L'auto-monitoring comme instruments de performance des stations de radio locale

07 Mars 2016

Les responsables, les techniciens et techniciennes des stations de radio locale sont en formation depuis ce jour pour l’appropriation des techniques et technologies de monitoring. Une initiative du projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC ».

Depuis ce matin (07 mars 2016) les responsables et les techniciens de stations de radio prennent part, à Bujumbura, à un atelier de formation sur la mise en place de système de surveillance (monitoring). Cette activité, qui s'inscrit dans le cadre du projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC », fruit du partenariat entre le Gouvernement Suédois et l'UNESCO, vise principalement à doter les stations de radios locales des compétences pour un meilleur suivi en matière de :

  • Qualité des programmes ;
  • Utilisation des TIC dans diverses étapes du processus éditorial ;
  • Prise en compte du genre ;
  • Traitement des sujets d'intérêt public pour les populations locales ; et
  • Fonctionnement du réseau local de correspondants.

Le programme de l'atelier, qui est animé par M. Michel Kenmoe, Spécialiste communication et information au Bureau de Libreville et superviseur du projet pour le Burundi, prévoit des sessions sur l'importance, la mise en place et les outils du monitoring. Des exercices pratiques seront organisés pour permettre aux participant(e)s de comprendre et s'approprier les techniques de bases du monitoring.

Le projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC » a identifié l'absence de monitoring dans les stations de radio locales comme l'une de leurs principales faiblesses. Cette observation a d'ailleurs été confirmée lors de l’évaluation préliminaire ce matin. De toutes les stations de radio présentes, seules deux, Radio Isanganiro et Radio Ijwi ry'Umukenyezi, appliquent un mécanisme de monitoring de leur programme.

Pour l'UNESCO, l'application des méthodes de monitoring, par les stations de radios locales elles-mêmes, est une démarche d'autonomisation qui à terme va leur permettre d'être plus performante tout en ayant une meilleure connaissance, basée sur des données fiables, de leurs forces et de leurs faiblesses.

Outre les connaissances théoriques et pratiques sur le monitoring, les personnes prenant part à cet atelier auront aussi à apprendre comment utiliser le logiciel libre FrontlineSMS comme outil d'interaction avec l'audience et moyen de collecte des données de monitoring. A ce titre, chaque station de radio bénéficiaire du projet a reçu, du projet, un smartphone android.

Pour le responsable de la radio Humuriza FM, M. Perry-Saxe Gateka, l'un des participants à l'atelier, le monitoring va être un grand plus en ce sens qu'elle permet à chaque station d’avoir une meilleure lecture des évolutions et autres changements par rapport aux objectifs du projet.


Les officiels à la cérémonie d'ouverture de l'atelier
© UNESCO

La cérémonie d'ouverture de l'atelier a été présidée par M. Jerome Ndikuriyo, Directeur général de la communication au Ministère burundais en charge de la communication et de Mme Joséphine Ntahobari, représentante du Chef de la Maison de l'UNESCO pour la Culture de la Paix.

L'atelier, qui se poursuit demain (08 mars 2016), a connu la participation de 21 personnes dont 8 femmes.