Cérémonie de nomination de Marko Pogačnik en qualité d'Artiste de l'UNESCO pour la paix

Quand, heure locale: 
Vendredi, 5 Février 2016 -
6:00pm au 7:00pm
Où: 
France, Paris
Type d’événement: 
Evénement spécial
Contact: 
f.pashayev@unesco.org

La Directrice générale de l’UNESCO, Madame Irina Bokova va nommer le sculpteur slovène Marko Pogačnik en qualité d’Artiste de l’UNESCO pour la paix. Ce titre lui sera octroyé en reconnaissance de ses efforts pour sensibiliser le public à la protection de l’environnement, de la planète y compris de ses ressources et de son paysage, à travers de son engagement et sa démarche artistique au service du développement durable.
Né en 1944 à Kranj en Slovénie, Marko Pogačnik est un artiste conceptuel et sculpteur de renommée internationale.

Partant du land art, il utilise des piliers de pierre comme des points d’acupuncture dans le paysage. Il cherche ainsi à mettre l’imagination au service de la nature et de la guérison de la Terre. Sa « lithopuncture », méthode artistique unique, est un moyen de soigner les paysages endommagés.

Depuis 1962, il exerce son art aux quatre coins du monde, de Ljubljana à Quito, de Venise à Rio de Janeiro, toujours en étroite collaboration avec les communautés locales.

Marko Pogačnik est également à l’origine de concepts comme « la géaculture » qui se veut une nouvelle symbiose pacifique entre la nature, la Terre et l’humanité, ou « la géopuncture » qui prône une meilleure communication entre l’humain et la Terre.

Depuis 1993, Marko Pogačnik anime des séminaires et enseigne dans le cadre de formations en « géaculture » en Allemagne et en France (Hagia Chora), en Autriche, en Suisse, en Italie, en Suède, en Angleterre, aux États-Unis, en Amérique Latine, en Croatie et en Slovénie. Ses nombreux livres sont traduits en 13 langues. En français Un Espoir pour notre Terre, À la rencontre des êtres élémentaires, Géographie sacrée, Paris entre visible et invisible et Déclaration d’amour à la Terre éveillent la conscience sur les dimensions de notre planète qui ont été négligées ou oubliées par notre vision moderne du monde.

Exposé entre autres au Museum of Modern Art de New York et à la Biennale de Venise, il reçoit en 2008 le Prix National des Arts plastiques de Slovénie. Il est également sélectionné pour dessiner le blason officiel de la République de Slovénie. En 2012, le Musée national d’art moderne de Slovénie lui consacre une rétrospective de 50 ans de son œuvre.