Projet UNESCO d’Assistance aux Comités de Bioéthique : 3e session de formation en Guinée

Quand, heure locale: 
Mercredi, 16 Avril 2014 - 8:00am au Vendredi, 18 Avril 2014 - 6:00pm
Où: 
Guinée, Conakry
Type d’événement: 
Catégorie 7-Séminaire et atelier
Contact: 
Dafna Feinholz, d.feinholz@unesco.org ; Abdul Rahman Lamin, ar.lamin@unesco.org

Dans le cadre d’un cycle de formation développé sur 3 ans pour accompagner les efforts de la Guinée dans le renforcement de ses capacités en bioéthique, ces 3 jours de formation intensive se concentreront sur les applications concrètes des principes contenus dans la « Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’Homme » (2005) avec l’objectif d’assurer la réactivité du Comité national de bioéthique établi en Guinee.

Mise en place dans le cadre du projet de l’UNESCO « Assistance aux comités de bioéthique » (ACB), cette 3e session de formation permettra ainsi au quinze membres du Comité nationale de bioéthique, non seulement de s’approprier les standards internationaux en vigueur en matière de bioéthique et de droits humains, mais également de procéder à des analyses de cas, d’identifier les dilemmes éthiques se posant au niveau mondial et dans leur pays, et plus spécifiquement de s’approprier la méthodologie délibérative utilisée pour les traiter.

La troisième année, la formation est dévéloppée autour d'un thème choisi par le comité. Celui choisi par le Comité national guinéen de bioéthique sera le suivant : La justice sociale et la gestion durable des ressources naturelles (l'exploitation minière et la foresterie) dans les pays en voie de développement.

Afin de sensibiliser les populations locales aux problèmes bioéthiques actuellement en jeu en Guinée, cette formation inclura une session publique avec la participation d’experts nationaux et internationaux.

Adapté aux réalités de chaque pays et des institutions dont ces derniers choisissent de se doter pour renforcer leurs capacités nationales en bioéthique, le projet ACB, dans lequel cette session s’inscrit, entend en effet permettre aux pays bénéficiaires de traiter leurs besoins.

Mis en place dans le cadre de l’initiative de l’UNESCO pour la construction des capacités en bioéthique voulue par la « Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’Homme », ce projet accompagne, sur 3 ans, les pays qui le demandent dans le développement de leur comité national de bioéthique, fournissant aux membres de ces comités une formation par an et une variété de ressources et d’outils.

Le contenu des formations, dispensées par des membres du personnel de l’UNESCO et des experts internationaux partenaires de l’Organisation, repose sur une série de guides produits spécialement par l’UNESCO dans cette perspective, ainsi que sur le « Cours de base de bioéthique » également conçu par l’Organisation pour populariser les standards internationaux en matière d’éthique et de droits de l’Homme en favorisant leur reconnaissance et leur adaptation au niveau local.

Une attention spéciale est accordée à la promotion de l’égalité des genres, tant dans le contenu des matériels utilisés pour la formation que dans le développement des plans d’action et de l’agenda de ces nouveaux comités nationaux de bioéthique. Pour les formations, tout comme pour son initiative de construction des capacités en bioéthique, l’UNESCO accorde également une attention toute particulière au traitement des requêtes émanant des Etats africains.