La Convention

À propos

Les secteurs culturel et créatif font partie des secteurs qui affichent la plus forte croissance au monde. Avec une valeur mondiale estimée de 4 300 milliards $ par an, le secteur de la culture représente désormais 6,1 % de l’économie mondiale. Ces secteurs génèrent des revenus annuels de 2 250 milliards d’USD et près de 30 millions d’emplois dans le monde, employant plus de personnes âgées de 15 à 29 ans que tout autre secteur. Les secteurs culturel et créatif sont devenus essentiels à une croissance économique inclusive, réduisant les inégalités et réalisant les objectifs fixés dans le Programme de développement durable pour 2030.

L’adoption de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a marqué un tournant pour la politique culturelle internationale. À travers cet accord historique, la communauté internationale a officiellement reconnu la double nature, à la fois culturelle et économique, des expressions culturelles contemporaines produites par les artistes et les professionnels de la culture. En définissant la conception et la mise en œuvre de politiques et de mesures soutenant la création, la production et la distribution de biens et de services culturels ainsi que l’accès à ceux-ci, la Convention de 2005 est au cœur de l’économie créative.

En reconnaissant le droit souverain des États de conserver, d’adopter et de mettre en œuvre des politiques visant à protéger et à promouvoir la diversité des expressions culturelles, tant sur le plan national que sur le plan international, la Convention de 2005 aide les gouvernements et la société civile à trouver des solutions politiques aux défis émergents.

Basée sur les droits de l’homme et les libertés fondamentales, la Convention de 2005 fournit en fin de compte un nouveau cadre pour des systèmes de gouvernance de la culture informés, transparents et participatifs.

Objectifs de la Convention de 2005 :

gmr1-goals-cutLes politiques et mesures nationales promeuvent la création, la production et la distribution de biens et de services culturels variés ainsi que l’accès à ceux-ci et contribuent à des systèmes de gouvernance de la culture informés, transparents et participatifs.
gmr2-goals

Les mesures de traitement préférentiel facilitent un échange équilibré des biens et services culturels et encouragent la mobilité des artistes et des professionnels de la culture dans le monde.

gmr3-goals

Les politiques de développement durable et les programmes d’aide internationale intègrent la culture en tant que dimension stratégique.

gmr4-goals

La législation nationale et internationale relative aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales promeut à la fois la liberté artistique ainsi que les droits sociaux et économiques des artistes.