Table ronde sur « Renforcer les sciences sociales et humaines en Afrique : enjeux intellectuels et institutionnels »

Quand, heure locale: 
Mardi, 9 Juin 2015 -
10:00am au 1:00pm
Où: 
Burkina Faso, Ouagadougou
Type d’événement: 
Réunion d'Etat membre ou d'Institutions
Contact: 
Maréma Toure-Thiam, Bureau de l'UNESCO à Dakar, m.toure-thiam, +33 864 96 31

L’Union africaine est dotée d’une stratégie pour la science, la technologie et l’innovation à l’horizon 2024 (STISA-2024), faisant suite à la stratégie qui couvrait la période 2004-2013. Sa mission est d’accélérer la transition de l’Afrique vers une économie innovante et fondée sur les connaissances.

Au vu de ces objectifs, qui sont fondamentalement basés sur les transformations sociales, on pourrait s’attendre à ce que les sciences sociales et humaines soient, dans cette stratégie, fortement présentes. Or, c’est loin d’être le cas.

Dans cette perspective, le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) organise, dans le cadre de son Assemblée générale (8-12 juin 2015), en partenariat avec le Bureau de l'UNESCO à Dakar, une table ronde sur le thème « Renforcer les sciences sociales et humaines en Afrique : enjeux intellectuels et institutionnels », le 9 juin 2015.

L’objectif de cette rencontre est de susciter le débat et dégager des pistes de réflexion pour l’intégration de la dimension sciences humaines et sociales dans la stratégie de l’Union africaine.

Dans la formulation de la stratégie, les sciences sociales et humaines ne sont spécifiquement mentionnées que sous un seul des six domaines d’impact autour desquels elle est construite : celui qui porte sur « Vivre ensemble – construire la communauté ». Pourtant, chacun des cinq autres domaines – l’élimination de la faim ; le contrôle des maladies et la promotion du bien-être ; la protection des espaces, notamment contre les pressions environnementales ; la création de richesses – a une dimension irréductiblement sociale et humaine qui appellerait une forte contribution des sciences sociales et humaines.

La table-ronde abordera donc ces enjeux avec un accent particulier sur les facteurs qui s’opposent au déploiement des sciences sociales et humaines en Afrique, et aux mesures qui pourraient être envisagées pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle. Parmi celles-ci, il importera de prendre en considération :

- les actions susceptibles d’être menées par les institutions existantes, avec leurs moyens, pour promouvoir la place des sciences sociales et humaines dans la réflexion africaine sur le développement ;
- les nouvelles initiatives qui pourraient être requises pour accroître la capacité des sciences sociales et humaines en Afrique, en matière de recherche, d’enseignement supérieur, de coopération scientifique ou de relations entre recherche et action ;
- les évolutions paradigmatiques qui pourraient être opportunes au vu des nouveaux défis d’un monde en transformation rapide, qu’il s’agisse d’objets émergents, d’exigences d’interdisciplinarité, de méthodes innovantes.