Biens culturels : un moteur économique à l’ère numérique

Le commerce des biens culturels a doublé pendant la période 2004-2013, malgré la récession mondiale et la part croissante qu’occupent les services de musique et de cinéma en ligne.

C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU),  La mondialisation du commerce culturel : Un glissement de la consommation culturelle – Flux internationaux des biens et services culturels 2004-2013, qui dresse un état des lieux des échanges de biens et des services culturels à travers le monde.

« Le commerce des biens culturels a atteint un montant de 212,8 milliards de dollars en 2013, soit près du double du montant observé en 2004 », a déclaré Silvia Montoya, Directrice de l’ISU. « C’est une preuve supplémentaire du rôle essentiel que jouent aujourd’hui les industries culturelles dans l’économie mondiale. »

La Chine est désormais le premier exportateur de biens culturels, suivie par les États-Unis. En 2013, la valeur totale des exportations culturelles chinoises a atteint un montant de 60,1 milliards de dollars, soit plus du double du montant atteint par les exportations américaines – 27,9 milliards de dollars.

Si les États-Unis ne sont plus leader mondial des exportations de biens culturels, le pays reste le premier importateur de ces biens. D’une manière générale, les pays développés jouent un rôle moins important dans le domaine de l’exportation des biens culturels, mais restent largement dominants  dans les importations de ces biens. Parallèlement, les marchés émergents ont vu leurs exportations de biens culturels augmenter. La Turquie et l’Inde ont renforcé leur position au cours de ces dernières années, et font désormais partie des dix premiers exportateurs de biens culturels.

Quels sont les produits qui ont gagné du terrain ?

L’art et l’artisanat ont progressé dans le classement des dix types de biens culturels les plus vendus, en partie du fait de la joaillerie en or, secteur refuge  en cette période d’incertitudes. Les exportations de bijoux en or ont représenté plus de 100 milliards de dollars en 2013.

Les statues, les statuettes et les peintures ont également gagné du terrain. Dans la catégorie « art et artisanat », les ventes de ces biens ont représenté un montant de 19 milliards de dollars en 2013.

Quels sont les produits qui ont perdu du terrain ?

Entre 2004 et 2013, la « dématérialisation », ou numérisation des produits, tels que la musique, les films et les journaux, a eu un impact énorme sur ces industries, car leurs produits sont entrés dans la sphère  des services culturels, souvent vendus sous forme d’abonnements en ligne. 

Le commerce des produits musicaux enregistrés, par exemple, a baissé de 27 % entre 2004 et 2013, et le commerce des films a baissé de 88 % pendant la même période ; cependant, les services audio-visuels considérés dans leur ensemble ont gagné du terrain.

En dépit de la baisse des ventes de produits imprimés, que reflète notamment  le déclin de la presse papier, les livres sont restés un secteur d’exportation de biens culturels important dans certaines régions, où leur vente a progressé de 20 % entre 2004 et 2013.

Le défi de la mesure

Étant donné que de plus en plus de biens culturels passent sur un support numérique, le rapport souligne qu’obtenir des données précises sur le flux de ces produits est de plus en  plus difficile. Trouver de nouvelles sources de données et coopérer avec les organisations internationales afin de promouvoir et d’améliorer les statistiques sur le commerce des biens culturels, notamment dans les pays en développement, permettra d’améliorer la compréhension de la contribution réelle du commerce des biens culturels dans l’économie mondiale.

Le rapport (en anglais) et les infographies sont disponibles en ligne.

****
Pour en savoir plus, veuillez contacter Amy Otchet, Institut de statistique de l’UNESCO, Montréal, Canada, courriel : a.otchet(at)unesco.org, poste fixe : +1 514 343 7933 ou mobile : +1 514 402 7836