Rapport de la Directrice générale de l'UNESCO sur la sécurité des journalistes et le danger d'impunité

2006-2015 Principales Conclusions

Une décennie de combat contre l’impunité

Une tendance à la hausse du taux de journalistes assassinés se dessine clairement au cours de cette décennie. Entre 2006 et 2011, le taux annuel moyen était de 67 assassinats, mais ce chiffre est passé à 106 assassinats entre 2012 et 2015.
 
L'impunité pour les crimes commis contre des journalistes demeure un grave sujet de préoccupation. Selon les informations reçues des États membres, 63 de 827 cas condamnés entre 2006 et 2015 ont été résolus, à peine 8 % de l'ensemble des cas. En outre, aucune information n'a été reçue dans 419 cas, soit 51 % du total.
 

Nombre de journalistes tués par région

La région dans laquelle a été recensé le plus grand nombre de victimes pendant la dernière décennie est celle des États arabes, où l’UNESCO a documenté les cas de 287 journalistes assassinés (35 % du total). Un quart de l’ensemble des cas se sont produits dans la région Asie-Pacifique, où 210 assassinats ont été enregistrés. La région Amérique latine et Caraïbes a représenté 176 cas (21 % du total), la région Afrique 104 cas (13 %), la région Europe centrale et orientale 36 cas (4 %) et la région Europe de l’Ouest et Amérique du Nord 14 cas (2 %).
Nombre de journalistes tués par région en 2006-2015
Répartition des victimes par sexe

Nombre de journalistes tués par sexe 2006-2015Les journalistes tués chaque année sont dans leur vaste majorité des hommes, qui représentent approximativement 94 % de l’ensemble des victimes. Les assassinats ne sont toutefois que la partie visible de l’iceberg et les femmes journalistes sont exposées à d’autres risques, notamment les actes d’intimidation, les atteintes à la dignité et les actes de violence, y compris les agressions sexuelles et le harcèlement sexuel.Pourcentage de journalistes tués par sexe 2006-2015

Nombre de journalistes tués par type de média
Nombre de journalistes tués par type de médias en 2006-2015Les journalistes de la presse écrite représentent la plus forte part des assassinats condamnés par la Directrice générale au cours de la dernière décennie, soit 316 journalistes tués (38 % du total). En deuxième position viennent les journalistes travaillant pour la télévision (234 assassinats ou 28 % du total), suivis par ceux qui travaillent pour la radio (171 assassinats, ou 21 % du total).
Nombre de correspondants étrangers et de journalistes locaux tués
Nombre de journalistes locaux et étrangers tués en 2006-2015Bien que les assassinats de journalistes internationaux retiennent souvent davantage l’attention des médias, une majorité écrasante des 827 journalistes tués au cours de la dernière décennie sont des journalistes locaux, qui représentent 95 % de l’ensemble des cas, contre 5 % pour les correspondants étrangers.
Nombre de journalistes salariés et indépendants tués
Nombre total de journalistes tués salariés/indépendants en 2006-2015Alors que les organes de presse font de plus en plus appel aux journalistes indépendants, il est intéressant d’examiner la proportion de ces derniers parmi les journalistes tués en 2006-2015. Les journalistes indépendants sont particulièrement exposés, car ils enquêtent seuls, souvent dans des environnements dangereux, et ne disposent que rarement du même niveau d’assistance et de protection que les journalistes salariés. Selon les données de l’UNESCO, 158 journalistes indépendants ont été tués au cours de la dernière décennie, soit 19 % de l’ensemble des cas.