Commémoration en Tunisie de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes

Dans le cadre des commémorations internationales de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes (JIFI), l’atelier « Sécurité des journalistes en Tunisie : pratiques et législation dans un contexte de transition » s’est tenu le 2 novembre en Tunisie. Il avait pour objectif de dresser un état des lieux de la situation de la sécurité des journalistes en Tunisie, de débattre du cadre législatif et des pratiques des enquêtes administratives et judiciaires sur les attaque et crimes commis contre des journalistes dans le pays.

L’atelier a réuni plus de 80 participants : défenseurs des droits de l’homme, avocats, représentants des organes médiatiques et de la société civile, journalistes et d’autres représentants d’organisations engagées dans la promotion et la protection de la liberté d’expression.

M. David Kaye, rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, avait envoyé un message vidéo qui a été diffusé aux participants pendant la réunion. M. Kaye a déclaré : « L’importance de la Tunisie et votre expérience ne peut pas être sous-estimée. Ce que vous faites, les valeurs que vous défendez et les sujets que vous abordez dans vos reportages sont d’une importance cruciale, parce que c’est un message d’espoir dans un pays en transition, mais aussi parce que le pays doit faire face à de graves menaces de la part de groupes qui ne souhaitent pas le succès de la transition, enfin parce que la Tunisie offre une autre voie dans la région. »

Outre des débats sur de nombreuses questions, la journée a été l’occasion de présenter la campagne de sensibilisation sur la sécurité des journalistes et la fin de l’impunité, organisée par le Syndicat national des journalistes tunisiens en partenariat avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et l’UNESCO. Cette campagne, qui couvre cinq provinces, est destinée aux journalistes, aux militants des droits de l’homme et aux organisations de la société civile. La campagne propose également un forum pour débattre sur le cadre législatif et les pratiques en matière de sécurité des journalistes en Tunisie. En lien avec la JIFI, cette campagne a débuté le 26 octobre à Tunis et s’est clôturée le 5 novembre. Une vidéo montrant les trois premiers ateliers a été projetée au cours de la séance d’ouverture de l’atelier.

Cet événement était organisé dans le cadre du Plan d’Action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, qui en appelle aux parties prenantes pour promouvoir un environnement sûr permettant aux journalistes de faire leur travail en toute indépendance et sans ingérence excessive.

La journée était organisée par le Syndicat national des journalistes tunisiens, la Coalition civile pour la défense de la liberté d’expression, le Centre de Tunis pour la liberté de la presse, l’association Vigilance pour la démocratie et l’Etat civil et la Ligue tunisienne des droits de l’homme, en coopération avec Article 19 et Reporters sans frontières et avec le soutien du Haut-Commissariat aux droits de l’homme et de l’UNESCO.