Comment nous protéger du virus mortel de la grippe aviaire

focus_hualan_chen_l-oreal_foundation_dpl.jpg

© L'Oréal Foundation
Professor Hualan Chen, 2016 laureate of the L'Oréal-UNESCO For Women in Science awards
© L'Oréal Foundation
13 Avril 2016

Professeur Hualan Chen, qui dirige le Laboratoire national de référence pour la grippe aviaire en Chine, s’est retrouvé en première ligne en 2013, quand apparaissent les premiers cas d’une nouvelle souche mortelle du virus: le H7N9. Le danger est écarté grâce à la vigilance de son équipe. Ils mènent une campagne d’analyses qui permet d’identifier le virus dans les marchés, les fermes et les environnements où une action immédiate est requise. En 2016, le prof. Chen reçoit le Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science en reconnaissance de la qualité exceptionnel de ses recherches qui lui permettent de réaliser son rêve le plus cher : « Exploiter mes connaissances, mon expérience, mon expertise et la technologie pour protéger les hommes et les animaux d’une maladie dévastatrice. » Si la surveillance demeure sa première priorité, sa connaissance approfondie de la grippe et ses recherches lui ont permis de développer deux vaccins innovants pour l’homme et pour l’animal.

Professor Hualan Chen reçoit le prix  L’Oreal-UNESCO pour les Femmes et la Science. © L'Oréal Foundation

Les mammifères, les oiseaux et les hommes sont tous exposés au risque d’infection par des virus de la grippe, lesquels sont en mutation constante et créent, par l’échange de matériel génétique, de nouvelles souches dotées de nouvelles caractéristiques. La crainte est toujours de voir une souche animale ou aviaire létale acquérir la capacité de transmission à l’homme, mais aussi de propagation rapide d’homme à homme. Un scénario de pandémie mondiale à l’image de l’épidémie de grippe qui décima plus de 40 millions de personnes en 1918.

Le prof. Chen nous protège par son travail de veille, mais elle réalise également des expériences ambitieuses, qui l’amènent à créer des virus hybrides de la grippe, grâce auxquels on a pu démontrer la nature exacte des menaces posées par l’émergence sauvage de souches grippales. Son action s’est révélée inestimable, tant en termes de vies humaines sauvées que de prévention des coûts catastrophiques secondaires à une épizootie.

La grippe fait partie de ces maladies contagieuses sans frontière. « Les virus de la grippe étant des cibles mouvantes, mutant au gré de leurs migrations de continent en continent, la collaboration internationale est essentielle à la compréhension, au contrôle et qui sait, un jour, à l’éradication de cette maladie souvent mortelle » explique Hualan Chen. Elle continue de collaborer avec le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) aux Etats Unis, où elle a accompli trois années de recherche postdoctorale, et son réseau mondial de chercheurs. Ses vaccins et ses recherches ont été appliqués avec sucès en Chine, en Egypte, en Infonésie et au Viet Nam, entre autres pays.

La contribution du Prof. Hualan Chen à la sécurité sanitaire est exceptionnelle. C’est l’une des nombreuses chercheuses qui changent le monde grâce à leur travail. Pourtant, les inégalités entre les hommes et les femmes en sciences sont encore considérables. Un manifeste pour les femmes et la science a été lancé à l’issue de la cérémonie L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science afin d’attirer l’attention sur la nécessité d’assurer l’égalité des genres dans la science. Soutenez le mouvement pour les femmes et la science en signant le Manifeste.

 Professor Hualan Chen. © L'Oréal Foundation