État des lieux par région : Amérique latine et Caraïbes

Rapport de l’UNESCO sur la science, vers 2030

De nombreux pays d'Amérique latine ont mis en place des instruments politiques de STI sophistiqués. Sur la période visée par ce Rapport, on constate une augmentation considérable de leur participation dans l'enseignement supérieur, dans la disponibilité de ressources humaines en R&D et dans la production scientifique. Pourtant, à l'exception du Brésil, ils sont peu nombreux à afficher un dynamisme en R&D comparable à celui des économies des marchés émergents dynamiques et, dans l'ensemble, ne cherchent pas à être compétitifs à l'échelle internationale dans les activités de haute technologie.

L'activité scientifique et de recherche du Brésil éclipse celle du reste de l'Amérique latine, aussi bien en termes de volume que de dynamisme. Parallèlement, elle affiche une forte concentration géographique et reste assez isolée du reste de la société et de l'économie, qui souffre d'une productivité stagnante.

Malgré le repli de l'investissement public en énergie propre depuis la fin des années 2000 – époque à laquelle le Brésil avait attiré l'attention du monde entier en raison de son intérêt pour le biodiesel – le développement durable y reste un secteur prometteur, où des exemples novateurs font leur apparition dans des domaines comme la cosmétique axée sur une utilisation durable de la biodiversité.

À l'exception du Brésil, aucun pays d'Amérique latine ne dépense plus de 1 % de son PIB en R&D. La plupart dépensent moins de 0,5 %, ce qui les situe en dessous de la moyenne des économies à revenue intermédiaire de tranche inférieure. Dans l'ensemble, toutefois, la part de l'Amérique latine dans la dépense en R&D mondiale a augmenté, passant de 3,1 % en 2007 à 3,4 % en 2013.

Par ailleurs, la région nourrit un intérêt politique grandissant pour le savoir autochtone et accroît son investissement dans les sciences liées au développement durable. La part des articles scientifiques axés sur le savoir autochtone a progressé dans tous les pays d'Amérique latine et est supérieure ou égale à 0,5 % en Bolivie, en Colombie, au Guatemala et au Nicaragua – des proportions bien supérieures à celles observées dans les pays en développement.

Le Costa Rica se démarque par la part élevée des produits de haute technologie dans ses exportations de produits manufacturés. Le pays s'est également imposé dans le club mondial relativement fermé des pays capables d'attirer des investissements dans la production de micropuces. Bien qu'Intel ait annoncé en 2014 qu'il prévoyait de réduire la main-d'œuvre employée à la production, il gère et continue de développer une initiative de R&D au Costa Rica.

L'Argentine et le Brésil sont dotés de programmes de recherche spatiale de plus en plus sophistiqués et ambitieux. En 2014, l'Argentine a lancé ARSAT-1, le premier satellite de communication entièrement construit en Amérique latine.

De nombreux pays ont mis en place des structures réglementaires et des avantages fiscaux afin de favoriser l'énergie renouvelable et la recherche en la matière, énergie qui présente un potentiel élevé dans toute la région.

Le plan du centre sur le changement climatique de la Communauté des Caraïbes (Caribbean Community Climate Change Centre) pour 2011–2021, axé sur l'atténuation des impacts et le développement résilient, soutient des initiatives régionales visant à faciliter le transfert et l'assimilation de technologie. Il s'accompagne du premier plan stratégique pour la Communauté des Caraïbes (2015–2019) [Strategic Plan for the Caribbean Community (2015–2019)], initiative régionale favorisant le développement de l'innovation et de la créativité, de l'esprit d'entreprise, de l'alphabétisation numérique et de sociétés inclusives.