Atelier national en République Dominicaine pour la lutte contre le trafic illicite de biens culturels et la promotion de leur restitution en Amérique centrale

Quand, heure locale: 
Jeudi, 22 Septembre 2016 - 8:30am au Vendredi, 23 Septembre 2016 - 5:00pm
Où: 
République dominicaine, Santo Domingo
Type d’événement: 
Catégorie 7-Séminaire et atelier
Contact: 
m.martell@unesco.org

Dans le cadre du projet de renforcement des compétences nationales en matière de lutte contre le trafic illicite de biens culturels et de la promotion de leur restitution en Amérique centrale, des ateliers ont été créés pour les agents nationaux, avec pour but précis la mise en œuvre la Convention de 1970. Ces ateliers serviront d’espaces de discussion afin d’identifier les forces et les besoins de chaque pays. Ils permettront notamment de réaliser un diagnostic de la situation, qui sera transféré à la Rencontre régionale sur le trafic illicite de biens culturels qui aura lieu fin novembre à Antigua au Guatemala.
Le trafic illicite de biens culturels génère un commerce illégal lucratif, comprenant un haut pourcentage d’objets volés qui ne pourront jamais être récupérés, ce qui a, bien entendu, des conséquences irréversibles sur le patrimoine culturel des pays concernés. L’Amérique Centrale est une région très touchée par ce fléau : le manque de régulation et de moyens, à la fois légaux et pratiques, à un niveau régional et national, pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels pose la question de la sauvegarde de ces biens et de leur transmission aux générations futures. De même, ce phénomène empêche la culture de jouer un rôle significatif dans le développement durable de la région.
L’urgence pour les pays d’Amérique Latine et les Caraïbes d’adopter une position régionale sur la lutte contre le trafic illicite de biens culturels est mentionnée de manière très explicite dans la Déclaration de la Troisième Réunion des Ministères de la Culture de la Communauté des Etats Latino-américains et des Caraïbes (CELAC), qui a eu lieu à La Havane les 18 et 19 septembre 2015. Cette déclaration recommande la création de mécanismes permettant la mise en œuvre adéquate de la Convention UNESCO de 1970 et de d’autres accords internationaux (comme par exemple la Convention UNIDROIT 1955). Elle reconnaît aussi le rôle indispensable des pays d’Amérique Latine et des Caraïbes dans les processus de préparation et d’adoption des lignes directrices opérationnelles de la Convention de 1970.
Dans le cadre du projet pour le renforcement des compétences nationales en matière de lutte contre le trafic illicite de biens culturels et de la promotion de leur restitution en Amérique Centrale, les ateliers nationaux sont construits dans le but de renforcer les compétences des agents nationaux qui ont un rôle significatif dans la mise en œuvre de la Convention de 1970. Pendant deux jours, le travail s’effectuera avec un groupe de vingt personnes, parmi lesquels des agents de douanes, des agents de police, Interpol, des juristes, des représentants du ministère de la culture et du ministère des affaires étrangères. Le but étant de partager les différentes expériences de chaque domaine d’action et de voir comment s’organise dans chaque pays la prévention de la lutte contre le trafic illicite.