Séminaire de l'UNESCO sur le genre et l'eau : questions pour l'avenir

Quand, heure locale: 
Mardi, 2 Septembre 2014 -
9:00am au 12:30pm
Où: 
Suède, Stockholm
Type d’événement: 
Catégorie 7-Séminaire et atelier
Contact: 
s.zandaryaa@unesco.org

L'UNESCO organise avec la Commission de Recherche de l’Eau d'Afrique du Sud, un séminaire sur «Genre et Eau: Questions pour l'avenir » lors de la Semaine Mondiale de l'Eau 2014 à qui se tient du 31 aout au 5 septembre à Stockholm, en Suède.

Les femmes jouent un rôle central dans la fourniture, la gestion et la sauvegarde des ressources en eau. Mais en dépit de la reconnaissance de ce rôle, les femmes et les filles restent particulièrement vulnérables aux effets multiples du manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement, l'utilisation d'eau polluée dangereuse, et les catastrophes liées à l'eau. Compte tenu de l'importance de l'intégration du genre dans la gestion de l'eau et sachant que l’on observe, en l'Afrique rurale, une augmentation de la vulnérabilité des femmes et des filles aux impacts de sécheresses, le Programme hydrologique international (PHI) a mis en œuvre un projet dédié à l'intégration du genre dans la gestion des sécheresses dans le cadre du projet de la plateforme intersectorielle Priorité Afrique de l'UNESCO « Le suivi de la sécheresse au niveau national ». Dans le cadre du projet, l'UNESCO-PHI a organisé un atelier multipartite international sur le genre et la sécheresse au Niger en octobre 2013, qui a réuni toutes les parties prenantes de l'Afrique et d'autres continents, y compris les représentants de la jeunesse.

Lors du séminaire, l'UNESCO présentera un document de Recommandation sur l'Intégration du Genre dans la Gestion des Sécheresses, qui contient des messages clés et recommandations de la composante du projet de l'UNESCO et de l'atelier multipartite sur le genre et la sécheresse. Le document de Recommandation promeut l'intégration de la dimension de genre dans l’évaluation des risques de sécheresse et gestion de la sécheresse qui est important dans la réduction des effets de la sécheresse sur les femmes et les filles.

L'événement met l'accent sur la vulnérabilité des femmes et des filles à la sécheresse car la sécheresse n'est pas seulement une catastrophe naturelle liée à l'eau affectant l'approvisionnement en eau dans de nombreux pays africains, mais entraîne également de graves répercussions négatives sur la santé, le bien-être, les moyens de subsistance et l'éducation des femmes, des filles et des pauvres. Mme Sarantuyaa Zandaryaa, Spécialiste du Programme de la Division des Sciences de l'Eau de l'UNESCO, co-présidera le séminaire et la table ronde multipartite qui sera articulé autour de la question centrale: «Quelles sont les principales changeurs de jeu à l'avenir sur le genre, l'eau et le développement: élaboration de nouvelles questions de recherche".