Le 4e pouvoir dans l’ère de la « post-vérité », un colloque à l’UNESCO

17 Mars 2017

Un colloque, organisé le 23 mars à l’UNESCO, s’intéressera à l’impact des mutations qui redessinent aujourd’hui le journalisme, comme la fragmentation du public, la désinformation ou le concept de « fausses nouvelles ».

Intitulée Le journalisme sous le feu des critiques : relever les défis contemporains, cette conférence réunira des représentants de médias de premier plan, des journalistes, des spécialistes en sciences sociales, des représentants des réseaux sociaux et des organisations de développement des médias. L’objectif est de dresser un état des lieux des défis que rencontrent la profession.

« Le mot de l’année 2016 dans le dictionnaire d’Oxford était  “post-vérité” », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Nous assistons aujourd’hui à l’émergence de questions qui touchent au cœur même du journalisme libre, indépendant et professionnel. Nous devons examiner ces tendances, débattre de ces concepts et envisager de nouvelles façons d’aller de l’avant, ensemble. C’est vital pour la démocratie, l’Etat de droit et la bonne gouvernance ».

Pour les médias, il s’agit de regagner la confiance du public et de mener à bien leur mission vitale. « Garantir une presse libre est essentiel pour le développement des sociétés et pour que chaque femme et chaque homme puisse exercer son droit d’accès à l’information et prendre part à la démocratie en tant que citoyen ».

Le colloque sera ouvert par Michael Worbs, Président du Conseil exécutif de l’UNESCO, Irina Bokova, Directrice générale, David Kaye, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression et Marcelo Rech, Président du Forum mondial des éditeurs.

La journaliste Christiane Amanpour, Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes et correspondante internationale en chef de la chaîne américaine CNN, modérera deux sessions de l’après-midi sur l’impact des réseaux sociaux et sur les « fausses nouvelles ».

Des tables-rondes seront organisées tout au long de la journée sur des sujets affectant le journalisme aujourd’hui tels que la crise de la démocratie représentative, le rôle des nouvelles technologies, l’éducation aux médias ou l’éthique (voir programme).

Les discussions alimenteront la série de publications de l’UNESCO intitulée Tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias. La conférence s’inscrit dans le cadre de la semaine de la Presse en liberté, qui prévoit une exposition et des débats sur la liberté de la presse organisés à l’UNESCO par les délégations de la France et de la Suisse auprès de l’UNESCO (22-29 mars).

***

Accréditation médias : Djibril Kébé, d.kebe@unesco.org, + 33 (0) 1 45 68 17 41.