« Le combat contre le terrorisme est le combat de toute nation », déclare à l’UNESCO le président du Cameroun Paul Biya

infocus_drupal_leaders_forum_cameroon.jpg

© UNESCO/Nora Houguenade

Le Président de la République du Cameroun, Paul Biya, a appelé aujourd’hui chaque nation à contribuer au combat contre le terrorisme lors de son intervention devant le Forum des dirigeants à l’UNESCO qui réunit des chefs d’Etats et des représentants de gouvernements les 16 et 17 novembre dans le cadre de la 38e session de la Conférence générale de l’Organisation.

Organisé à l’occasion du 70ème anniversaire de l’Organisation, le Forum des dirigeants est dédié aux victimes des attaques terroristes qui ont eu lieu à Paris le 13 novembre.

« Ces terribles événements montrent clairement à quel point nous sommes éloignés, entant que civilisation, de l’idéal de paix perpétuelle, d’un monde dans lequel règnent l’harmonie et le dialogue. Ils montrent aussi, très clairement, ce que doit faire l’UNESCO et à quel point son mandat demeure pertinent », a déclaré le Président de la Conférence générale, Stanley Mutumba Simataa, après avoir exprimé sa profonde tristesse au lendemain des attaques qui ont endeuillées la capitale française.

En ouvrant le Forum, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a évoqué les événements tragiques et terribles qui ont frappé Paris et le monde entier. « Il s’agit d’une attaque contre l’humanité. Nous ne l’accepterons pas. Nous ne céderons pas. Nous devons rester unis, avec la France, avec toutes les femmes et les hommes, avec toutes les sociétés ».

Citant l’Acte constitutif adopté il y a 70 ans, qui stipule que « les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes et des femmes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix », la Directrice générale a souligné que cela « n’a jamais été aussi actuel, aussi pertinent ».

« Mon  propre  pays, havre de stabilité, en fait aujourd’hui la douloureuse expérience. Il subit depuis quelques années les attaques terroristes de Boko Haram. […] C’est le lieu pour moi de rappeler qu’aucun pays n’est à l’abri des attaques terroristes », a déclaré  le Président du Cameroun dans son intervention. « Ce qui vient de se passer à Paris, le soir du 13 novembre, est particulièrement significatif. Le combat contre le terrorisme est le combat de toute nation qui met le respect de la personne humaine et de sa vie au premier rang de ses valeurs. Ce combat incombe à chaque nation. Il appartient à chaque nation d’y apporter sa contribution.»

« Au sein de la vaste famille du système des Nations Unies, le  Cameroun  éprouve  une  inclination particulière   pour   l’UNESCO. […] Pays pacifique et tolérant, peuplé de populations d’origines, de religions et de traditions culturelles diverses, il se reconnaît dans l’idéal humaniste de l’UNESCO dont l’objectif ultime est « l’épanouissement » de l’homme et l’harmonie entre les peuples. Comme l’UNESCO, le Cameroun pense que nos  différences, loin d’être un handicap, sont une source d’enrichissement », a poursuivi Paul Biya. 

Le Président s’est félicité du travail accompli par l’UNESCO au Cameroun sous l’autorité de la Directrice générale. Il a également salué la décision d’implantation au Cameroun du siège sous-régional de l’UNESCO pour l’Afrique qui est de nature à consolider l’action de l’Organisation dans la sous-région.

A l’issue de son intervention devant le Forum des dirigeants, le Président du Cameroun s’est entretenu avec la Directrice générale.

Lors de sa visite, il était accompagné de Chantal Biya, Première dame du Cameroun, Ambassadrice de Bonne volonté de l’UNESCO pour l’éducation et l’inclusion sociale, de Lejeune Mbella Mbella, ministre des Relations extérieures et ancien Délégué permanent du Cameroun auprès de l’UNESCO ; de Youssouf née Hadidja Alim, ministre de l’Education de base et de Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la culture.