Le Comité scientifique international pour l’utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique valide les contenus pédagogiques communs pour l’enseignement de base en Afrique

Le matériel pédagogique à l’usage des écoles primaires et secondaires africaines, développé par l’UNESCO sur la base de l’Histoire générale de l’Afrique (HGA), a été examiné et validé par le Comité scientifique international pour l’utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique au cours de sa réunion tenue du 4 au 10 mai 2015 à Khartoum et Marawi (Soudan), grâce à une généreuse contribution du Gouvernement soudanais et du Conseil des Partis Politiques Africains. Les coordinateurs des équipes de rédaction et les experts ayant participé à la revue des pairs y ont également pris part.

Cette réunion avait pour but de finaliser les contenus pédagogiques communs (esquisses curriculaires, guides de l’enseignant et manuels) développés pour chacune des trois tranches d'âge ciblées, à savoir les 10-12, 13-16 et 17-19 ans, en tenant compte des observations et recommandations formulées par les pairs.  

La réunion a permis aux membres du Comité de valider, à l’unanimité, les contenus, après avoir débattu des orientations fondamentales du projet sur l’utilisation pédagogique de l’HGA dont les experts en charge de la finalisation du matériel devront tenir compte, à savoir:

 

 

  • l’apprentissage par compétences ;
  • l’approche spiralaire ;
  • la structure, la hiérarchie et la cohérence des Unités d’apprentissage ;
  • les contenus de celles-ci ;
  • l’opportunité, chaque fois que nécessaire, de procéder à la révision de concepts inappropriés ;
  • l’obligation de veiller à l’équilibre régional ;
  • l’impératif de rester fidèle à la démarche fondatrice de l’HGA tout en assurant la mise à jour selon les derniers les changements et évènements survenus sur le continent ainsi que les dernières découvertes et  les avancées de la recherche scientifique.

 

 

Le Comité a défini un plan de travail pour la finalisation des contenus et leur soumission aux Ministres de l’Education ainsi qu’aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine. Le Comité a aussi adopté la Déclaration de Khartoum [BN1] par laquelle les membres lancent un vibrant appel aux décideurs politiques africains en faveur de la validation politique du projet ainsi que de l’intégration de ces contenus dans les programmes scolaires nationaux.

Cette réunion est hautement symboliquement puisqu’elle s’est tenue dans la Capitale où la Charte de la renaissance culturelle africaine [BN2] a été adoptée en 2006 par le Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine. Elle ouvre un nouveau chapitre dans l’utilisation pédagogique de l’HGA en passant la responsabilité aux décideurs politiques à qui un appel a été lancé pour qu’ils tiennent leur promesse d’intégrer ce matériel dans les systèmes éducatifs formels. L’UNESCO s’emploie à les aider dans cette nouvelle phase en préparant la stratégie appropriée.