Célébration de la Première Journée internationale de l’accès universel à l’information

07 Octobre 2016

Kinshasa, le 28 septembre 2016.

La Journée Internationale de l’Accès Universel à l’Information (JIAUI)a été célébrée à Kinshasa le mercredi 28 septembre 2016 sous le patronage du Ministre de la Communication et des Médias.

Proclamée par les Etats membres de l’UNESCO en novembre 2015, cette journée a été souhaitée par ceux-ci pour promouvoir le droit à l’accès universel à l’information à travers toutes les plates-formes, comme moyen essentiel à la réalisation de l’Agenda 2030 de développement durable.

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies, le Représentant de l’UNESCO en RDC, Abdourahamane Diallo a circonscrit à l’intention des journalistes et des auditeurs de la radio Okapi le contexte de la proclamation de cette journée et l’importance de son enjeu majeur à savoir le droit d’accès à l’information.

« Le droit à l’information est essentiel pour une gouvernance transparente et responsable et pour le développement durable, il constitue une condition préalable de la participation du public à la formulation des politiques sociales et au processus décisionnel des organes de gouvernance » a déclaré Monsieur Diallo dont l’intervention était diffusée sur les antennes de la radio de l’Onu.

Il s’est tenu par la suite une  table ronde qui a mobilisé l’ensemble des participants, décideurs politiques, législateurs, homme et femme des médias, société civile autour de deux thématique connexes à cette célébration ; à savoir « les normes, les politiques, les dispositions légales et réglementaires autour de l’accès universel à l’information en RDC : défi, enjeux et perspectives pour un journalisme responsable » et « l’accès universel à l’information et la promotion du journalisme » sous la présidence du Ministre de la Communication et des médias,  S.E Lambert Mende Omalanga.

Dans son mot d’ouverture de la Table ronde, Lambert Mende a mis en exergue la résonnance particulière de la célébration d’une telle journée en RDC : « l’information est une garantie de l’épanouissement individuel et du développement collectif car il existe bien un lien direct entre information et connaissance. En RDC, le droit d’accès à l’information, droit humain par excellence, est consacré comme acte de foi dans la constitution en son article 24 qui stipule ‘toute personne a droit à l’information’ » a-t-il souligné. Il a rappelé que le projet de loi sur l’accès à l’information soumis et adopté par le Sénat se trouve présentement sous examen à l’Assemblée Nationale aux deux chambres du parlement (Sénat et Assemblée nationale). Ladite loi a été adoptée au Sénat et est actuellement sous examen à l’Assemblé nationale.

Auteur de l’examen de ce projet de loi sur l’accès à l’information au Sénat, l’Honorable Sénateur Moise Nyarugabo, qui a fait un exposé sur le thème les normes, les politiques, les dispositions légales et réglementaires autour de l’accès universel à l’information en RDC : défi, enjeux et perspectives pour un journalisme responsable »,a vivement soutenu la perspective pour le pays de se doter d’une loi de nature à favoriser l’émergence d’une gouvernance démocratique, de la transparence de l’administration, de la lutte contre la corruption et l’exclusion sociale. « Si le citoyen n’est pas bien informé, il ne saura pas exercer le contrôle sur le gouvernement ».  C’est son droit de savoir ce qui se passe surtout si le gouvernement le fait en sa faveur » a indiqué le Sénateur.

Pour sa part , le Professeur Jean-Lucien Kitima a entretenu les participants sur le thème de « l’accès universel à l’information et la promotion du journalisme » ; il s’est appesanti sur l’article 24 de la constitution de la RDC qui garantit l’accès à l’information qui , selon lui ; constitue un pilier de l’exercice des libertés publiques dans une société démocratique et un moyen pratique, effectif et légitime autorisant aux citoyens de contrôler l’action gouvernementale et de savoir pourquoi, par qui, comment et quand les décisions publiques à tous échelons de l’Etat, sont prises et mises en œuvre. Abordant la question du journalisme d’investigation, le Professeur Kitima a rappelé les esquisses notionnelles et définitionnelles, les principes et les sphères du journalisme d’investigation ainsi que les contours de sa pratique et des perspectives d’avenir en RDC.

La table ronde s’est clôturée sous un débat nourri des questions et réponses entre les participants et les différents intervenants en présence de Mme l’Ambassadeur de la Suède, premier pays ayant adopté, il y a 250 ans, une loi sur l’accès à l’information.

Pour tout contact : Bureau de la Représentation de l’UNESCO à Kinshasa

2, avenue des Ambassadeurs

Commune de la Gombe

Tél : +243 818848253

E-mail :