en][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"218","width":"327","class":"media-element file-media-original"}}]]

    [[{"fid":"250679","view_mode":"media_original","fields":{"format":"media_original","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":"","field_title[en][0][value]":"","field_copy[und][0][value]":"","field_caption[en][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"184","width":"327","class":"media-element file-media-original"}}]]

  • 70 ans de l'UNESCO : son impact en Amérique latine

    17 Juin 2015

    Où: 
    Paraninfo, Universidad de la República, UDELAR
    Montevideo
    Uruguay

    Le 17 Juin, le Bureau régional de l'UNESCO pour la science en Amérique latine et dans les Caraïbes, en collaboration avec la Commission nationale de l'Uruguay pour l'UNESCO a ouvert une série de réunions avec la société uruguayenne par une conférence sur "70 ans de l'UNESCO: son impact en Amérique latine". L'activité a eu lieu dans le cadre des célébrations que l'Organisation effectue dans le monde entier à l'occasion de son 70e anniversaire.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Résultats du projet UNESCO/UE sur l’inclusion de la culture dans les programmes de développement

    05 Juin 2015

    Où: 
    BOZAR
    Rue Ravenstein 23
    1000 Brussels
    Belgique

    Cette session de haut niveau a pour objectif, à travers échanges et discussions, de tirer un premier bilan du Projet UNESCO/UE, d’en mesurer les résultats et les impacts sur les systèmes de gouvernance de la culture (partenariats entre gouvernements et société civile, coordination interministérielle, financements innovants, etc.) et le renforcement des capacités humaines et institutionnelles dans le domaine des politiques publiques pour les industries culturelles et créatives.

    La discussion s’appuie notamment sur les résultats effectifs des missions d’assistance technique. Par exemple, adoption de la première stratégie sur les industries créatives en 2013 au Vietnam; approbation de la politique sur les industries créatives aux Seychelles et création d’une Agence spécialement dédiée aux industries culturelles. Les experts et représentants des pays bénéficiaires partagent leçons, bonnes pratiques et défis rencontrés.
    Ce débat permet ainsi de tirer un enseignement de ces quatre années d’assistance technique, notamment sur le plan méthodologique, de réfléchir sur les modalités innovantes de la coopération pour le développement et d’ouvrir des perspectives d’action futures, afin d’assurer la pérennité des résultats obtenus depuis 2012.

  • Réunion du Comité Directeur du Réseau GRAPHIC pour l’évaluation des ressources en eaux souterraines face aux pressions humaines et climatiques

    29 Mai 2015

    Où: 
    France

    Le Programme hydrologique international (PHI) de l’UNESCO organise la réunion du Comité Directeur du Réseau GRAPHIC pour l’évaluation des ressources en eaux souterraines face aux pressions humaines et climatiques qui se tiendra le 29 mai 2015 au Siège de l'UNESCO à Paris, France.

    GRAPHIC est une plate-forme pour l'échange de connaissances entre les experts en eaux souterraines, les gestionnaires des ressources, et les décideurs politiques visant à promouvoir et à faire progresser la gestion durable des eaux souterraines en prenant en considération les effets liés au changement climatique et les activités humaines.
    La réunion vise à examiner les activités antérieures de GRAPHIC, ainsi que discuter le plan stratégique pour les activités à venir (plan de travail, le programme, stratégie de collecte de fonds). La réunion sera également consacrée à la présentation des méthodes innovantes pour les politiques de gestion des ressources hydriques (eaux de surface, eaux souterraines, glaciers) à travers l'utilisation de données satellitaires.

    La réunion permettra également la préparation de la participation de GRAPHIC à la 21e session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11).

  • Semaine africaine 2015

    26 Mai 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    Célébration de l'édition 2015 de la semaine africaine à l'UNESCO, sous le thème "L'UNESCO et l'Afrique, 70 ans après".
    Programme du 26 mai 2015:
    Cérémonie d'ouverture, Foyer de la Salle I, 11h30-12h00
    Cocktail, Piazza Suffren, 12h00-13h00
    Exposition, Salle des Pas Perdus, 11h30-18h00
    Bazar, Salle Miro, 11h30-18h00
    Projection du Film "Timbuktu", d'Abderrahmane Sissako, Salle IV, 17h30-19h30

    Programme du 27 mai 2015:
    Exposition, Salle des Pas Perdus, 10h00-18h00
    Bazar, Salle Miro, 10h00-18h00
    Conférences, Salle IV, 10h00-13h00 Table ronde 1 « L’Afrique, le terrorisme et la culture de la paix »; puis 15h00-17h00: Table ronde 2 : « L’UNESCO et le développement durable en Afrique »
    Projection du film Virunga, de Orlando von Einsiedel, 17h30-19h30 (Salle à confirmer)

    Programme du 28 mai 2015:
    Exposition, Salle des Pas Perdus, 10h00-18h00
    Bazar, Salle Miro, 10h00-18h00
    Cocktail déjeunatoire, Piazza Suffren, 13h00-15h00
    Conférence de la Fondation Africafrance, Salle IV, 15h00-17h00
    Projection du film "Le plus vieux écolier du monde" de Justin Chadwick, Salle IV

    Programme du 29 mai 2015:
    Exposition, Salle des Pas Perdus, 10h00-18h00
    Bazar, Salle Miro, 10h00-18h00
    Soirée de Gala, Salle I, 18h00-20h00

  • Forum 2015 du Sommet mondial sur la société de l'information

    25 Mai 2015

    Où: 
    World Intellectual Property Organization (WIPO) and International Telecommunication Union (ITU)
    Place des Nations
    1211 Geneva
    Suisse

    Le Forum 2015 du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) sera organisé par l’UNESCO, l'UIT, la CNUCED et le PNUD à Genève, Suisse, du 25 au 29 mai 2015. Le Forum offre des possibilités structurées de nouer des contacts, de s’informer et de participer aux discussions et consultations multi-parties prenantes sur la mise en œuvre du SMSI.
    .

  • Hari UNESCO Malaisie 2015

    22 Mai 2015

    Où: 
    Dataran Merdeka, Kuala Lumpur
    Kuala Lumpur
    Malaisie

    Afin de mettre en valeur l'UNESCO en Malaisie et la Malaisie à l'UNESCO "Hari UNESCO Malaisie" est célébré chaque année
    As the fifth Hari UNESCO Malaysia, the theme for 2015 would touch on the principles of being together. Togetherness encompasses the human aspect of socializing, communicating, interacting, reacting as well as empathizing and understanding one another. This is a tribute to the variety of identities, identified collectively as one.

  • Célébration du 70e anniversaire de l'UNESCO à travers la culture et spécifiquement le patrimoine culturel immatériel

    05 Mai 2015

    Où: 
    Golzar Hall, Laleh International Hotel
    Emaarat-e Kushk, No. 31, Corner of Mohanna Alley, Taqavi (Kushk) Str, Northern Ferdowsi Ave
    Tehran
    Iran (République islamique d')

    Le Centre régional de recherche pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Asie centrale et de l'Ouest , organise un événement à l'occasion du 70e anniversaire de l'UNESCO, sous les auspices du bureau de l'UNESCO de Téhéran.

    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Journée internationale du jazz 2015 - Concert International à Paris

    30 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters & across the city of Paris.
    Paris
    France

    La célébration de la Journée Internationale du Jazz démarrera à Paris le 30 avril avec une journée de concerts et de programmes d’éducation au jazz. En soirée, un grand concert au siège de l’UNESCO réunira des stars comme Dee Dee Bridgewater (Etats-Unis), A Bu (Chine), Igor Butmzan (Russie), Herbie Hancock (Etats-Unis), Al Jarreau (Etats-Unis), Ibrahim Maalouf (Liban), Hugh Masekela (Afrique du Sud), Marcus Miller (Etats-Unis), Guillaume Perret (France), Dianne Reeves (Etats-Unis), Claudio Roditi (Brésil), Wayne Shorter (Etats-Unis), Dhafer Youssef (Tunisie) et de nombreux autres artistes. John Beasley (Etats-Unis) sera le directeur musical de cette soirée.

    Le concert parisien sera retransmis en direct dans le monde entier via les sites web de l’UNESCO, du Département d’Etat américain et du Thelonious Monk Institute of Jazz. Les événements parisiens comprennent des master classes, des tables rondes, des ateliers d’improvisation et des programmes éducatifs menés par des musiciens de renommée mondiale, des éducateurs et des diplomates. Outre le grand concert de la soirée, de nombreux autres concerts et spectacles se dérouleront à Paris.

  • Evénement spécial - « L’UNESCO : 70 ans au service de la dignité humaine »

    28 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    7, Place de Fontenoy
    75007 Paris
    France

    A l’occasion de son 70e anniversaire et du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS), l’UNESCO présente un spectacle emblématique mêlant chant, musique, projections audio-visuelles monumentales et arts de la scène, en présence de Monsieur Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.
    Le spectacle revient sur les origines de l’UNESCO et démontre comment les idées défendues par l’Organisation et les programmes d’action opérationnels mis en place contribuent à élever les défenses de la paix dans l’esprit des hommes et des femmes par l’éducation, la culture, les sciences, l’information et la communication.

    Le spectacle sera retransmis en direct sur http://lb.streamakaci.com/unesco

  • Le Conseil exécutif de l’UNESCO a eu l’honneur de recevoir S. Exc. Madame Michaëlle Jean, Secrétaire générale de La Francophonie

    20 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters | Siège de l'UNESCO
    7, place de Fontenoy
    75007 Paris
    France

    Le Conseil exécutif de l’UNESCO a eu l’honneur de recevoir S. Exc. Madame Michaëlle Jean, Secrétaire générale de La Francophonie le lundi 20 avril 2015.
    Cette visite s’inscrit dans le cadre de la série de rencontres sur le thème de « L’UNESCO à 70 ans et perspectives d’avenir». Cette rencontre a été organisée avec le Groupe francophone à l’UNESCO et a été l’occasion d’entendre la nouvelle Secrétaire générale de La Francophonie sur la coopération étroite qui prévaut entre l’UNESCO et cette organisation intergouvernementale.

  • Faire face aux risques liés aux tsunamis dans le Pacifique : Symposium international à l’occasion du 50e anniversaire du Système d'alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique

    20 Avril 2015

    Où: 
    NOAA Daniel K. Inouye Regional Center
    Ford Island on the Joint Base Pearl Harbor Hickam military base
    Honolulu, Hawaii,
    États-Unis d'Amérique

    Ce colloque, qui commémore le 50e anniversaire du Système d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique, a pour objectif de présenter les réalisations des 50 dernières années, examiner l'état actuel du système, et de déterminer les prochaines étapes concrètes, les partenariats souhaitables et les engagements nécessaires afin de soutenir et de faire évoluer le système pour l'avenir. Il est organisé par la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO, l'Union géodésique et géophysique internationale (UGGI) et sa Commission Tsunami, et l'Administration océanique et atmosphérique nationale des États-Unis (NOAA).

    Le bassin de l'océan Pacifique est le plus grand et le plus exposé aux tsunamis. Environ 75% des tsunamis mortels connus ont été générés dans le Pacifique. Le développement moderne de systèmes d’alerte aux tsunamis et la coordination des efforts internationaux d'alerte aux tsunamis ont commencé en 1960, après que le tremblement de terre du Chili  le plus fort enregistré à ce jour  déclenche un tsunami qui, traversant le Pacifique, fit des victimes à Hawaï, au Japon et aux Philippines.

    Le Groupe intergouvernemental de coordination du système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique a été créé en tant qu'organe subsidiaire de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO en 1965 pour soutenir les États membres dans la mise en œuvre de mesures efficaces d'alerte aux tsunamis et d'atténuation.

  • Exposition | Mère de la mer, Haenyeo - de Joon Choi

    13 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters / Siège de l'UNESCO
    125, avenue de Suffren
    75007 Paris
    France

    Photographe publicitaire renommé, après une brillante carrière à New York et à Séoul, Joon Choi, sera si fasciné par sa rencontre avec les Haenyeo (femmes de la mer) de l'île de Jeju (située à l'extrême sud de la République de Corée) qu'il les accompagnera pendant près d'un an.
    C’est un regard admiratif que pose le photographe coréen, adepte du portrait, sur ces femmes singulières pratiquant par tous les temps, dans des conditions périlleuses, la pêche sous-marine en apnée. Depuis plusieurs décennies, dotées d'un équipement minimaliste, une combinaison néoprène, des palmes, un filet, un harpon et un sarcloir, les Haenyeo s'aventurent presque chaque jour dans les profondeurs aquatiques pour y récolter des produits de la mer qu’elles commercialisent et subvenir ainsi aux besoins de leur famille.
    Au sein de cette communauté matriarcale, les jeunes filles apprennent, dès huit ans, toutes les techniques de cette pêche risquée de leur mère et de leur grand-mère. Ces dernières pratiquant la pêche en apnée jusqu'à bien plus de 60 ans.

  • Le maire d'Istanbul et la Directrice générale de l’UNESCO célèbrent les 30 ans de l'inscription d'Istanbul sur la Liste du patrimoine mondial

    08 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters | Siège de l'UNESCO
    7, place de Fontenoy
    75007 Paris
    France

    S.E. M. Kadir Topbas, le maire d'Istanbul, a visité l'UNESCO à l'occasion du 70e anniversaire de l'Organisation, qui coïncide avec le 30e anniversaire de l'inscription des Zones historiques d'Istanbul sur la Liste du patrimoine mondial.
    A l'occasion de sa visite à l'UNESCO, le maire d'Istanbul a participé à une table ronde sur la conservation du patrimoine face aux des défis du développement urbain et aux pressions de la croissance démographique dans les mégalopoles.
    La table ronde a été suivie par une exposition photographique sur « l’esprit d’Istanbul », présentant les principaux monuments des zones historiques d'Istanbul, et par un concert de gala intitulé « voix d'Istanbul», avec notamment une cérémonie Mawlawi soufi.

  • « Construire la paix avec le Rotary et l’UNESCO : Les initiatives pour les pays des comités interpays »

    04 Avril 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters | Siège de l'UNESCO
    7, place de Fontenoy
    75007 Paris
    France

    Plus de 500 membres du Rotary de plus de 20 pays se sont réunis à Paris pour une Conférence Rotary organisée au Siège de l'UNESCO, à l'appui des célébrations du 70e anniversaire de l'Organisation
    La vision, les objectifs et les programmes du Rotary et de l'UNESCO convergent à différents niveaux. Les deux organisations défendent l'éducation pour tous, indépendamment de la race, du sexe, des croyances et des cultures. Elles plaident en faveur de la protection et de la diversité des cultures et pour le dialogue comme source de tolérance et de respect mutuel. Construire la paix par le dialogue interculturel a été un thème évoqué par les représentants de l'UNESCO, les Rotariens, les Rotaractiens et anciens participants aux programmes du Rotary

  • Atelier sur le développement d’inventaires du patrimoine vivant avec participation des communautés

    30 Mars 2015

    Où: 
    Sao Tome and Community of Boa Morte, Sao Tome and Principe
    Sao Tome
    Sao Tomé-et-Principe

    La Direction nationale de la culture de Sao Tomé-et-Principe organise, en coopération avec l’UNESCO, un atelier sur le développement d’inventaires du patrimoine vivant avec la participation des communautés, dans l’esprit de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’atelier est possible grâce à la généreuse contribution du gouvernement de la Norvège au Fonds du patrimoine culturel immatériel.
    L’atelier présente les concepts, objectifs et méthodes d’inventaires ainsi qu’un travail pratique de terrain au sein de la communauté de Boa Morte.
    Dans le cadre du projet de renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine vivant dans les pays africains de langue portugaise (PALOP), l’atelier rassemble 25 participants santoméens y compris les parties prenantes locales et nationales. Dans le but de renforcer la coopération régionale parmi les pays du PALOP, la formation est co-facilitée par un expert brésilien et mozambicain, préalablement formés à ce même programme. En outre, un technicien de Cabo Verde assiste à l’atelier en vue d’activités similaires prévues dans l’archipel au large des côtes de l’Afrique de l’Ouest.

  • Concert dédié à Malala Yousafzai qui marque le lancement du 70e anniversaire de l'UNESCO au Pérou.

    24 Mars 2015

    Où: 
    University of Lima´s Zoom Auditorium
    Av. Manuel Olguin s/n
    Lima
    Pérou

    The UNESCO Office in Peru is pleased to announce the beginning of the activities for the 70th anniversary of the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO), with a Gala Concert dedicated to the Pakistani young lady Malala Yousafzai. The event organized by the University of Lima will perform, for the first time in South America, the symphonic piece “Alas (a Malala)”, “Wings to Malala”, composed by Arturo Marquez, Mexican composer.
    The Gala Concert to be held on March 24, will feature the participation of prestigious institutions of singing and symphonic music, as the Philharmonic Orchestra of the University of Lima, the National Choir, the National Children's Choir as well as renowned tenors internationally recognized.
    Thus, the University of Lima joins the celebrations for UNESCO’s 70th anniversary, since the Organization granted them in 1999, the UNESCO Chair in Communication and Culture of Peace which distinguishes their educational work and incorporates them to a select network of universities worldwide to develop various academic, research and outreach aimed at civil society.

    The symphonic piece “Alas (a Malala)” “Wings to Malala” was inspired on the young Nobel Peace Prize winner, Malala Yousafzai, for her constant struggle for the right to education, freedom and equality in the world. Pillars that are part of UNESCO’s mandates, in pursuit of a better quality of life for humanity.

    The concert, to be held at the University’s “Zum Auditorium”, will close off with the interpretation of Carmina Burana cantata, by the German composer Carl Off.

    According to Arturo Márquez, composer of “Wings to Malala”, the piece was dedicated to Malala Yousafzai after working together with his daughter, who suggested him to choose the Pakistani young lady due to her history and because she "awakens the consciousness of human beings".

    The composition is a tribute to the courage of a girl who fights for education and to open new paths towards a more equal society.

  • Soirée de gala pour le 70e anniversaire de l'UNESCO

    14 Mars 2015

    Où: 
    Revolution Square
    Havana

    A travers la nouvelle mise en scène du ballet Tula, inspirée de la vie et de l'œuvre de la célèbre écrivaine cubaine Gertrudis Gómez de Avellaneda, le Ballet national de Cuba et sa directrice, Prima ballerina assoluta et Ambassadrice de bonne volonté, Alicia Alonso, honoreront les sept décennies de la création de l'UNESCO.
    Le ballet est chorégraphié par Alonso,inspiré d'un livret de José Ramón Neyra. La musique est composée par Juan Piñera et les costumes et la mise en scène sont créés par Salvador Fernández.

    Les rôles principaux seront joués par les danseurs étoiles du Ballet national de Cuba, Amaya Rodríguez et José Losada, accompagnés des premiers danseurs, des solistes et du corps de ballet.

  • Journée mondiale de la radio 2015

    13 Février 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) appelle à célébrer la Journée mondiale de la radio le 13 février 2015 autour du thème « Jeunesse et radio », dans le but de promouvoir une meilleure participation des jeunes à la radio, non seulement comme auditeurs, mais comme producteurs et diffuseurs.

    La radio est le média le plus universel à ce jour. Média peu coûteux qui requiert une technologie relativement simple, la radio atteint aussi bien les décideurs politiques que des collectivités éloignées et des groupes marginalisés. Actuellement, trop peu de programmes relayent les préoccupations des jeunes à l’antenne. Le manque d’intégration des jeunes à la radio doit également beaucoup à la précarisation croissante de la profession qui les oblige à travailler à la prestation, plus ou moins régulière, pour différents types de médias. Enfin, les jeunes professionnels, notamment en radio, et leurs fixeurs restent particulièrement exposés au risque dans les zones de conflits en raison d’un manque de préparation et de soutien des médias pour lesquels ils exercent leur activité.

    RENCONTRE AVEC LES RADIODIFFUSEURS DEBATS PROJECTION DE FILM
    De 10h à 18h, entrée libre et gratuite
    sur présentation d’une pièce d’identité, dans la limite des places disponibles

    A PARTIR DE 10 HEURES
    Diffusion en direct de radiodiffuseurs français et internationaux
    Hall Ségur et Salle des Pas Perdus
    CADENA DE ONDAS POPULARES ESPAÑOLAS (COPE) ; CHINA RADIO INTERNATIONAL ; GBTIMES ; MONTE CARLO DOUALIYA ; PRISA RADIO ; RADIOS AFRICAINES (Base FM, Kyela FM, Mwanedu FM, Radio Atlantis, Radio Mafeteng, Radio Moanda, Zambezi FM) ; RADIO CAMPUS PARIS (FRAdIF) ; RADIO FRANCE INTERNATIONALE ; RADIOS JORDANIENNES (Farah al Nas, Yarmouk FM) ; RADIO ORIENT ; RADIO VL ; RGB (FRAdIF) ; VIVRE FM ; WNYU RADIO.
    DEBATS
    « La radio et les jeunes, état des lieux, inclusion, stéréotypes »
    11-12 heures, Salle Miró 1, en français
    Intervenants : Daphné Gastaldi, journaliste pour RFI ; Pierre Montel, délégué général du Syndicat national des radios libres (SNRL) ; Emmanuel Sémo, président fondateur de Radio VL.

    « Renforcer les radios locales par le biais des TIC »
    12-13 heures, Salle Miró 1, en anglais
    Intervenants :
    Les représentants des radios Base FM (Namibie) Kyela FM (Tanzanie), Mwanedu FM (Kenya), Radio Atlantis (Afrique du Sud), Radio Mafeteng (Lesotho), Radio Moanda (RDC), Zambezi FM (Zambie), avec Hezekiel Dlamini, UNESCO/Harare ; Michel Kenmoe, UNESCO/Libreville ; Al-Amin Yusuph UNESCO/Dar-es-Salam et d’autres des bureaux hors-siège concernés.

    « Jeunes journalistes et fixeurs : quelles garanties pour plus de sécurité ? »
    14 h 30-15 h 30, Salle Miró 1, en français
    Intervenants : Roméo Langlois, grand reporter à France 24 ; Matthieu Mabin, grand reporter à France 24 ; Daniel Vallot, journaliste pour RFI ; Mehdi Benchelah, spécialiste du programme du Secteur de la Communication et de l’information de l’UNESCO.

    « L’Heure de la Syrie : promouvoir la liberté d’expression par le biais de la radio »
    15 h 30-16 h 30, Salle Miró 1, en anglais
    Intervenants : Les journalistes de Farah al Nas et Yarmouk FM, et Ma’aly Hazzaz, responsable de projet du Secteur de la Communication et de l’information de l’UNESCO.

    PROJECTION
    Radio Favela, de Helvecio Ratton
    13 heures-14 h 30, Salle Miró 3
    Le quotidien et les combats de quatre amis, vivant dans un bidonville brésilien, qui souhaitent lancer une station de radio pour donner la parole aux habitants des favelas. Inspiré d'une histoire vraie.
    92 minutes, version originale en portugais, sous-titrée en français

  • 229 Festivals à travers le monde dans l'esprit des traditions de vie

    02 Février 2015

    Où: 
    France

    Depuis 1970, le CIOFF (Conseil International des Organisations de Festivals de Folklore et d'Arts Traditionnels) et les festivals CIOFF Festivals travaillent pour la sauvegarde, la promotion et la diffusion de la culture traditionnelle.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Second Forum de l'UNESCO sur l'éducation à la citoyenneté mondiale

    28 Janvier 2015

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    7, place de Fontenoy
    75007 Paris
    France

    S’appuyant sur les résultats du premier Forum (Bangkok, décembre 2013) qui visait à clarifier le concept d'éducation à la citoyenneté mondiale, ce second Forum cherchera à définir les grandes lignes des politiques éducatives à suivre au niveau mondial, leur mise en oeuvre au niveau national et le développement des partenariats, à la lumière de l'agenda post-2015.

    .

  • Première réunion régionale des représentants des Clubs UNESCO des pays d'Asie centrale "L'avenir commence aujourd'hui»

    23 Janvier 2015

    Où: 
    Almaty
    Kazakhstan

    Today, in a period of significant social changes and increasing globalization, we must focus on our renewable resources such as education, cultural diversity and scientific research. At the same time, the achievement of sustainable development is the most essential condition equitable sustainable future building.
    The youth, being the main driving force of modern society development, should have an access to quality education throughout their life. In this regard, cultures play the important role in UNESCO’s activities. It creates best conditions for dialogue, social unity, economical growth and creativity.

  • Le Bangladesh lance son premier programme pour la célébration du 70e anniversaire de l'UNESCO

    21 Janvier 2015

    Où: 
    Bangla Academy, Ministry of Cultural Affairs
    Dhaka
    Bangladesh

    In an Inter-Ministerial meeting headed by Hon’ble Minster for Education and Chairman, Bangladesh National Commission for UNESCO (BNCU), on 21 January 2015 at BNCU, a series of progarmmes throughout the year have been envisaged to celebrate the 70th Anniversary of UNESCO in Bangladesh.
    With prominent 70th Anniversary Logo on the backdrop of a double unit book stall has been set up at Ekushey Granthamela (Book Fair) at Bangla Academy as part of the celebration programmes. Mentionable, Ekushey Book Fair at Bangla academy is one of the greatest book fairs in the world which enjoys the gathering of hundreds of writers, publishers and book-lovers. In this month-long (February) book fair literally millions of people from all over the country and also from abroad come to visit and purchase books. This year, the book fair has been expanded to accommodate more stalls on the occasion of four day International Literary Conference at the same venue where scholars from Germany, France, Belgium and India have come to attend. BNCU stall stands in front of the historic Bardhaman House at Bangla Academy premises in cooperation of UNESCO Dhaka and Bangla Academy. UNESCO publications, posters, leaflets, photos, relevant certificates etc are exhibited in the stall.
    The Book Fair and Literary Conference have been inaugurated by the Hon’ble Prime Minister of Bangladesh, Sheikh Hasina on 01 February, 2015. By this time, Honourable Minister for Education, Mr. Nurul Islam Nahid MP, Bangladesh Representative to UNESCO Executive Board, Dr. Kamal Abdul Naser Chowdhury, Secretary, Ministry of Education, Mr. Md. Nazrul Islam, Permanent Delegation of Bangladesh to UNESCO and Ambassador of Bangladesh to France Mr. Md. Shahidul Islam and thousands of people have visited the stall and shown their keen interest on UNESCO publications. The event is expected to attract huge media coverage in the coming days which will culminate on 21 February, the International Mother Language Day declared by UNESCO on November 17, 1999.

  • La République dominicaine célèbre le 70e anniversaire de l'UNESCO

    15 Janvier 2015

    Où: 
    Santo Domingo
    République dominicaine

    Le 15 janvier 2015, Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a participé à des événements culturels organisés par le Ministère de la Culture de la République dominicaine dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de l’UNESCO.

    « Célébrer le 70e anniversaire de l’UNESCO ici est très symbolique, dans ce pays qui dispose d’un patrimoine aussi fructueux que celui du président, Juan Bosch, penseur et brillant intellectuel qui a si justement déclaré : ‘les meilleures idées sont mauvaises si elles ne sont pas transformées en actes’ », a-t-elle dit.

    À l'initiative de la République dominicaine, l’UNESCO a créé en 2009 le Prix Juan Bosch, destiné à récompenser la meilleure thèse dans le domaine des sciences sociales, rédigée par des jeunes chercheurs. Les thèses, portant sur des thèmes de la région d’Amérique latine et des Caraïbes, devront apporter une contribution significative de la recherche en sciences sociales orientée à l’amélioration des politiques de développement social de la région.

    La Directrice générale a ajouté : « Notre rôle consiste maintenant à adapter le mandat de l’UNESCO aux réalités du monde moderne, de nous réinventer pour les vastes possibilités et les nombreux défis difficiles du monde d'aujourd’hui. »

    Le même jour, la Directrice générale a visité la ville coloniale de Saint-Domingue, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1990. Elle a visité les Musées Casas Reales, le Palais Colon Diego, et a assisté à un événement culturel organisé par des institutions associées au Ministère de la Culture. Parmi celles-ci, la Banda Nacional de Ecuelas Libres. La Directrice générale était accompagnée du Ministre de la Culture de la République dominicaine et du Président de la Commission nationale dominicaine pour l’UNESCO, S.E. M. José Antonio Rodríguez.

    Soulignant le riche patrimoine culturel de Saint-Domingue, la Directrice générale a déclaré : « Saint-Domingue est une ville de rencontres – ici, pour la première fois, les cultures américaines, européennes et africaines s’y sont réunies en divers systèmes de connaissances, de langues, d’idées et d’expériences très dynamiques. »

  • La Directrice générale met la célébration du 70e anniversaire de l’UNESCO à l’honneur lors de sa première visite officielle de 2015

    05 Janvier 2015

    Où: 
    Ankara
    Turquie

    Le 5 janvier 2015, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a prononcé le discours d’ouverture lors de la séance d’inauguration de la 7e Conférence annuelle des ambassadeurs de la République de Turquie, à Ankara. Ce discours entre dans le cadre du 70e anniversaire de l’UNESCO, célébré en 2015 au cours de sa première visite officielle de l’année.

    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Cérémonie de commémoration de la première guerre mondiale

    11 Décembre 2014

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    Paris
    France

    Dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO

    Organisée par la délégation permanente de L’Inde avec le support des délégations permanentes auprès de l’UNESCO de l'Australie, de l'Allemagne, de la Belgique, du Canada, de la France, de la Grande Bretagne, et de la nouvelle Zélande.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Lancement officiel du site web de la Commission nationale de Curaçao dans le cadre du 70e anniversaire de l'UNESCO

    01 Décembre 2014

    Où: 
    University of Curaçao Dr. Moises Da Costa Gomez
    Willemstad
    Curaçao

    On December 1, 2014 the Curaçao national Commission will officially launch its website in the presence of the Chairperson/Minister of education in charge with UNESCO, Committee Members, various stakeholders, NGOs and friends of UNESCO.
    The website will be operational after 17.00 hrs on December 1, 2014. Please take note of this
    www.natcomcuracao.org.

  • Célébration de l'anniversaire de l'UNESCO par le Bureau de San José

    01 Décembre 2014

    Où: 
    Parque La Libertad, San José, Costa Rica
    San José
    Costa Rica

    Célébrations des anniversaires de l'UNESCO: Lancement du 70e anniversaire de l'UNESCO, 30e anniversaire du Bureau de l'UNESCO pour l'Amérique Centrale et 65e anniversaire de la Commission Nationale du Costa Rica
    1 décembre 2014 à Parque La Libertad, San José.
    La cérémonie est organisée avec la présidence du Costa Rica et la Commission nationale; le Président Luis Guillermo Solis y assistera.
    Les invitations ont été envoyées au Cabinet, Tribunal électoral suprême, des représentants du Congrès, le corps diplomatique, du système des Nations Unies, l'Académie nationale des sciences, de la communauté artistique, communauté sportive, les autorités environnementales et les ONG, académie et de la société civile, y compris la municipalité de Desamparados.
    Une célébration conjointe des trois anniversaires a été convenue à la réunion du DIR/SJO avec le Président Solis.
    La cérémonie comprendra deux actes culturels (Orchestra et la poésie chorale)

  • Célébration de la Journée internationale de la tolérance avec une mise en avant du travail de l'UNESCO pour une culture de la paix

    16 Novembre 2014

    Où: 
    Cinema hall, Sa'adabat Complex
    Tehran
    Iran (République islamique d')

    Manifestation culturelle à l'occasion de la Journée internationale de la tolérance pour mettre en évidence le travail de l'UNESCO pour une culture de paix et de tolérance, en coopération avec l'ambassade sud-africaine à Téhéran.
    Il est prévu une projection du film Invictus sur les premiers jours de Nelson Mandela comme président de l'Afrique du Sud et ses efforts visant à utiliser le rugby comme un moyen de créer une culture de la paix, de la tolérance, et l'unité nationale.

    Avant et après le film, plusieurs discours seront prononcés sur les efforts de l'UNESCO dans différents domaines pour contribuer à la paix, la tolérance et le dialogue entre les civilisations.
    L'ambassadeur sud-africain parlera également de l'héritage de Nelson Mandela.

  • Exposition d'art "La paix est entre nos mains"

    15 Novembre 2014

    Où: 
    Peace Museum Vienna
    Blutgasse 3
    Vienna
    Autriche

    As an exercise in peace education the UNESCO Club Vienna initiated a series of workshops with children from diverse socio-economic backgrounds in Vienna to explore in a creative way what peace is. The children created a mural together on canvas incorporating symbols and words for peace. While creating the artwork issues relating to unity and diversity, inclusiveness, inter-connectivity and tolerance were discussed. The hand can caress, it can mould clay, bake bread and it can hold a gun. Issues of personal responsibility and choice were explored.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Série d'événements pour mettre en avant le travail de l'UNESCO en sciences naturelles et sociales au cours des 70 dernières années

    09 Novembre 2014

    Où: 
    Milad Tower, Tehran
    Tehran
    Iran (République islamique d')

    Cette série d'événements organisée par le bureau de l'UNESCO à Téhéran, comprendra une cérémonie d'ouverture officielle, un séminaire sur l'éducation pour la paix et le développement durable, un atelier de formation sur le journalisme scientifique, des portes ouvertes dans les universités et les centres d'enseignement des sciences, et une table ronde sur les femmes, la science et l'environnement.
    Informations détaillées disponibles en anglais

  • Cérémonie de lancement des célébrations du 70e anniversaire de l’UNESCO - Hommage à Nelson Mandela

    31 Octobre 2014

    Où: 
    UNESCO Headquarters
    125 avenue de Suffren
    75007 Paris
    France

    Eminent Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et lauréat du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix en 1991, Nelson Mandela a incarné de façon singulière les valeurs qui sont au cœur du mandat de l’UNESCO en s’illustrant par sa contribution unique à la paix internationale. A l’heure où l’UNESCO lance les célébrations de son 70e anniversaire, un hommage est rendu à cette illustre figure en mettant en avant les idéaux qui furent les siens, au premier rang desquels la réconciliation entre les communautés, la promotion de la démocratie, de la paix, la lutte contre toutes les formes de discrimination, qui restent plus que jamais des défis dans un monde en constante évolution.
    Le lancement des célébrations du 70e anniversaire de l’UNESCO s’articule autour de quatre évènements:

    - Le colloque intitulé « L’héritage de Mandela : la voie vers un avenir commun de paix et de solidarité » (salle II, 17 h 30 - 19 heures). L’évènement, officiellement lancé par la Directrice générale de l’UNESCO, compte la participation de personnalités telles que Nathi Mthethwa, Ministre des arts et de la culture d’Afrique du Sud, représentant le gouvernement d’Afrique du Sud et en particulier l’African National Congress (ANC), le parti politique de Nelson Mandela ; le Professeur Akinwande Oluwole Soyinka, poète et dramaturge nigérian, premier auteur africain à recevoir le prix Nobel de littérature (1986).

    - La « Cérémonie de lancement des célébrations du 70e anniversaire de l’UNESCO – Hommage à Nelson Mandela » : en présence de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et de Michel Martelly, Président de la République d’Haïti (Salle I, 19h30). Avec la participation de Mory Kanté, chanteur et musicien guinéen, des Mahotella Queens, groupe sud-africain ; de Sally Nyolo, chanteuse camerounaise, accompagnée par David Myriam, artiste de Sand Art ; et de Sam Tschabalala, chorégraphe, et de ses danseurs pour la danse Gumboot, danse sud-africaine née durant l’apartheid. Avec le soutien de Madame Marianna Vardinoyannis, Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO (salle I, 19 h 30 - 21 heures).

    - L’exposition "Nelson Mandela - de prisonnier à président", consacrée à Nelson Mandela et son action | Hall Ségur, du 27 octobre au 7 novembre 2014 ; Organisée avec le soutien du Musée de l'Apartheid et la Délégation permanente d'Afrique du Sud auprès de l'UNESCO

    - « Cultiver une culture de la paix », une exposition d’une sélection de 18 photographies d’artistes nominés pour le prix Alfred Fried de la photographie | Grilles autour du Siège de l’UNESCO, du 31 octobre au 31 décembre 2014.

  • 70e anniversaire de l’UNESCO - Cultiver une culture de la paix

    31 Octobre 2014

    Où: 
    UNESCO Headquarters / Siège de l'UNESCO
    125, avenue de Suffren
    75007 Paris
    France

    Une sélection de 18 photographies d’artistes lauréats et finalistes du Prix Alfred Fried de la photographie 2014.
    Une exposition soutenue par le Parlement autrichien et les Éditions Lammerhuber.

Next slide

Participez

Joignez-vous à notre célébration – aidez l'UNESCO à marquer 70 ans de progrès en éducation, science, culture et communication avec votre propre événement ou activité..

Irina Bokova, Directrice générale

Tell us about your event Download our logo

Next slide

Chronologie

70 jours pour 70 ans

Next slide

Seven stories for seven decades

We bring you a collection of articles, each highlighting a specific area of work in UNESCO's mandate and field of action, spread throughout the Organization's 70-year history

Dans son préambule, l’Acte constitutif de l’UNESCO proclame que « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. » En 1945, la création de l’UNESCO répond à une conviction forte des nations marquées par deux conflits mondiaux en moins d’une génération : les accords économiques et politiques ne peuvent suffire à construire une paix durable. Celle-ci doit s’établir sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité.
 
La multiplication des défis au niveau mondial et les nouvelles formes d’inégalités, d’exclusion, de violence et de sectarisme entraînent une intolérance sociale qui nuit à la cohésion de l’humanité. L’UNESCO, qui accomplit chaque jour sa mission humaniste consistant à accompagner les peuples en vue de mieux se comprendre et d’œuvrer ensemble pour aboutir à une paix durable, participe activement à la construction d’un monde sans danger pour la diversité et les générations futures. Que ce soit à travers l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information, la promotion de la paix imprègne l’ensemble des domaines de travail de l’Organisation.
 
C’est en 1989 que le concept de culture de la paix a été établi, plus précisément au Congrès international de l’UNESCO sur le thème « La paix dans l’esprit des hommes » à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire. À cette occasion, l’UNESCO a adopté la vision suivante : la paix représente bien plus que la fin des conflits armés.
 
À travers l’apprentissage, les individus développent les compétences interculturelles nécessaires pour comprendre la richesse du monde dans lequel ils vivent, créant ainsi des outils propices à la construction d’une paix durable. Ils sont alors mieux disposés à apprécier, plutôt qu’à rejeter, la diversité, ainsi qu’à gérer les conflits conformément aux valeurs de pluralisme et de compréhension mutuelle.
 
Afin d’atteindre cet objectif, l’UNESCO n’a cessé de mettre l’enseignement de la diversité au cœur de ses programmes, sans oublier l’esprit de coopération afin de permettre aux sociétés de travailler ensemble. 
 
Dans la foulée du Congrès de Yamoussoukro, l’UNESCO a créé en 1989 le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, qui se propose d’honorer les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix. Nelson Mandela, à l’époque Président du Congrès national africain et futur Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, et Frederik W. De Klerk, Président de la République d’Afrique du Sud, en ont été les premiers lauréats en 1991. Ils ont été récompensés pour leur contribution à la paix internationale, afin de les encourager à poursuivre leur effort, et en hommage à leur action d’éducation de leurs peuples vers une meilleure compréhension mutuelle et vers l’abandon de préjugés que beaucoup considéraient comme insurmontables seulement quelques années plus tôt. Deux ans plus tard, ces deux hommes partageaient le prix Nobel de la paix, un symbole clair du rôle de pionnier de l’UNESCO. En effet, plusieurs anciens lauréats ont par la suite remporté le prestigieux prix Nobel.
 
Après avoir occupé la position de chef de file de la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010), l’UNESCO maintient son rôle de premier plan avec la Décennie internationale du rapprochement des cultures (2013-2022), axée sur le dialogue interculturel et interreligieux. Nous devons profiter de cette opportunité pour unir nos efforts et construire une véritable « culture de la paix. »
 
En signe d’unité et pour faire face à la destruction du patrimoine culturel et à la persécution des minorités, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a lancé la campagne #Unite4Heritage en mars 2015. Celle-ci s’appuie sur le pouvoir des réseaux sociaux pour générer un mouvement mondial aux côtés des jeunes afin de les aider à faire entendre leur voix et à prendre des mesures pour la sauvegarde du patrimoine menacé, qui doit être protégé comme force de compréhension mutuelle.
 
L’éducation est essentielle pour cultiver le respect de chacun – indépendamment de la couleur, du genre, de l’ascendance ou de l’identité nationale, ethnique ou religieuse – en ce qu’elle permet de toucher les enfants et les jeunes gens pendant leurs années de formation, notamment par le biais de matériels pédagogiques et des programmes scolaires. C’est pourquoi « Enseigner le respect pour tous », une initiative conjointe de l’UNESCO, des États-Unis et du Brésil, a été lancée en 2012 : elle vise à élaborer un cadre de référence pour le développement de programmes portant sur l’antiracisme et la tolérance, et que les pays pourront adapter à leurs propres contextes et besoins.
 
En septembre 2014, l’UNESCO et la Côte d’Ivoire ont célébré le point de départ du concept de culture de la paix lors d’un « retour aux sources » à Yamoussoukro, vingt-cinq ans après sa naissance au cœur de l’Afrique. Cet événement avait pour double ambition de mesurer le chemin accompli depuis 1989 et d’explorer des pistes futures. Ainsi, il est prévu que l’UNESCO et le gouvernement de la République d’Angola co-organisent un Forum panafricain biennal pour une culture de la paix en Afrique, intitulé « Biennale de Luanda », en septembre 2015.
 
Comme l’a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, « La paix n’est pas synonyme d’absence de guerre mais signifie vivre ensemble dans nos différences de sexe, de race, de langue, de religion et de culture, tout en promouvant le respect universel de la justice et des droits de l’homme, deux principes sur lesquelles se fondent cette coexistence. »
 
***
 
La paix est essentiellement le respect de la vie.
La paix est le bien le plus précieux de l’humanité.
La paix est plus que la fin des conflits armés.
La paix est un comportement.
La paix est une adhésion profonde de l’être humain aux principes de liberté,
de justice, d'égalité et de solidarité entre tous les êtres humains.
La paix est aussi une association harmonieuse entre l'humanité et l'environnement.
Aujourd'hui, à l’aube de XXIe siècle, la paix est à notre portée.
 

Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes – La mission de l'UNESCO

Il y a tout juste cinquante ans, en avril 1965, était créé le Système d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique, sous les auspices de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO. Pour marquer cet anniversaire, une conférence internationale a été organisée à Honolulu, Hawaï (Etats-Unis) les 20 et 21 avril. Elle est l’occasion de revenir sur cette « success story » scientifique.

22 mai 1960, 19h11. Un tremblement de terre d’une magnitude de 9,5 sur l’échelle de Richter – soit le plus puissant séisme jamais recensé – se produit au sud du Chili. Il provoque un tsunami qui balaie une partie importante des côtes du pays, longues de plus de 4000 kilomètres. Des vagues pouvant atteindre jusqu’à 25 mètres s’abattent sur le sud du Chili, entre Concepción et les îles Chiloé, les plus proches de l’épicentre, et poursuivent leur course dévastatrice.

Près de quinze heures plus tard, le tsunami, qui a parcouru plus de 10 000 kilomètres, touche Hawaï, puis frappe le Japon et les Philippines. Au total, cette catastrophe fait plus de 2000 victimes et occasionne des dégâts estimés à près de 24 millions de dollars de l’époque (soient près de 200 millions de dollars actuels).

© ITIC - L'une des première affiches du Centre international d'information sur les tsunamis (ITIC).

L’ampleur de cette catastrophe a été déterminante dans la prise de conscience de la nécessité d’un système d’alerte dans cette région qui est la plus exposée aux tsunamis (près de 75% des tsunamis meurtriers s’y produisent). En 1965, le Groupe international de coordination pour le Système d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique* voit le jour sous l’égide de la COI de l’UNESCO.

Le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique, qui est le cœur opérationnel du dispositif, est également créé. Basé à Hawaï, il dépend de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), et coopère avec le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique Nord-Ouest, basé au Japon pour évaluer la menace en cas de tremblement de terre et prévenir les pays.

Organisée à la fois par la NOAA, la COI et l’Union internationale de géodésie et de géophysique (IUGG), la conférence internationale qui se tient à Honolulu retracera l’histoire de ce qui apparaît aujourd’hui un programme scientifique international exemplaire.

 

 

Cinquante ans après sa création, le Groupe intergouvernemental de coordination compte désormais 46 pays membres**. Le dispositif ne se résume pas à un mécanisme d’alerte, il s’emploie aussi à améliorer la prévention en amont et favoriser le transfert de technologie.

© DIPECHO -ACSUR - Éducation aux tsunamis et autres activités de sensibilisation, Nicaragua.

Le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique a un accès direct à plus de 150 stations sismiques réparties dans le monde entier qui l’informent lorsque la magnitude d’un séisme dépasse 5,5. Il a également accès aux données de près de 100 marégraphes et de tsunamimètres installés dans le Pacifique qui vérifient si un tsunami a été généré et estiment son ampleur. Ces tsunamimètres ont permis d’évaluer avec beaucoup plus de précision le risque de tsunami. De fait, en cas de menace, les pays concernés peuvent être prévenus en l’espace de cinq à dix minutes.

Preuve éclatante de son succès : le Système d’alerte du Pacifique a servi de modèle à la création des trois autres systèmes d’alerte mis en place au lendemain du tsunami meurtrier survenu en décembre de 2004 afin de couvrir les régions les plus exposées : l’océan Indien, les Caraïbes et l’Atlantique du Nord-Est et la Méditerranée.

Si la réussite est incontestable, il reste néanmoins des obstacles à surmonter. Atteindre le « dernier kilomètre » n’est pas le moindre des défis à relever. Car si le mécanisme d’alerte fonctionne à l’échelle régionale et nationale, il reste à s’assurer que les populations proches de la source d’un tsunami réagissent dans un délai très court et que les populations vivant dans des zones éloignées et isolées soient prévenues à temps des risques de submersion.

Le financement du système est également en question. Car le maintien en service du dispositif d’alerte a un coût –estimé entre 50 et 80 millions de dollars par an- qui est aussi le prix à payer pour limiter le nombre de victimes en cas de tsunami.

____________________

*Rebaptisé Groupe intergouvernemental de coordination du Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique en 2005.

**Australie, Brunéi Darussalam, Cambodge, Canada, Chili, Chine, Colombie, Costa Rica, Équateur, El Salvador, États fédérés de Micronésie (Chuuk, Pohnpei, Yap), États Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Fidji, France (Wallis et Futuna), Guatemala, Honduras, Îles Cook, Îles Marshall (Kwajalein, Majuro), Îles Salomon, Indonésie, Japon, Kiribati, Malaisie, Mexique, Nicaragua, Niue, Nouvelle Zélande, Palaos, Panama, Papua Nouvelle Guinée, Pérou, Philippines, Royaume Uni, Samoa, Singapour, Thaïlande, Timor Leste, Tokelau, Tonga, Tuvalu, Vanuatu, Viet Nam.

Pacifique : 50 ans d’expérience en matière d’alerte aux tsunamis

La liberté d’expression est le fondement de toute démocratie. Le mandat de l’UNESCO repose sur la protection et la promotion de la liberté d’expression, que ce soit en ligne ou hors ligne. L’Acte constitutif de l’Organisation invite les États membres à travailler ensemble pour promouvoir la connaissance et la compréhension mutuelles des peuples à travers la « libre circulation des idées, par le mot et par l’image. »

La liberté d’expression est un droit humain fondamental énoncé à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. De même que la liberté d’information et la liberté de la presse, la liberté d’expression pose la base de tous les autres droits. L’Organisation reconnaît que les droits de l’homme s’appliquent aussi bien en ligne qu’hors ligne. Par conséquent, l’UNESCO s’engage à étudier les questions liées à la liberté d’expression et à la vie privée, à l’accès, et à l’éthique sur l’Internet.

L’Organisation s’implique depuis longtemps dans des questions relatives à l’Internet, par exemple à travers le Sommet mondial sur la société de l’information et le Forum sur la gouvernance de l’Internet. Les journalistes et professionnels des médias sont indispensables au plein exercice de notre « droit de savoir. » De ce fait, ils doivent pouvoir travailler dans un environnement propice à un journalisme libre et indépendant. L’UNESCO soutient les médias indépendants en zones de conflit et pays en transition, afin de leur permettre de jouer un rôle actif dans la prévention et la résolution des conflits et dans la transition vers une culture de paix.

Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano a été créé en 1997 afin de sensibiliser le monde au rôle fondamental de la presse en société et au besoin de garantir la sécurité des professionnels des médias. Nommé en l’honneur de Guillermo Cano, l’éditeur colombien assassiné en 1986 par les mafias de narcotrafiquants dont il dénonçait courageusement les exactions, le Prix distingue une personne, une organisation ou une institution qui a contribué d’une manière notable à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse.

L’UNESCO soutient activement la sécurité des journalistes : ils doivent pouvoir exercer leur profession dans un environnement libre de tout risque de violence et défendre le droit à la liberté d’opinion et d’expression pour tous. L’Organisation défend donc le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité (Plan d’action des Nations Unies), premier effort concerté au sein de la famille onusienne pour traiter de ces questions par le biais d’une approche holistique et multipartite. Il sert désormais de référence mondiale, mise en évidence dans de nombreuses résolutions et politiques de l’Assemblée générale de l’ONU, du Conseil des droits de l’homme, et de l’Union européenne.

Le Plan d’action des Nations Unies est le résultat d’un processus initié par le Programme international pour le développement de la communication (PIDC). Le PIDC s’engage à promouvoir l’indépendance et le pluralisme des médias, à contribuer au développement durable, à la démocratie et à la bonne gouvernance en renforçant les capacités des médias libres et indépendants, ainsi qu’au développement des médias. Depuis sa création en 1980, le PIDC a appuyé plus de 1 700 projets dans quelques 140 pays.

La liberté d’expression et d’information constituent les piliers d’une société saine et démocratique sur lesquels repose la croissance sociale et économique : ils permettent la libre circulation des idées – nécessaire à l’innovation – et renforcent la responsabilité et la transparence. « Le journalisme prospère lorsque les médias sont libres et indépendants, lorsque les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, lorsque l’impunité est l’exception, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

La liberté d’expression : Un droit humain fondamental, pilier de toutes les libertés civiques

Le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. » Depuis sa création il y a 70 ans, l’UNESCO œuvre sans relâche pour défendre et promouvoir cette idée fondamentale.

En 1949, l’UNESCO a lancé un programme mondial majeur pour combattre le racisme, établi en collaboration avec des intellectuels de renom tels que Claude Lévi-Strauss, Alva Myrdal, Alfred Métraux et Michel Leiris. La Déclaration stipulait que les théories relatives à la notion de supériorité raciale étaient scientifiquement et moralement infondées. Cela s’est traduit par une série de déclarations similaires sur le racisme, dont l’historique Déclaration sur la race et les préjugés raciaux (1978), qui plaidait pour la mise en œuvre d’un certain nombre de politiques pour combattre le racisme et les inégalités.

Au fil des ans, l’UNESCO s’est engagée avec toute la force de son mandat pour combattre toutes les formes de racisme. Dès 1996, l’UNESCO a reconnu l’apartheid comme « crime contre l’humanité ». Nelson Mandela – Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et lauréat de notre Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix – incarnait l’aspiration universelle à la liberté qui est au cœur de la mission de l’UNESCO.

L’UNESCO intègre l’éducation aux droits de l’homme dans les programmes scolaires partout dans le monde, transmettant ainsi l’histoire des pages sombres du passé – notamment l’esclavage et la traite négrière, l’Holocauste et l’histoire des génocides. En 1994, le projet La Route de l’esclave a été lancé pour promouvoir le développement de la recherche scientifique sur la traite négrière transatlantique, et pour approfondir notre connaissance des fondements idéologiques du racisme.

À la suite de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, l’UNESCO a adopté une nouvelle Stratégie intégrée de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’intolérance (2003). Un exemple frappant issu de cette Stratégie est la Coalition internationale des villes contre le racisme, un réseau de villes intéressées par l’échange d’expériences afin d’améliorer leurs politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion. L’UNESCO a également établi des partenariats avec de grands clubs sportifs tels que FC Barcelona, FC Malaga and Juventus FC pour lutter contre le racisme et la discrimination.

L’UNESCO, dans tous ses domaines de compétence, lutte contre la discrimination raciale. L’éducation constitue un moyen important de combattre les stéréotypes et les préjugés raciaux. Il est primordial que les écoles enseignent le respect d’autrui et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures dans le monde d’aujourd’hui, en favorisant la connaissance et la compréhension dans un esprit d'interaction et de dialogue.

« L’égalité de tous les êtres humains en dignité et en droits doit rester le point de départ de toute action, et la mesure de son succès. Cela nécessite un dialogue fondé sur le respect et la compréhension de la richesse qui réside dans la diversité. Cela signifie que toutes les voix doivent être entendues, sans exclure personne, » a dit la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

UNESCO – Figure de proue de la lutte contre le racisme depuis 70 ans

Le savoir et l’information ont un impact considérable sur la vie des gens. Leur association, en particulier à travers les technologies de l’information et de la communication (TIC), a le pouvoir de transformer les économies et les sociétés. Les sociétés du savoir doivent se fonder sur quatre piliers : la liberté d’expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique, et une éducation de qualité pour tous. L’UNESCO œuvre à construire des sociétés du savoir inclusives et à donner plus de poids aux communautés locales en augmentant l’accès, la préservation et le partage d’information et du savoir dans tous les domaines de travail de l’Organisation.

« L’UNESCO a permis de faire évoluer notre vision de la technologie en allant au-delà des infrastructures et en se concentrant sur les besoins humains. Il ne suffit pas d’investir uniquement dans la technologie – nous avons besoin d’investir dans des écosystèmes, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

La volonté de l’Organisation de créer des sociétés du savoir repose sur la conviction que l’accès universel à l’information est indispensable à la construction de la paix, du développement économique durable et du dialogue interculturel. Ainsi, l’UNESCO a mis en place divers outils et programmes pour promouvoir la « transparence » dans le contenu, la technologie et les processus, à travers des mesures de sensibilisation, l’élaboration de politiques et le renforcement des capacités.

Parmi ces solutions, les Ressources éducatives libres ouvrent la voie à l’accès universel à une éducation de qualité en permettant l’utilisation, l’adaptation et la distribution à titre gratuit de matériaux d’enseignement, d’apprentissage ou de recherche. Parallèlement, l’UNESCO a décidé d’exploiter de nouvelles dimensions de partage du savoir en soutenant une initiative sur le libre accès et en adoptant une nouvelle politique de libre accès pour ses publications.

L’UNESCO a placé la préservation du patrimoine documentaire au centre de son mandat pour la promotion de la paix et du dialogue interculturel en renforçant les cadres de préservation actuels, et en mettant l’emphase sur la préservation à long terme de l’information numérique et numérisée. En 1992, l’Organisation a établi le Programme Mémoire du monde, qui réunit certains des documents les plus importants du patrimoine de l’humanité, dans l’intérêt de tous et pour les générations futures.

L’UNESCO encourage également le multilinguisme et le respect de la diversité culturelle dans le cyberespace. L’Organisation promeut la production de contenus en différentes langues à l’échelle locale et contribue aux débats internationaux sur la gouvernance de l’Internet à travers sa participation au Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI) et au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI).

Les évolutions engendrées par le développement rapide des TIC ont non seulement ouvert de superbes perspectives pour l’humanité, mais ont également posé des défis éthiques sans précédent. La possibilité de s’exprimer librement au niveau mondial en est un, avec les risques d’abus, de détournement, de préjugés, de manque de respect et de radicalisation que cela implique. C’est pourquoi l’UNESCO a organisé une conférence internationale, « Les jeunes et l’Internet », dont le but était de mettre en place des outils efficaces pour faire face au rôle joué par l’Internet pour alimenter l’extrémisme violent.

« La position de l’UNESCO est claire – l’Internet et les nouvelles TIC doivent constituer des plateformes d’engagement positif, de paix, de promotion du respect des droits de l’homme et de la dignité, mais aussi des moteurs de dialogue et de compréhension mutuelle, » a déclaré la Directrice générale.

Pour cela, l’UNESCO compte sur l’aide de ses États membres et des organisations internationales pour assurer l’accès aux TIC et à l’information à tous.

***

« Savoir, c’est pouvoir. L’information, c’est la liberté.

L’éducation est la prémisse du progrès dans chaque société, dans chaque famille. »

– Kofi Annan

Sociétés du savoir : La voie à suivre pour construire un monde meilleur

L’alphabétisation est bien plus qu’une priorité éducative – elle est l’investissement d’avenir par excellence, et fait partie intégrante d’un ensemble de compétences nécessaires au XXIe siècle.

Depuis sa création, l’UNESCO promeut sans relâche la cause de l’éducation comme base la plus solide pour la paix et la durabilité au service du développement. D’après l’Institut de statistique de l’UNESCO, le nombre d’adultes analphabètes a diminué de plus de 100 millions entre 1990 et 2012, mais il reste 775 millions d’adultes, dont 122 millions de jeunes âgés entre 15 et 24 ans, analphabètes. L’UNESCO s’engage à élargir l’accès à une éducation de qualité pour tous, tout au long de la vie.

Depuis sept décennies, l’Organisation promeut l’alphabétisation pour tous afin d’assurer que chaque personne jouisse de ce droit basique. « L’alphabétisation change la vie et même davantage, elle en sauve, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Elle est l’un des moyens les plus efficaces d’améliorer la santé des mères et des enfants, de comprendre les prescriptions des médecins ou d’accéder aux soins. » Elle est le moyen le plus puissant de façonner les valeurs, les compétences et les connaissances nécessaires pour bâtir l’avenir que nous voulons.

En 1966, la Conférence générale de l’UNESCO a créé la Journée internationale de l’alphabétisation, célébrée tous les 8 septembre depuis cette date. En 1967, l’Organisation a décerné son tout premier prix d’alphabétisation pour récompenser les efforts des collectivités et des individus qui ont contribué à la mobilisation de l'opinion publique en faveur de l'alphabétisation des adultes. Aujourd’hui, le Prix d’alphabétisation UNESCO du Roi Sejong et le Prix Confucius UNESCO d’alphabétisation continuent d’honorer l’excellence et l’innovation dans la promotion de l’alphabétisation à travers le monde.

« Investir dans des programmes d’alphabétisation relève d’un choix de développement essentiel et censé. L'alphabétisation est une composante clé des stratégies en faveur du développement durable et de la paix, » a affirmé Irina Bokova.

L’UNESCO ouvre la voie à la paix grâce à l’éducation

Le patrimoine mondial est une idée simple, mais révolutionnaire – c’est l’idée qu’il existe dans le monde des biens culturels ou naturels dont la valeur est universelle, et que l’humanité doit protéger comme son héritage indivisible.

Sauver les temples d’Égypte et démonter, pierre par pierre, le temple d’Abou Simbel au début des années 1960 ont été les premières actions à promouvoir cette idée. L’UNESCO a lancé une campagne de sauvegarde internationale pour empêcher des monuments de Nubie d’être inondés par les eaux du lac Nasser. La construction du haut barrage d’Assouan en Égypte a fait l’objet d’une attention sans précédent au niveau international sur la protection du patrimoine culturel. À cette époque, de nombreuse personnes pensaient qu’il fallait choisir entre culture et développement, entre des récoltes florissantes et la conservation des traces d’un passé glorieux. L’UNESCO a démontré que l’on pouvait avoir les deux.

En 1965, l’honorable Russell E. Train a mené une campagne en faveur d’une convention internationale destinée à protéger à la fois le patrimoine culturel et naturel ; celle-ci deviendra par la suite la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il avait compris l’importance du patrimoine comme rempart contre l’extrémisme, comme force pour consolider ce qu’il appelait « un sens de parenté mutuelle qui s’inscrit au sein d’une seule communauté mondiale. »

L’UNESCO reconnaît des sites culturel et naturel d’une valeur universelle exceptionnelle, et les protège pour le bien de tous. En tant que base à la compréhension mutuelle et au dialogue, la protection de notre patrimoine commun est une responsabilité partagée qui demande une coopération entre tous les États parties, de même qu’avec la société civile, les communautés locales et le secteur privé. Par exemple, un projet de préservation des statues de l’île de Pâques au Chili est dirigé par des scientifiques de l’université Nicolas-Copernic de Toruń en Pologne.

Aujourd’hui, la Convention a atteint une participation quasi-universelle, avec plus de 1 000 sites inscrits. Recouper toutes ces informations nous permet de dresser une nouvelle carte du monde, une carte pour la paix et le dialogue. « Notre plus grand défi n’est plus seulement de sauver des temples, mais aussi de répondre aux problèmes posés par le changement climatique, l’urbanisation rapide, le tourisme de masse, le développement économique, les catastrophes naturelles, sans oublier dans certains cas le manque de capacités appropriées et de moyens financiers pour protéger le patrimoine culturel. Nous devons former de nouvelles alliances et mettre en commun les ressources. La protection collective du patrimoine mondial relève désormais de nouvelles méthodes de gestion, de nouvelles façons d’assurer que la variété des entités se sente responsable de la préservation collective du patrimoine culturel. Nous devons échanger les meilleures manières de protéger les monuments mais aussi des biens plus complexes, à l’instar des paysages culturels, des sites historiques et des sites transfrontaliers, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à l’occasion du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial.

Nous devons miser sur la puissance du patrimoine comme source d’identité et de cohésion en cette période de changements. C’est pourquoi l’UNESCO est fermement déterminée à sauvegarder et promouvoir le patrimoine culturel et naturel sous toutes ses formes – matériel, immatériel et documentaire. En cette période de ‘nettoyage culturel’ sans précédent, d’éradication culturelle et de pillage culturel, la protection du patrimoine doit faire partie intégrante des efforts de consolidation de la paix.

Abou Simbel : La campagne qui a révolutionné l’approche internationale de la sauvegarde du patrimoine

Next slide

Historical speeches

Throughout UNESCO's 70 years history, all Directors-General as well as other prominent figures have made important statements and speeches presenting their vision, ideas and envisaged roles for the Organization and its mandate to construct the defences of peace and build a culture of soft power in the service of education, the sciences, culture and communication. We bring you here a selection of some of these important elements of UNESCO's essence.

Next slide

Commemorative items

Articles specially created for the 70th Anniversary of UNESCO, available at the

UNESCO Book and Gift Shop
7, place de Fontenoy
F-75352 Paris 07 SP
Tel.:+33 (1) 45 68 03 70
Contact:

Médaille 70ème Anniversaire de l’UNESCO en vieux bronze et bronze argenté

La médaille du 70ème Anniversaire de l’UNESCO symbolise la paix : sur l’avers est représenté le nombre 70 en relief à l’intérieur duquel est gravé le mot paix en 6 langues: anglais, français, espagnol, russe, arabe et chinois. Le logo spécial 70ème anniversaire figure sur le revers. La médaille a été frappée par la Maison Arthus-Bertrand, fondée en 1803, créateur et fabricant de médailles, insignes, décorations, bijoux et objets de prestige. 
 
Cette médaille patinée est disponible en vieux bronze et bronze argenté (finition argentée 15 microns).
Diamètre : 65 mm 
Poids: 195,2 grammes.
 
 
Prix :
vieux bronze: 55,00€
bronze argenté: 70,00€

Presse-papier 70ème Anniversaire de l’UNESCO

Presse-papier en verre de forme cubique logé dans un écrin en carton. Spécialement conçu pour le 70ème Anniversaire de l'UNESCO, ce presse-papier tient en équilibre sur un pan coupé et est gravé du Globe Symbolique de Reitzel ainsi que du logo 70ème anniversaire en 3 Dimensions.
 
Taille : cube de 6x6 cm
 Poids : 592 grammes.
 

Prix : 45 €

«Une bougie pour les droits de l’Homme» de Guila Clara Kessous

Fruitée et douce «Une bougie pour les droits de l’Homme» a été créée par l’Artiste de l’UNESCO pour la paix, Clara Guila Kessous, en l’honneur du 70ème Anniversaire de l’UNESCO. Comédienne, scénographe, metteur en scène et enseignante, Guila Clara Kessous a été honorée par l’UNESCO en 2012 pour l’ensemble de son travail au service de la mémoire et du rapprochement entre les peuples à travers le théâtre et la scénographie. En achetant cette bougie vous soutiendrez Mécénat Chirurgie Cardiaque.
Poids: 400 grammes.
 
 
Prix : 57 €
 

Cartes panoramas 70ème Anniversaire de l'UNESCO

Carte panorama dépliante en dentelle de papier avec enveloppe et feuillet pour écrire un message. Création sur-mesure pour le 70ème Anniversaire de l’UNESCO avec la tour Eiffel en arrière-plan et le globe de Reitzel et le bâtiment de l’UNESCO au premier plan, gravure laser du logo du 70ème Anniversaire de l'UNESCO. Un cadeau souvenir léger, qui peut s'envoyer telle une carte ou qui trônera une fois déplié sur votre bureau tel un objet décoratif. Cette carte panorama se décline en 6 coloris : Bleu nuit, Vert anis, Bleu, Argenté, Violet , Rose. 

Prix : 9.90 €

Cartes Patrimoine Mondial 70ème Anniversaire de l'UNESCO

Ces cartes de vœux spécialement conçues pour le 70ème Anniversaire de l’UNESCO par le photographe Jean-Jacques Gelbart, représentent des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO: Paris, rives de la Seine en France, Petra en Jordanie, Anciens ksour de Ouadane, Chinguetti, Tichitt et Oualata en Mauritanie, Médina de Fès au Maroc, Tombes royales de la dynastie Joseon en République de Corée et Tyr au Liban.

Prix : 4€

Pièces commémoratives 70ème Anniversaire de l'UNESCO

L’UNESCO, la Monnaie royale d’Australie, la Monnaie royale du Canada et la Monnaie de Paris ont réalisé une collection de pièces commémoratives dont les thèmes sont : la Grande Barrière de corail (Australie), les Montagnes rocheuses (Canada), le Mont Fuji (Japon), les monuments des Invalides et du Grand Palais (France). Conçue en or et en argent, la collection reflète la beauté naturelle de ces sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ces pièces sont disponibles auprès de notre distributeur PAMP : http://www.pamp.com/unesco

Plus d’information

 

Tasse 70e Anniversaire de l’UNESCO

Cette tasse blanche en céramique qui arbore fièrement le logo du 70ème Anniversaire en anglais et en français a été créée en édition limitée.

Contenance : 250ml, (H) 92mm x (ø) 80mm

Prix : 8,50 €

Aimant 70e Anniversaire de l’UNESCO

Aimant rond blanc, d’un diamètre de 56mm, représentant le logo et les dates du 70ème Anniversaire de l’UNESCO.

Prix : 2 €

Stylo 70ème Anniversaire de l’UNESCO

Ce stylo roller en laiton à capuchon magnétique et son étui en similicuir se glissera parfaitement dans toutes les poches! Créé par le designer Matsuo Koji, célèbre pour l’approche minimaliste, la pureté des lignes et les exigences techniques de son travail. Impression du logo 70ème Anniversaire sur le capuchon, encre noire.

Existe avec un capuchon bleu, rouge, rose, vert, argenté et noir.

Dimensions : 125mm. Poids : 23grammes.

Prix : 16 €

Timbre 70e Anniversaire de l’UNESCO

Ce timbre, à validité permanente, est utilisable pour tout envoi vers la France métropolitaine et l'Outre-mer, jusqu’à 20g.

Il s’agit d’un timbre écologique, de catégorie Lettre Verte, sans expédition par avion (sauf pour la Corse et l’Outre-mer) et dont le délai normal d’acheminement est de deux jours.

Il est en vente uniquement à la Librairie-Boutique de l’UNESCO.

Prix : 0,95 €