Les Jeunes et l'internet: combattre la radicalisation et l'extrémisme

A propos

Des rencontres en ligne aux devoirs à la maison en passant par le divertissement, Internet est désormais un élément clé de la vie des jeunes aujourd’hui, ouvrant un vaste champ de possibilités nouvelles pour le rapprochement et l’apprentissage. En même temps, la Toile fournit aux extrémistes violents des outils puissants pour propager la haine et la violence voire identifier des recrues potentielles en créant des communautés en ligne visant à promouvoir la radicalisation.

« Nous assistons aujourd’hui à l’émergence d’une nouvelle génération numérique », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Notre rôle est de former une nouvelle génération de citoyens numériques au niveau mondial – en s’appuyant sur l’éducation, de nouvelles compétences interculturelles, et une éducation aux médias et à l’information approfondies ».

La conférence viendra soutenir l’action des États et de la communauté internationale en apportant une meilleure compréhension du rôle que joue Internet pour alimenter l’extrémisme violent, et en envisageant des outils efficaces pour y faire face.

À cet égard, la conférence débattra des idées et des expériences des gouvernements, des organisations internationales, des chercheurs et universitaires, ainsi que des compagnies en ligne, et présentera des études de cas du monde entier. Elle mettra également l’accent sur la participation des jeunes en ligne, et plus particulièrement sur des initiatives gérées par des jeunes qui se posent en modèles pour l’avenir.

« L’avenir de nombreux pays passe par la jeunesse – notamment celui des pays en proie à des tensions ou sortant d’un conflit. Près de 1,2 milliard de jeunes dans le monde aujourd’hui – qui ont entre 15 et 24 ans – vivent dans des sociétés où la jeunesse est durement touchée par le chômage et le manque d’instruction, de qualifications et de perspectives, tout ceci dans un contexte de transformation des structures familiales, d’urbanisation rapide, et de perception croissante de marginalisation », a expliqué Irina Bokova.

L’extrémisme violent est une menace pour les principes de respect des droits universels de la personne et des libertés fondamentales des Nations Unies. Il constitue également une menace croissante pour les sociétés qui connaissent actuellement de profondes mutations. La lutte contre l’extrémisme violent demande que des actions soient prises à tous les niveaux pour renforcer les fondements de la solidarité. C’est le rôle de l’UNESCO : renforcer la coopération à travers l’éducation, les sciences, la culture et la communication, venir en soutien aux États membres, aux acteurs de la société civile, aux universitaires et au secteur privé pour prévenir et réduire la radicalisation des jeunes en ligne.

À ce titre, l'UNESCO encourage davantage d’investissements dans l'accès à une éducation de qualité pour l’ensemble des jeunes femmes et des jeunes hommes – dont une éducation à la citoyenneté mondiale ainsi que de nouvelles compétences interculturelles afin de promouvoir le respect mutuel entre les différentes cultures et communautés. Les programmes d’éducation aux médias et à l'information sont essentiels pour aider les jeunes à mieux identifier et rejeter la propagande extrémiste. Cette approche de l’éducation inclut la sensibilisation aux discours de haine, ses causes et ses conséquences, la création de nouvelles plates-formes mais aussi de réseaux de dialogue et de compréhension mutuelle. La mobilisation de la société civile, ainsi que des communautés en ligne et des intermédiaires de services Internet (dont les moteurs de recherche, les fournisseurs de services Internet, les réseaux sociaux), est également importante.

« La position de l'UNESCO est claire – Internet et les nouvelles TIC doivent constituer des plates-formes d’engagement positif, de paix, de promotion du respect des droits de l'homme et de la dignité, permettant ainsi le dialogue et la compréhension mutuelle », a déclaré la Directrice générale.

Cela suppose des efforts supplémentaires pour éliminer les préjugés sexistes, combler les fossés linguistiques, renforcer les capacités de manière à exploiter la puissance des nouvelles technologies pour permettre à chaque jeune femme et jeune homme de participer en ligne pour le bénéfice de tous.

La conférence, organisée dans le cadre du Programme intergouvernemental Information pour tous (PIPT), vise à créer un réseau mondial de partenaires pour soutenir la défense des intérêts et le partage des connaissances. L’UNESCO présentera également une proposition de projet pilote, fondé sur tous les travaux existants, afin de donner aux jeunes les moyens de combattre la radicalisation et l'extrémisme en ligne, et la possibilité de réaliser leurs espoirs d’un monde plus pacifique et durable.

« Nous avons besoin d’apporter aux jeunes des compétences et des possibilités nouvelles, de promouvoir les droits de l'homme en ligne et les nouvelles formes de dialogue interculturel, en vue d’une plus grande compréhension et d’un plus grand respect mutuels », a souligné la Directrice générale. « Nous devons fournir aux jeunes des moyens pour grandir et se développer de manière positive, nourrir leur créativité et leur innovation pour dégager des solutions à de nombreux problèmes urgents de notre planète, sur la base de la solidarité. »