Cinq nouvelles inscriptions sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

intangible_688px_drupal_if.jpg

Spanish riding school
© ASAblanca.com/René Van Bakel

Windhoek, 2 décembre – Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni en Namibie jusqu’au 4 décembre, a inscrit ce matin cinq nouveaux éléments sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité est composée des expressions qui démontrent la diversité du patrimoine immatériel et qui font prendre davantage conscience de son importance. L’examen des candidatures d’inscription sur la Liste représentative continuera mercredi 2 décembre dans l’après-midi. 

Les éléments inscrits ce matin sont : 

Autriche – L’équitation classique et la Haute École de l’École d'équitation espagnole de Vienne           

L’équitation classique à l’École d’équitation espagnole de Vienne est l’art traditionnel et la pratique de la reproduction, de l’élevage, du dressage et de la monte des chevaux lipizzans. Ses pratiques sociales variées et ses cérémonies et rituels sont basés sur la relation ancienne entre les éleveurs, les palefreniers, les artisans, les cavaliers et les chevaux. Les connaissances en matière d’élevage de chevaux et d’utilisation des équipements sont transmises aux élèves par les palefreniers et les cavaliers expérimentés. La tradition procure aux communautés de l’École un sentiment d’identité et assure la sauvegarde des techniques d’élevage des chevaux.

Azerbaïdjan    - L’artisanat du cuivre de Lahidj     

L’artisanat du cuivre de Lahidj est la pratique traditionnelle de fabrication et d’utilisation des produits en cuivre concentrée dans la communauté Lahidj, dans le Caucase. Le maître chargé de la fonte prépare le cuivre avant que le forgeron-marteleur le batte en plaques fines. Un artisan grave les plaques dont les motifs, qui portent sur l’environnement, témoignent des connaissances et valeurs traditionnelles. Les Azerbaïdjanais achètent les objets en cuivre pour les utiliser au quotidien. Cette pratique est transmise de père en fils et est perçue comme une marque claire de l’identité Lahidj.

Bulgarie - Le surova, festival populaire dans la région de Pernik

Le surova est un festival populaire qui a lieu dans les villages de la région de Pernik les 13 et 14 janvier pour fêter le Nouvel An. La nuit, un groupe de mascarade, le survakari, joue dans le centre du village en endossant le rôle de personnages – jeunes mariés, prêtre, ours – qui se rendent dans les maisons le jour suivant pour marier les jeunes couples et présager une bonne santé aux habitants. Un repas est offert et des dons sont collectés pour les plus défavorisés. Toutes les générations participent au festival, particulièrement les jeunes, ce qui renforce leur estime d’eux-mêmes.

Cambodge; Philippines; République de Corée; Viet Nam - Les rituels et jeux de tir à la corde

Les rituels et jeux de tir à la corde dans les cultures rizicoles d’Asie de l’Est et du Sud-Est sont pratiqués au sein des communautés pour assurer récoltes abondantes et prospérité. Ils marquent le début du cycle agricole et commencent souvent par des rites commémoratifs en hommage aux divinités locales. Ils sont souvent organisés devant la maison communale ou le sanctuaire du village. Deux équipes à chaque extrémité d’une corde tentent de tirer celle-ci de leur côté. Cette pratique non compétitive renforce la solidarité et l’identité communautaires. Les aînés dirigent les jeunes gens et les rituels.

Colombie; Équateur   - Les musiques de marimba, les chants et les danses traditionnels de la région du Pacifique Sud colombien et de la province d'Esmeraldas d'Équateur          

Les musiques de marimba, les chants et les danses traditionnels sont des expressions musicales intégrantes du tissu de la communauté des afro-descendants dans la région du Pacifique Sud colombien et de la province d’Esmeraldas en Équateur. La musique est créée par un xylophone, des tambours et des maracas. Les histoires et poèmes chantés accompagnés de danses ont lieu lors d’événements rituels, religieux et festifs pour célébrer la vie, une forme de culte des saints ou un adieu au défunt. La communauté est détentrice et praticienne de ces expressions qui renforcent l’appartenance au groupe et son identité. Cet élément, inscrit en 2010 par la Colombie, est désormais élargi à l’Équateur et remplace celui inscrit précédemment.  

***

Images des éléments inscrits pour les chaînes de télévision (liste représentative)

Images des éléments inscrits pour les chaînes de télévision (liste de sauvegarde urgente)

Retransmision en direct : http://www.unesco.org/culture/ich/

Kit d’information avec des faits et chiffres, questions fréquentes, descriptifs des dossiers de candidature proposés en 2015 et des contacts pour des interviews.

Plus d’informations : http://www.unesco.org/culture/ich/fr/10com

Contact : Lucía Iglesias Kuntz l.iglesias(at)unesco.org. Tél : +264818000472 / +33 (0) 680240729