Grand angle

Lexique à l’usage des lecteurs

cou_02_17_7.jpg

© polygraphus / Shutterstock
En même temps que les médias sociaux ont envahi notre quotidien, de nouveaux termes et concepts ont fait leur apparition dans notre vocabulaire. Entre algorithme, fait alternatif, « fake news » et post-vérité, voici un petit tour d’horizon pour y voir plus clair.

Algorithme : le terme vient du nom du mathématicien persan Al Khwarizmi (vers l’an 820), à qui l’on doit l’introduction en Occident de la numération décimale. A l’heure de l’intelligence artificielle, un algorithme est une suite d’instructions qui doivent être exécutées de façon automatique par un ordinateur. Devenus, dans le langage courant, synonymes de l’intelligence mécanique face à l’intelligence humaine, les algorithmes sont à l’œuvre dans tous les domaines, allant des requêtes sur les moteurs de recherches aux bourses financières, en passant par la sélection d’informations recommandés aux internautes.

Biais de confirmation : appelé également « biais de confirmation d’hypothèse », il s’apparente à la pensée sélective. C’est la tendance à favoriser les informations qui confortent nos croyances et à ignorer ou sous-estimer celles qui les contredisent.

Bulle de filtre : concept développé par l’Américain Eli Pariser, cofondateur d’Avaaz.org, une ONG de cybermilitantisme fondée en 2007. D’après lui, les algorithmes des réseaux sociaux filtrent (par l’analyse des likes, des shares) et proposent aux utilisateurs des contenus personnalisés en adéquation avec leurs préférences. Cela conduit à les enfermer dans une « bulle » d’opinions sociétales et politiques.

Fait alternatif (alternative fact) : mensonge grossier, contre-vérité. Expression utilisée pour la première fois en janvier 2017 par Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, à propos de l’estimation du nombre de personnes ayant assisté à l’investiture du président américain.

Fake news : information fausse, truquée dans l’intention de nuire, définie en français comme « infaux », par Divina Frau-Meigs, professeure en sciences de l’information et de la communication. Selon les Décodeurs, du journal français Le Monde, la fake news « emprunte à la presse traditionnelle ses codes et sa présentation, pour se maquiller comme exercice journalistique ».

Hoax : canular diffusé par des chaînes de courriels. Il s’agit en général de rumeurs, de fausses informations alarmistes ou de faux appels à dons. Les motivations peuvent être politiques ou économiques (rémunération au nombre de clics). Le terme est moins utilisé aujourd’hui et tend à être détrôné par la fake news.

Post-vérité : désigné Mot de l’année 2016 par le dictionnaire britannique d’Oxford, le terme fait référence aux « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour former l’opinion publique que l’appel à l’émotion et aux croyances personnelles ». Apparu dans les années 1990-2000, il a été popularisé par les campagnes du Brexit et de l’élection américaine. Il symbolise un discours politique qui ne s’embarrasse plus des faits réels, et traduit la crise de confiance de l’opinion publique face aux médias traditionnels et aux institutions.

Viralité : phénomène de diffusion rapide d’une information – vraie ou fausse - via Internet et les réseaux sociaux. La viralité de l’information repose sur le mode de la recommandation d'un usager pour un autre usager. Elle est le pendant en ligne du « bouche à oreille » à une échelle infiniment plus large.