COP22 : Co-production de connaissances pour l'action climatique à travers le Programme de pour la gestion des transformations sociales (MOST)

Quand, heure locale: 
Vendredi, 11 Novembre 2016 -
11:00am au 12:30pm
Où: 
Maroc, Marrakech
Type d’événement: 
Catégorie 7-Séminaire et atelier
Contact: 
Pedro Monreal Gonzalez, pm.monreal-gonzalez@unesco.org

Le Programme des sciences sociales et humaines de l'UNESCO organisera une journée de tables rondes dans le cadre de la 22e session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) qui se tiendra à Marrakech, Maroc, du 7 au 18 novembre 2016. Les tables rondes auront lieu toute la journée du 11 novembre 2016 dans le pavillon de l'UNESCO.

Ce panel mettra en évidence la contribution de l'UNESCO aux politiques de développement durable à travers son Programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST) et à travers les objectifs de développement durable (SDG) de l’Agenda 2030. Une attention particulière sera accordée aux résultats d’un travail empirique réalisé en Asie du Sud-Est et en Afrique australe.

MOST est un programme scientifique intergouvernemental de l'UNESCO qui a pour mission d'aider les États membres à améliorer les processus participatifs de formulation de politiques sur base du dialogue interculturel. Cette mission se réalise à travers le renforcement de l'interface entre recherches et politiques qui utilise les sciences sociales et humaines pour contribuer à la mise en place d'une culture de politiques de prise de décisions fondées sur des données probantes.

L'UNESCO a récemment fait la promotion de la science de la durabilité en tant que cadre conceptuel dans lequel divers projets ont été conçus et mis en œuvre afin de relever les défis sociaux et environnementaux découlant du changement climatique. Des connaissances significatives ont été tirées de ces expériences et l'UNESCO travaille actuellement à capter ces expériences dans un cadre systématique pour élaborer un modèle opérationnel de la science de la durabilité. En l'absence d'un tel modèle, une grande variation persiste dans la compréhension de la science de la durabilité, limitant l'efficacité de son application en tant que cadre cohérent.

Une telle approche permet à l'UNESCO de capitaliser sur l'ampleur de son mandat interdisciplinaire et de promouvoir davantage de synergies pour obtenir un impact plus important. Grâce à cette initiative, l'UNESCO aide les États membres d'Asie du Sud-Est et d'Afrique du Sud à identifier les lacunes des capacités qui pourraient exister en relation avec les SDG 15 (Vie sur terre) et 16 (Paix, justice et institutions fortes), et plus particulièrement les déficits relatifs à l'application de la science dans sa tâche de traduction de l’Agenda 2030 en plans de développement nationaux et locaux.