Le Comité du patrimoine mondial inscrit des sites au Japon, en Turquie, au Mexique et en Uruguay et approuve l'extension d'un site espagnol

infocus_whc2015_mexico_12.jpg

Arcade principale à l'aube (Mexique)
© Espacio de la Imagen
05 Juillet 2015

Bonn, 5 juillet – Le Comité du patrimoine mondial, réuni à Bonn jusqu'au 8 juillet, a approuvé dans sa session de l'après-midi l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial des quatre sites suivants : les Sites de la révolution industrielle Meiji au Japon : sidérurgie, construction navale et extraction houillère, Ephèse (Turquie), le Système hydraulique de l'aqueduc de Padre Tembleque (Mexique) et le Paysage culturel industriel de Fray Bentos (Uruguay). Il a également approuvé l'extension du site des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : Camino francés et chemins du nord de l'Espagne.

Sites ajoutés à la Liste du patrimoine mondial par ordre d'inscription :

Sites de la révolution industrielle Meiji au Japon : sidérurgie, construction navale et extraction houillère (Japon) – Le bien est composé d’une série de onze sites se trouvant essentiellement dans le sud-ouest du Japon. Cet ensemble témoigne du développement industriel rapide qu’a connu le pays entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle, fondé sur la sidérurgie, la construction navale et l’extraction du charbon. Ils illustrent le processus par lequel de Japon féodal chercha à opérer un transfert de technologie depuis l’Europe et l’Amérique à partir du milieu du XIXe siècle et la manière dont cette technologie fut adaptée aux besoins et aux traditions sociales du pays. Ce processus est considéré comme le premier transfert d’industrialisation réussi de l’Occident vers une nation non occidentale.

Ephèse (Turquie) – Située dans l’ancien estuaire du Caystre, Ephèse comprend des établissements successifs formés sur de nouveaux sites tandis que la côte se déplaçait vers l’ouest. L’implantation hellénistique et romaine a suivi ce déplacement. Les fouilles ont révélé de grands monuments de la période de l’Empire romain, comme la bibliothèque de Celsus et le grand théâtre. Il ne reste que peu de vestiges du célèbre temple d’Artémis, l’une des « sept merveilles du monde » qui attirait des pèlerins de tout le bassin méditerranéen. A partir du Ve siècle après J.-C., la Maison de la Vierge Marie, une chapelle cruciforme surmontée de coupoles située à sept km d'Ephèse, est devenue un important lieu de pèlerinage chrétien. La cité antique d’Ephèse est un exemple exceptionnel de cité portuaire avec un canal maritime et un bassin portuaire.

Système hydraulique de l'aqueduc de Padre Tembleque (Mexique) – Construit au XVIe siècle, cet aqueduc est situé entre l’Etat de Mexíco et l’Etat d’Hidalgo, sur le plateau central mexicain. Ce réseau de canaux du patrimoine comprend notamment une zone de captage des eaux, des sources, des canaux, des réservoirs et des ponts-aqueducs à arcades. Le bien intègre la plus haute arcade sur un seul niveau jamais construite dans un aqueduc. Initié par le père franciscain Tembleque et construit avec le soutien des communautés locales, ce système hydraulique témoigne d’un échange d’influences entre tradition européenne, en matière de connaissance des systèmes hydrauliques romains notamment, et culture mésoaméricaine, représentée entre autre par l’utilisation de méthodes locales de construction en adobe.

Paysage culturel industriel de Fray Bentos (Uruguay) – Construit sur une avancée de terre sur le fleuve Uruguay, à l’ouest de la ville de Fray Bentos, le complexe industriel est né du développement d’une usine de salaison de viandes fondée en 1859 dans le but de tirer partie de l’élevage de bétail qu’abritaient les immenses prairies voisines. Illustrant toute la chaîne de la viande –approvisionnement, transformation, emballage et expédition- le site comprend des bâtiments et des équipements de la Liebig Extract of Meat Company, qui exporta du concentré de viande et du corned-beef sur le marché européen à partir de 1865 et de l’Anglo Meat Packing Plant, qui exporta de la viande surgelée à partir de 1924. La combinaison du lieu, de l’ensemble industriel, des logements et des institutions sociales présents sur le site permet de comprendre tout le processus d’une production de viande d’envergure mondiale.

Le Comité du patrimoine mondial a approuvé l'extension du site suivant :

Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : Camino francés et chemins du nord de l’Espagne [extension du bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle »] (Espagne) – Ce réseau de quatre itinéraires de pèlerinage chrétien au nord de l’Espagne est une extension du bien en série « Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle », inscrit en 1993 sur la Liste du patrimoine mondial. Ce faisceau d’itinéraires de près de 1500 km se compose du Chemin côtier, du Chemin de l’intérieur du Pays basque–La Rioja, du Chemin de la Liébana et du Chemin primitif. Le site comprend un ensemble de patrimoine bâti d’importance historique créé pour répondre aux besoins des pèlerins, notamment des cathédrales, des églises, des hôpitaux, des hôtels ou encore des ponts. L’extension englobe certains des premiers chemins de pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, nés après la découverte au IXe siècle d’un tombeau attribué à l’apôtre Jacques le Majeur.

Le Comité du patrimoine mondial a terminé l'examen des nouvelles inscriptions.

***

Les documents relatifs aux travaux du Comité peuvent être consultés en ligne

Pour suivre la retransmission en direct du Comité

Contacts médias :

Isabelle Le Fournis, Service de presse de l'UNESCO, i.le-fournis@unesco.org,
+33 (0) 6 12 19 74 01 ou +49 157 84 30 55 04

Agnès Bardon, Service de presse de l'UNESCO, a.bardon@unesco.org,
+33 (0) 6 80 24 13 56 ou +49 157 84 58 39 48

Suivez le Comité sur #PatrimoineMondial et sur https://www.facebook.com/unescofr

Des images vidéo des nouveaux sites inscrits sont disponibles ici dès leur inscription

Des photos des nouveaux sites inscrits sont disponibles ici dès leur inscription

***