L'apprentissage numérique améliore les moyens de subsistance au Nigeria

digital-learning-improving-livelihoods-nigeria-c-unesco_abuja.jpg

© UNESCO Abuja - Learners attend a digital literacy class in Cross River State
12 Septembre 2017

« J’ai arrêté d'aller à l'école pendant ma troisième année » dit Atim Ewa, 29 ans, qui a commencé à prendre des cours d’alphabétisation numérique dans l'État de Cross River au Nigeria. Le jeune homme devait se faire aider de son frère cadet pour tenir la comptabilité de base et accomplir les formalités de la petite entreprise qu'il dirige dans sa ville natale, car il ne savait ni lire ni écrire. « Chaque fois que j'avais des clients, je devais attendre mon frère avant de pouvoir faire affaire. Ca n'était pas facile. »

Le projet « Revitalisation de l’alphabétisation des adultes et des jeunes » (RAYL) mis en œuvre par l’UNESCO au Nigeria a institué en novembre 2015 un plan pilote d’alphabétisation numérique dans l'État de Cross River afin de lutter contre le niveau élevé d’illettrisme dans le pays. Au Nigeria, le Projet RAYL s’est engagé à éradiquer l’illettrisme par le renforcement des capacités nationales en matière de conception et de fourniture d’une alphabétisation de qualité. Le projet vise également à offrir des compétences d'alphabétisation de base aux adultes et aux jeunes exclus de l’éducation formelle.

Le plan élabore des contenus et des matériels d’enseignement numérique à l’intention des apprenants, leur fournissant des ordinateurs portables et des terminaux mobiles qui intègrent les contenus d'apprentissage. Les facilitateurs jouent un rôle essentiel dans le processus d'apprentissage numérique, mais le projet ne se limite pas aux quatre murs de la classe. Grâce à un logiciel interactif, les élèves étudient à leur manière et au moment qui leur convient, ce qui personnalise cette pratique et la rend attractive. Ils peuvent également étudier à leur propre rythme et consacrer aux leçons le temps nécessaire, plus ou moins long, pour atteindre le même niveau d'apprentissage. À l’issue du projet pilote réalisé dans deux centres de l'État de Cross River, 927 apprenants avaient acquis des compétences d'apprentissage numérique en complément de leur alphabétisation de base.

Aujourd'hui, la situation d’Atim a beaucoup changé, car il a appris à lire et à écrire, et il a également acquis des compétences informatiques essentielles. « Maintenant je sais bien lire, compter mon argent et délivrer des reçus à mes clients » dit-il. « Mon entreprise s’agrandit et j’emploie actuellement huit personnes. »

Pendant la deuxième phase du projet RAYL, l’UNESCO fournira d’autres matériels d’apprentissage numérique destinés à répondre aux besoins des apprenants qui viennent d’être alphabétisés. Environ 40 000 apprenants acquerront des compétences professionnelles faisant appel aux TIC, par le biais d’un système d’apprentis qui sera mis en place.

Ada Obi est une jeune nigériane que la situation financière de ses parents avait privée de la possibilité d’achever l'école primaire. C’est un membre de sa famille venu en visite de l’étranger qui l'a encouragée à s'inscrire dans un centre d'apprentissage local. Ada apprend maintenant avec un facilitateur, grâce à un téléphone mobile, et elle sait déjà lire et écrire. « Je veux devenir infirmière pour soigner les gens » dit-elle. « Je suis heureuse ! »

Depuis sa fondation en 1946, l’UNESCO est au premier rang des efforts entrepris pour l’alphabétisation, qui constitue un droit humain fondamental et sert de fondement à l'apprentissage tout au long de la vie. L'année dernière a marqué le début de la mise en œuvre du Programme mondial de développement durable à l’horizon 2030 qui travaille sur des solutions pour combler le déficit de l’alphabétisation, pour les millions de personnes à travers le monde qui ne possèdent toujours pas les compétences d'alphabétisation de base.

Cette année, la Journée internationale de l’alphabétisation a été célébrée dans le monde entier autour du thème de « l’alphabétisation dans un monde numérique ».