Avancées dans la formation des enseignants en Éthiopie

ethiopia2_2.JPG

© UNESCO

Bogale Abera dit qu’il est fier de participer aux nouveaux efforts visant à améliorer la qualité de la formation des enseignants à l’Institut d’Hawassa pour la formation des enseignants en Éthiopie, où il exerce également la fonction de directeur du département d’anglais.

Depuis le début de l’année 2014, M. Abera développe de nouveaux modules de formation pour les enseignants stagiaires avec le soutien du projet UNESCO-Fonds-en-dépôt chinois (CFIT) (financé par le Gouvernement chinois). Ce projet s’inscrit dans une démarche visant à améliorer la qualité de l’éducation en Éthiopie afin d’offrir aux enfants les meilleures opportunités possibles à l’avenir.

L’éducation joue un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté dans cette nation d’Afrique de l’Est et dans la stratégie du gouvernement visant à faire de l’Éthiopie un pays à revenu intermédiaire d’ici à 2020-23. Le nombre d’étudiants et d’établissements continue d’augmenter dans toutes les régions, en particulier aux niveaux du premier cycle du primaire et du deuxième cycle du secondaire. Selon le Rapport mondial de suivi 2013-14 de l’UNESCO, le taux de scolarisation des enfants à l’âge approprié a augmenté en Éthiopie, passant de 23% en 1999 à 94% en 2011. L’Éthiopie est par ailleurs un « État champion » de l’Initiative mondiale pour l'éducation avant tout (GEFI), un titre qui récompense les progrès que le pays a accomplis dans la réalisation des objectifs de l’éducation. Aujourd’hui, le principal défi à tous les niveaux de l’éducation est la qualité. L’Éthiopie est l’un des rares pays africains à avoir institutionnalisé les évaluations nationales de l’apprentissage, qui ont révélé l’ampleur des difficultés rencontrées pour améliorer la qualité de l’éducation, ainsi que les moyens d’y remédier.

L’objectif global du projet du CFIT en Éthiopie, qui s’intitule « Exploiter les technologies pour améliorer la qualité de la formation des enseignants » vient compléter les efforts déployés par le gouvernement pour atteindre les objectifs de l’Éducation pour tous en renforçant les établissements de formation des enseignants. Le projet soutient deux établissements : l’Université de Baher Dar et l’Institut d’Hawassa pour la formation des enseignants.

En renforçant les établissements de formation, les enseignants stagiaires ainsi que les enseignants en exercice seront mieux préparés à offrir une éducation de qualité à leurs élèves. Le projet vise également à renforcer la formation des enseignants par le biais des technologies, telles que les plates-formes de formation à distance.

Dans le cadre du projet, M. Abera a participé à l’évaluation des besoins et à l’élaboration de modules de formation. « Ma participation à ce processus m’a beaucoup aidé. Elle m’a aidé à déterminer les compétences en anglais dont les enseignants du primaire ont besoin, ainsi qu’à évaluer le niveau actuel de compétences des stagiaires. Ce travail m’a permis d’identifier clairement leurs lacunes en termes de compétences. Un problème connu est un problème à moitié résolu », a-t-il dit.

Le projet du CFIT, qui s’étend sur quatre ans, vise à améliorer les compétences et les connaissances des formateurs d’enseignants, tels que M. Abera. En Éthiopie, 2 000 enseignants seront formés à enseigner aux élèves à l’aide des pédagogies modernes. En outre, les formateurs d’enseignants et les enseignants stagiaires seront encouragés à améliorer leurs compétences en anglais et dans leur langue maternelle à des fins pédagogiques, et seront dotés de connaissances sur les moyens d’utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement.