Nouvelle vidéo: témoignages sur le suivi des politiques du Sénégal et de l'Éthiopie

Tous les quatre ans, les Parties qui ont ratifié la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles s’engagent à soumettre un rapport sur la façon dont la Convention a été mise en œuvre au niveau national.

Dans le cadre du projet, « Renforcer les libertés fondamentales à travers la promotion de la diversité des expressions culturelles » financé par le gouvernement suédois (Agence suédoise de coopération internationale pour le développement), l’UNESCO soutient 12 pays (le Burkina Faso, le Cambodge, la Colombie, Cuba, l’Ethiopie, l’Indonésie, le Maroc, le Rwanda, le Sénégal, la Tunisie, le Viet Nam et le Zimbabwe) dans leurs efforts pour collecter l’information et les données nécessaires pour élaborer, mettre en œuvre et faire le suivi de leurs politiques et mesures nationales qui font la promotion de la diversité des expressions culturelles. Ces témoignages provenant d’acteurs gouvernementaux et de la société civile rendent compte de l’impact de l’élaboration des rapports périodiques au Sénégal et en Ethiopie.

Le processus d’élaboration des rapports périodiques donne l’opportunité aux pays de faire un état des lieux de leur secteur culturel tout en définissant de nouvelles priorités politiques pour les années à venir. Il permet aussi un plus grand dialogue politique entre la société civile et le gouvernement ainsi qu’une plus grande coopération entre les ministères et facilite un dialogue plus ouvert sur des problématiques sensibles telles que la liberté d’expression et la liberté artistique. Le Sénégal et l’Ethiopie ont soumis leurs rapports périodiques quadriennaux en 2016.

Pour en savoir plus sur la mise en œuvre du projet au Sénégal et en Ethiopie.