« Train My Generation », un projet lancé par l’UNESCO et Airtel Gabon pour former les jeunes aux nouvelles technologies

L’UNESCO vient de signer le premier partenariat jamais conclu avec une entreprise privée basée en Afrique sub-saharienne. L’accord de fonds-en-dépôt entre Airtel Gabon et l’UNESCO jette les bases de Train My Generation : Gabon 5000 [Former ma génération : Gabon 5000], un projet sur trois ans qui vise à offrir – via les technologies de l’information et de la communication (TIC)- une formation scientifique et entrepreneuriale à des milliers de jeunes au Gabon. Il s’agit aussi de proposer de nouvelles compétences aux enseignants du secondaire.

L’entreprise de téléphonie mobile Airtel Gabon allouera 4,3 millions de dollars à ce projet qui sera mis en œuvre par l’UNESCO. Dans un premier temps, des cyber centres équipés de serveurs et d’ordinateurs seront créés dans des écoles de Libreville, de Port Gentil, d’Oyem, de Franceville, de Bitam et de Lambaréné.

            Lors de la cérémonie de signature, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a salué le partenariat avec Airtel en soulignant le potentiel d’une telle coopération avec les firmes africaines. « Le secteur privé africain est extrêmement dynamique et je suis très fière de signer aujourd’hui le premier partenariat de l’UNESCO avec une entreprise basée en Afrique », a déclaré Irina Bokova.

            Olivier Hervé Njapoum, le Directeur général d’Airtel Gabon, a assuré pour sa part que son entreprise est convaincue que la jeunesse africaine peut contribuer largement au développement du continent, à condition d’être bien formée. « A travers ce partenariat, Airtel a voulu bénéficier de l’expertise de l’un des organes les plus importants du système des Nations Unies […], l’UNESCO, qui contribue à travers ses programmes en Afrique à la promotion de l’innovation basée sur la technologie et les savoirs ».

            L’Ambassadeur du Gabon, Gisèle Marie Hortense Ossakedjombo-Ngoua Memiaghe, s’est félicitée de ce partenariat, évoquant les études qui « ont montré le lien causal entre le développement des télécommunications et le développement économique ».

            5000  jeunes, âgés de 18 à 35 ans, recevront une formation de base dans le domaine des TIC pendant la première phase du projet, qui offrira aussi une formation en ligne à cent enseignants en science du secondaire. Les enseignants utiliseront leurs compétences pour fournir une assistance en ligne à 15000 élèves du secondaire préparant leur examen de fin d’année. Mais compte-tenu de la facilité d’accès à la plateforme utilisée pour ce soutien éducatif, ce soutien scolaire devrait toucher un nombre bien plus grand d’élèves.

            Des groupes plus restreints d’élèves apprendront à développer des applications pour téléphones portables, gérer des cyber cafés et mettre en place des centres coopératifs de maintenance à travers le projet Train My Generation : Gabon 5000.

***

Contact médias : Roni Amelan, Service de presse de l’UNESCO. +33 (0) 1 45 68 16 50, r.amelan(at)unesco.org