Conférence internationale de Haut Niveau sur le Patrimoine et la Diversité culturelle en péril en Iraq et en Syrie

infocus_endangered_heritage.jpg

© All rights reserved

Dans une situation humanitaire tragique, le patrimoine et la diversité culturelle sont aujourd’hui pris pour cible en première ligne des conflits en Iraq et en Syrie. Ils doivent logiquement être mis au cœur des interventions d’urgence et de construction de la paix. Tel est l’enjeu de la conférence internationale organisée par l’UNESCO le 3 décembre au siège de l’Organisation. Décideurs politiques, travailleurs humanitaires et experts culturels envisageront les différents moyens d’intégrer la question culturelle dans la réponse politique à la crise et dans les stratégies de sécurité, de résolution des conflits et de paix.

Intitulée Patrimoine et diversité culturelle en péril en Iraq et en Syrie, cette conférence internationale sera ouverte par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Parmi les nombreux participants figurent Staffan de Mistura, Envoyé Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie ; Nikolay Mladenov, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Iraq.

La Conférence réunit de nombreux intervenants de haut niveau, des musées internationaux (Présidente du Metropolitan Museum de New York, Emily Rafferty, Directeur du Musée de Pergame de Berlin, Dr Markus Hilgert… ), acteurs politiques, représentants des douanes, Interpol, des maisons d’enchères, organismes humanitaires, chercheurs en stratégie… venus proposer des mesures concrètes pour tenter de mettre un terme à l’hémorragie culturelle, chacun dans son domaine. Une première table ronde sera consacrée à l’émergence des formes nouvelles de nettoyage culturel et à la façon d’y répondre. La seconde portera sur le lien entre protection du patrimoine culturel et sécurité en Iraq et en Syrie.

Le patrimoine culturel en Iraq et en Syrie, témoin de l’histoire millénaire d’un berceau de la civilisation mondiale, est systématiquement détruit. Des sites religieux iraquiens, notamment les sanctuaires de Jonas ou du prophète Daniel ainsi que les tombes de cheikhs soufis à Mossoul, ont été intentionnellement saccagés. Le site archéologique de l’Eglise Verte à Tikrit, qui remonte au 8e siècle, ainsi que la citadelle de Tikrit, ont également subi d’importants dégâts. En Syrie, des sites culturels comme l’Ancienne Ville d’Alep, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial, ont subi de graves dommages au cours des affrontements.

Ces destructions sont étroitement liées à des persécutions des minorités et traduisent aussi, dans leurs formes extrêmes, une volonté radicale d’effacer toute trace de diversité culturelle. Cette stratégie de terreur et d’exclusion, qui s’accompagne d’un déplacement massif de populations aussi bien en Iraq qu’en Syrie, compromet d’autant plus l’avenir et la stabilité des deux pays.

***

Les journalistes souhaitant couvrir cet événement sont priés de s’accréditer.

Contact médias : Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO.

Tel : +33 (0) 1 45 68 17 64, a.bardon(at)unesco.org

Isabelle Le Fournis, Service de presse de l'UNESCO.

Tel: +33 (0)1 4568 1748; i.le-fournis(at)unesco.org