Les droits d’auteur: une véritable ligne de vie pour l'industrie du livre du Zimbabwe

La loi sur le droit d'auteur n’est peut-être pas le sujet le plus palpitant dans les arts, mais posez la question à n’importe quel auteur publié et vous commencerez à comprendre son importance. En 2014, le Fonds international pour la diversité culturelle de l'UNESCO (FIDC) a travaillé avec le gouvernement et la société civile pour protéger les auteurs au Zimbabwe. A l’occasion de la Journée mondiale du livre 2017, revenons sur ce projet.

« Dans le secteur du livre, les activités illégales des pirates du livre ont pris plus de 50 % de la part de marché des entreprises d'édition légitimes, ce qui a conduit les auteurs à ne plus avoir envie d'écrire des livres et menace la viabilité de l’ensemble du secteur du livre », a déclaré au début d'un projet du FIDC en 2014 le directeur exécutif d’alors de ZIMCOPY, . Cette vision sombre de l'état de l'industrie de l'édition du Zimbabwe s’est grandement améliorée depuis, en partie grâce au projet.

Le Zimbabwe a une scène littéraire prolifique. Le pays accueille une des foires du livre les plus prestigieuses sur le continent, la Foire internationale du livre du Zimbabwe, et ses auteurs sont également loués par les organisateurs du Prix Caine pour l'écriture africaine pour la qualité élevée de leurs textes. Beaucoup d'auteurs zimbabwéens ont émergé au cours de la dernière décennie ; on peut citer parmi les réussites récentes  Need New Names de NoViolet Bulawayo ou September Sun de Bryony Rheam, qui ont stimulé l'intérêt pour la littérature locale.

Face à l’'inquiétude de beaucoup d'auteurs de ne pas pouvoir vivre financièrement de leur art en raison du piratage, le ZIMCOPY a demandé un financement au FIDC en 2014 afin de s'atteler au problème. ZIMCOPY est une organisation non gouvernementale qui a souhaité réunir la société civile, les universitaires, le gouvernement et les auteurs pour élaborer une stratégie à ce sujet.

C'est exactement le type de projet que le FIDC soutient, puisqu’il visait à renforcer une facette de l'industrie culturelle du Zimbabwe pour assurer des résultats à long terme. En tant que branche opérationnelle majeure de la Convention de 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le FIDC vise à renforcer les industries culturelles et créatives dans les pays en développement.

Des résultats positifs pour le projet

Trois ans plus tard, la stratégie porte ses fruits. Des travaux sont en cours pour renforcer la Loi sur le droit d'auteur, ainsi que  pour rédiger une ébauche de politique sur la propriété intellectuelle. « Ces réalisations ne sont pas négligeables, compte tenu de la compréhension inégale du droit d'auteur par les utilisateurs au début du processus », déclare Samuel Makore, directeur exécutif actuel de ZIMCOPY.

Pour lui, l'un des principaux défis aujourd’hui est de veiller à ce que les lois soient appliquées. Par exemple, dit Makore, le piratage de copies papier de textes dans les établissements d'enseignement est l'un des problèmes majeurs, de même que les défis liés aux formats numériques. Le ministère de la Culture récemment créé est conscient de la complexité du droit d'auteur et ZIMCOPY continue de travailler avec celui-ci, ainsi qu’avec le ministère de la Justice et le ministère de l'Education, sur ce sujet.

Il est pour le moment difficile, de démontrer statistiquement dans quelle mesure le projet du FIDC a conduit à une plus grande publication d’auteurs au Zimbabwe, mais le dialogue continu sur le droit d'auteur et sur la Convention de 2005 qui a été amorcé constitue un héritage durable du projet.

« L'un des principaux points positifs du projet soutenu par le Fonds international pour la diversité culturelle était qu'il a réuni la société civile », a déclaré Samuel Makore. ZIMCOPY, ainsi que les quatre autres associations d'auteurs du Zimbabwe, ont promis de continuer à travailler ensemble sur cette question afin que les auteurs ne soient pas découragés de donner libre cours à leur créativité, d’enrichir le discours public et de ravir leurs lecteurs.