Dynamiser le développement durable à travers l’accès à l’information

L'importance d'AccessToInfo: Une histoire d'intérêt humain

« L’Accès à l’information permet de niveler toutes les inégalités »


© UNESCO

Nnenna Nwakanma s’attache à promouvoir l’accès à l’information et aux plateformes technologiques pour les femmes au Nigéria

« L'accès à l'information est comme un accès à la vie, l’information est la vie. L'accès à l'information […] permet de niveler toutes les inégalités », clame Nnenna Nwakanma qui est intervenue à l’édition 2016 des IPDCtalks à Paris.

Nnenna est une activiste qui s'attache à promouvoir l'accès aux logiciels libres et gratuits. Elle est également organisatrice communautaire et conseillère en développement. Son intérêt pour les plateformes d’information et technologiques et son engagement à les rendre accessibles à tous - en particulier aux femmes - remontent à sa petite enfance. Elle est la benjamine de trois sœurs nées dans l’est du Nigéria. « Mes oncles ont décidé qu’ils ne voulaient pas de ma mère. Ils ne voulaient pas non plus de trois filles, en raison du manque d’investissement que cela représente », explique Nnenna. « J’étais donc une enfant non-désirée et non-nommée. En tant que fille, personne n’investira dans ton éducation ; tu es simplement en droit de recevoir les « dons » de la pauvreté et du mariage précoce. Tu ne disposes pas d’un l’accès à l’eau, à l’électricité ou à des services de santé. Et surtout, tu n’as pas le droit d’hériter ou d’avoir des propriétés. »

Initialement condamnée à mener une vie remplie de contraintes, l’histoire de Nnenna a pris un tournant inattendu. Son père, qui avait été séparé de sa famille pendant un temps, est rentré et a encouragé sa fille à créer sa propre identité. Il lui a donné un nom et l’a inscrite dans le meilleur établissement scolaire, financièrement accessible à la famille. Aujourd’hui, Nnenna est titulaire de plusieurs diplômes dans le domaine des sciences sociales, de la linguistique, des religions, du droit, des relations internationales et de la démocratie.

Néanmoins, profiter d’une bonne éducation n’a pas été le seul facteur qui lui a permis de parvenir à la situation dont elle jouit désormais. « J’étais une des premières partisanes en Afrique de l’informatique et de l’Internet. Quand j’ai réalisé le pouvoir de la technologie pour me donner une identité, pour faire de moi une citoyenne du monde, et pour y trouver une profession, j’ai pensé : c’est ce qui me correspond », explique Nnenna dans son discours prononcé lors l’édition 2016 des IPDCtalks.

En 2017, Nnenna devient la Responsable principale des politiques à la World Wide Web Foundation, une organisation fondée en 2008 par Tim Berners-Lee. Son objectif : assurer l’amélioration et l’accessibilité au World Wide Web. Le salaire de Nnenna lui permet aujourd’hui d’envoyer ses enfants à l’école, et de non seulement soutenir financièrement sa famille proche mais également ses oncles et tantes. Cependant, Nnenna ne représente pas la norme. Une étude, conduite pour la World Wide Web Foundation, a révélé que plus de la moitié de la population mondiale ne bénéficient toujours pas d’un accès à l’Internet. Les femmes représentent, par ailleurs, la grande majorité de ces personnes non-connectées.

Avec l’objectif de combler l’écart entre les sexes concernant l’accès à l’Internet, Nnenna est profondément engagée dans la promotion et la garantie des droits en ligne pour les femmes. Cela, au travers de l’éducation des femmes aux droits humains fondamentaux, ainsi qu’en faisant de l’internet un lieu sûr et accessible pour elles. A cette fin, Nnenna s’attache fortement à promouvoir l’agenda des bases de données ouvertes en Afrique. Elle a récemment lance TechMousso, le premier projet des données ouvertes sur le genre de la Fondation. TechMousso est une compétition utilisant les données sur le genre pour connecter les concurrents, issus des communautés technologiques, avec des organisations sur le droits des femmes et la société civile, afin de résoudre les défis de la Côte d’Ivoire en matière d’égalité des sexes.

Ces dernières années, Nnenna a co-fondé plusieurs organisations travaillant sur les questions liées à l’information et la technologie, telles que le Free Software and Open Source Foundation for Africa, le Africa Network of Information Society Actors, ainsi que le African Civil Society for the Information Society. Elle a été membre du Conseil d’administration de l’ Open Source Initiative, ainsi que Spécialiste de l’information à la Helen Keller Foundation, .

Rejoignez les IPDCtalks le 28 septembre au siège de l’UNESCO à Paris pour découvrir davantage d’histoires comme celles de Nnenna Nwakanma. Pour plus d’informations sur les IPDCtalks, veuillez-consulter notre site web : http://fr.unesco.org/ipdc-talks