Apprendre aujourd’hui pour un avenir viable

30212221-drupal.jpg

© UNESCO/Ministerio de Educación, Colombia

Les enjeux du programme de développement pour l’après-2015 sont élevés. Pour bâtir l’avenir que nous voulons et promouvoir une planète durable, des sociétés plus justes et plus vertes, ainsi que des économies vertes et dynamiques, nous devons construire des fondations solides. Cela doit inclure une éducation qui donne à toutes les filles et à tous les garçons, à toutes les femmes et à tous les hommes les valeurs, les compétences et les connaissances nécessaires pour trouver des solutions aux défis d’aujourd’hui et de demain. En un mot, l’éducation post-2015 doit préparer les enseignants et les apprenants au développement durable.

L’idée selon laquelle l’éducation permet de fournir les valeurs, les compétences et les connaissances nécessaires pour construire des sociétés durables a inspiré la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (DEDD ; 2005-2014) conduite par l’UNESCO. Pour réaliser un développement durable, les règles politiques et les incitations financières ne suffisent pas. Nous devons changer notre façon de penser et d’agir. En un mot, ce changement doit commencer par l’éducation en vue du développement durable (EDD). 

Bien que la Décennie ait abouti à des progrès significatifs en matière d’EDD, notamment à l’intégration par davantage de pays des stratégies, outils et cibles éducatifs dans leurs politiques nationales de développement durable ainsi qu’à un renforcement des stratégies nationales en matière d’EDD, il reste beaucoup à faire pour intégrer l’EDD dans tous les domaines de l’éducation et de l’apprentissage. Dans un monde peuplé de 7 milliards d’habitants et avec des ressources naturelles limitées, il devient de plus en plus urgent que les individus et les sociétés apprennent à agir de manière plus durable. 

À la Conférence Rio + 20 – la plus grande conférence des Nations Unies jamais organisée – les pays ont convenu de promouvoir l’éducation en vue du développement durable au-delà de la fin de la Décennie. En outre, le Groupe de travail ouvert sur les objectifs de développement durable a proposé d’intégrer l’EDD et l’éducation à la citoyenneté mondiale dans les cibles de l’objectif du programme de développement pour l’après-2015 relatif à l’éducation, qui vise à « assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité et à promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ». Cet objectif est aligné sur la cible figurant dans l’Accord de Mascate (hyperlien) adopté à la Réunion mondiale de l’UNESCO sur l’Éducation pour tous 2014.    

En novembre cette année, la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’éducation au développement durable qui se tiendra à Aichi-Nagoya (Japon) constituera une étape importante sur cette voie. La Conférence, qui réunira un millier de participants du monde entier, célèbrera les réussites de dix années d’efforts mondiaux en faveur de l’EDD et présentera les initiatives, les acteurs clés, les réseaux et les idées que la Décennie des Nations Unies pour l’EDD a encouragés. Lors de la Conférence, organisée autour du thème « Apprendre aujourd’hui pour un avenir viable », les enseignements à tirer seront identifiés, et l’avenir de l’EDD sera lancé : le Programme d’action global (GAP). 

Avec cette dynamique constante en faveur de l’EDD, les enjeux relatifs au lancement du Programme d’action global sont également élevés. Alors que la DEDD a construit de solides fondations, le Programme d’action global doit désormais susciter et intensifier l’action durant sa première phase quinquennale. Il poursuivra l’objectif global visant à utiliser l’EDD en tant que moteur essentiel pour favoriser la résilience et la durabilité des sociétés, et a donc pour ambition d’apporter une contribution substantielle au programme du développement durable pour l’après-2015. 

Afin de libérer le plein potentiel de l’EDD, le Programme d’action global mettra l’accent sur cinq domaines d’action prioritaires qui se sont révélés essentiels au progrès de l’EDD durant la Décennie : 

  • Renforcer les politiques ;
  • Intégrer les pratiques durables dans les environnements d’éducation et de formation (approches institutionnelles globales) ;
  • Renforcer les capacités des éducateurs et des formateurs ;
  • Mobiliser les jeunes et leur donner des moyens d’action ; et
  • Encourager les communautés locales et les municipalités à élaborer des programmes communautaires sur l’EDD. 

Pour que le Programme d’action global soit un succès, il sera nécessaire d’encourager et de créer de solides partenariats dans le domaine de l’EDD. Heureusement, nous ne devons pas partir de zéro. Le succès de la DEDD a été le travail des partenariats multiples créés par les acteurs de l’EDD dans le monde entier, notamment les agences des Nations Unies, les gouvernements, les organisations de la société civile, le secteur privé et les universités. L’UNESCO invite donc tous les acteurs concernés à s’associer au Programme d’action global dès le début et à prendre un engagement spécifique en faveur d’un ou plusieurs de ses domaines d’action prioritaires. La création de partenariats solides permettant de faire progresser un agenda pour l’éducation post-2015 pertinent, et de préparer les éducateurs et les apprenants au développement durable représente la voie à suivre. 

Par Qian Tang, Sous-Directeur général pour l'éducation, UNESCO