Journée mondiale de la liberté de la presse 2016

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.

Plus de 100 célébrations nationales ont lieu chaque année pour commémorer cette journée. L’UNESCO mène cette célébration mondiale en identifiant une thématique globale et en organisant l’évènement principal dans un lieu différent chaque année.

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

Evénements

L'UNESCO et le Gouvernement de la Finlande co-organisaient la célébration principale de la Journée mondiale de la liberté de la presse (JMLP) et la cérémonie de remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2016 à Helsinki, Finlande, du 2 au 4 mai 2016. La Journée mondiale de la liberté de la presse 2016 était organisée sous le patronage du Président de la République de Finlande Sauli Niinistö.

Célébration principale
Evénements parallèles
Conférence de recherche sur la sécurité des journalistes
Célébrations dans le monde

Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO

 

Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO

Christiane Amanpour est la correspondante internationale en chef de CNN depuis 1992 et l’hôte principale de son émission quotidienne intitulée « Amanpour ». Elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la liberté d'expression et la sécurité des journalistes en avril 2015. Ce titre lui a été décerné en reconnaissance de son engagement à promouvoir des médias libres, indépendants et pluralistes, pouvant travailler sans la menace de violence, afin de contribuer à la paix à travers la protection des droits humains et l’éradication de la pauvreté.