Savoirs autochtones et changement climatique

Les impacts du changement climatique devraient être particulièrement sévères pour les peuples autochtones, soit plus de 350 millions de personnes du monde entier, car ils vivent en première ligne, dans des environnements à haut risque. Cela concerne les pasteurs nomades vivant aux abords des déserts, les horticulteurs et les pêcheurs des petites îles de faible élévation, les agriculteurs et les pasteurs dans les zones à haute altitude, ainsi que les chasseurs et les éleveurs à travers l'Arctique circumpolaire.

Pour faire face à ces défis, les peuples autochtones mobilisent leurs connaissances approfondies des territoires qui sont la source de leurs moyens de subsistance depuis des générations. Les savoirs autochtones fonctionnent à une échelle spatiale et temporelle beaucoup plus fine que la science. Ils détiennent des clés de compréhension pour répondre et s'adapter à la variabilité environnementale. Ainsi, la contribution des savoirs autochtones à l’élaboration de politiques sur le changement climatique et à la réalisation du 13e Objectif de développement durable sur l'action climatique est considérable, notamment pour observer l'évolution des climats, s’adapter aux impacts et contribuer aux efforts d'atténuation à l’échelle mondiale.

Le projet Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) soutient les savoirs locaux et autochtones et favorise leur inclusion dans processus scientifiques et politiques mondiaux du climat. En travaillant aux niveaux local, national et mondial, LINKS renforce les peuples autochtones et les communautés locales, favorise les collaborations transdisciplinaires avec les scientifiques et les décideurs et met au point de nouvelles méthodologies afin d’améliorer la compréhension des impacts, l'adaptation et l'atténuation des changements climatiques.