UNESCO – Figure de proue de la lutte contre le racisme depuis 70 ans

70th_anniv_racism01.jpg

23 August 2004 : International Day for the Remembrance of the Slave Trade and its Abolition - Textures Exhibition
© UNESCO/M. Ravassard -

Le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. » Depuis sa création il y a 70 ans, l’UNESCO œuvre sans relâche pour défendre et promouvoir cette idée fondamentale.

En 1949, l’UNESCO a lancé un programme mondial majeur pour combattre le racisme, établi en collaboration avec des intellectuels de renom tels que Claude Lévi-Strauss, Alva Myrdal, Alfred Métraux et Michel Leiris. La Déclaration stipulait que les théories relatives à la notion de supériorité raciale étaient scientifiquement et moralement infondées. Cela s’est traduit par une série de déclarations similaires sur le racisme, dont l’historique Déclaration sur la race et les préjugés raciaux (1978), qui plaidait pour la mise en œuvre d’un certain nombre de politiques pour combattre le racisme et les inégalités.

Au fil des ans, l’UNESCO s’est engagée avec toute la force de son mandat pour combattre toutes les formes de racisme. Dès 1996, l’UNESCO a reconnu l’apartheid comme « crime contre l’humanité ». Nelson Mandela – Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et lauréat de notre Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix – incarnait l’aspiration universelle à la liberté qui est au cœur de la mission de l’UNESCO.

L’UNESCO intègre l’éducation aux droits de l’homme dans les programmes scolaires partout dans le monde, transmettant ainsi l’histoire des pages sombres du passé – notamment l’esclavage et la traite négrière, l’Holocauste et l’histoire des génocides. En 1994, le projet La Route de l’esclave a été lancé pour promouvoir le développement de la recherche scientifique sur la traite négrière transatlantique, et pour approfondir notre connaissance des fondements idéologiques du racisme.

À la suite de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, l’UNESCO a adopté une nouvelle Stratégie intégrée de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’intolérance (2003). Un exemple frappant issu de cette Stratégie est la Coalition internationale des villes contre le racisme, un réseau de villes intéressées par l’échange d’expériences afin d’améliorer leurs politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion. L’UNESCO a également établi des partenariats avec de grands clubs sportifs tels que FC Barcelona, FC Malaga and Juventus FC pour lutter contre le racisme et la discrimination.

L’UNESCO, dans tous ses domaines de compétence, lutte contre la discrimination raciale. L’éducation constitue un moyen important de combattre les stéréotypes et les préjugés raciaux. Il est primordial que les écoles enseignent le respect d’autrui et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures dans le monde d’aujourd’hui, en favorisant la connaissance et la compréhension dans un esprit d'interaction et de dialogue.

« L’égalité de tous les êtres humains en dignité et en droits doit rester le point de départ de toute action, et la mesure de son succès. Cela nécessite un dialogue fondé sur le respect et la compréhension de la richesse qui réside dans la diversité. Cela signifie que toutes les voix doivent être entendues, sans exclure personne, » a dit la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.