Partenaires financiers bilatéraux

 

L'UNESCO doit la plus grande partie de ses contributions volontaires aux donateurs gouvernementaux bilatéraux qui fournissent un appui à des domaines d'action prioritaires, les projets individuels et les instituts spécialisés de l'Organisation.

Les contributions négociées à travers des accords-cadres bien établis (Japon, Italie, Espagne, Pays-Bas, Norvège, Suède, Danemark, Flandre (Belgique), France) et fonds-en-dépôt sont demeurés relativement stables en dépit des récentes crises financières. Au-delà de la relation qui existe entre le Secrétariat de l'UNESCO et les États membres, les accords permanents sous-tendent un partenariat spécial entre l'UNESCO et les gouvernements.

Ce partenariat se caractérise notamment par des mécanismes conjoints de planification, examen et suivi de la collaboration. Parfois les accords couvrent plusieurs domaines, comme ceux tenus par certains pays nordiques et l'Espagne. Autres accords sont spécifiques à un secteur de programme spécifique comme le soutien du Japon, des Pays-Bas et de la France pour le patrimoine culturel, ou la contribution de l'Arabie saoudite pour le programme de culture de la paix et dialogue.

De plus en plus, l'UNESCO développe également son rôle de partenaire de mise en œuvre aux donateurs gouvernementaux bilatéraux dans les programmes mis en place par ces bailleurs de fonds avec des pays bénéficiaires spécifiques ou de sous-régions, et élargit sa coopération avec les donateurs émergents et les pays à revenu intermédiaire.

En savoir plus sur les Partenaires financiers bilatéraux