Conférence Africaine des Humanités : l’Afrique en route pour Liège

photo_famille_cah.jpg

Photo de famille des participants avec le Président de la République © UNESCO
06 Juillet 2017

Bamako a abrité du 28 juin au 1er juillet, la Conférence Africaine des Humanités. Cette grande rencontre de quatre jours a permis de préparer la participation de l'Afrique à la conférence mondiale des humanités qui se tiendra à Liège, en Belgique du 06 au 12 août prochain.  250 sommités intellectuels, de 27 pays, y ont pris part autour du thème : « Langues, Cultures, Histoires et Territoires ».

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, représenté par le Premier Ministre, Abdoulaye Drissa Maïga. Il avait à ces côtés, Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Pr Assétou Foune Migan, l’ancien ministre malien de l’Education et coordinateur de la Conférence Africaine des Humanités, Pr Adama Samassekou, le représentant de la Directrice Générale de l’UNESCO, John Crowley et le co-président du comité scientifique international de la Conférence Mondiale des Humanités, Pr Jean Winand.

Il convient de souligner que Monsieur Edouard Matoko, Sous-directeur Afrique (ADG-Afrique) de l’UNESCO, Monsieur Hervé Huot-Marchand, Représentant p.i. de l’UNESCO au Mali, Dr. Marema Toure Thiam, Chef de section des Sciences Humaines et Sociales (SHS) au bureau régional de Dakar, Pr Nkolo Foé et Dr Ebrima Sall, respectivement Vice-Président et Secrétaire Exécutif (sortant) du CODESRIA, ainsi que Monsieur Oumar Kéita, Ambassadeur et Délégué Permanent du Mali auprès de l’UNESCO, des Ambassadeurs et Représentants des Institutions internationales au Mali et d’éminentes autres personnalités du monde des Humanités Africaines ont participés aux très riches travaux qui ont permis d’élaborer le message de l’Afrique à la Conférence Mondiale des Humanités.

Les Professeurs émérites  Ayo Bamgbose et Anthony Aisawaju du Nigéria, Sammy Beban Chumbo du Cameroun, les Professeurs Mamadou Diouf de Columbia University des USA et Issa N’diaye du Mali ont donné des grandes conférences introductives des thématiques explorées.

A l’entame des travaux deux rapports sur l’état des lieux sur les humanités depuis l’Egypte ancienne jusqu’à nos jours ont été présentés par Dr. Martial Ze Belinga et Dr. Lazare KI-Zerbo. La conférence inaugurale a été donnée par Pr Drissa DIAKITE sur les manuscrits de Tombouctou. Il a appelé à une coordination des actions en faveur de ce riche patrimoine de l’humanité, l’adoption d’un programme cadre, la mobilisation de financement durables pour la conservation, la traduction et la promotion des contenus. Il a enfin salué le rôle de l’UNESCO dans ce travail qui date des années 1970, avec la mise en place du Centre d’études et de recherches Ahmed Baba.

Cinq grands panels ont été organisés avec des sommités africaines reconnues dans le monde dans leurs disciplines en lien avec les Humanités Africaines. Ils se sont articulés autour des thématiques : Histoire et Territoires ; Migrations et conflits ; Langues, Cultures et Education ; Langues Africaines à l’ère du numérique ; Démocratie, crises institutionnelles et radicalisme religieux.

Deux tables-rondes ont aussi respectivement portée sur les manuscrits de Tombouctou et l’autre sur Humanité africaines, université africaines et productions des savoirs. A l’issue des débats, plusieurs recommandations fortes ont été faites dans la perspective de « Transformer l’ordre épistémologique mondial » pour mieux orienter les « transformations sociales en cours dans les sociétés africaines » et créer les conditions pour l’édification de « l’Afrique que nous voulons » dans un monde équitable, inclusif et respectueux de l’environnement comme le stipule les agendas 2063 de l’Union Africaine (UA) et 2030 de l’ONU.

Dans son discours de clôture, le Ministre Adama Samassekou, a rendu hommage au Président de la République, dont l’engagement moral et financier a, non seulement, permis de mieux organiser la CAH, mais il a fait l’honneur aux participantes et participants de les recevoir pour s’imprégner des travaux et partager avec eux son point de vue sur les questions évoquées. Il a rassuré que le message de l’Afrique prendra en compte les aspirations du continent.

M. Jean Winand, a pour sa part, remercié le Mali pour avoir abrité la rencontre. Selon lui, la Conférence Mondiale s’annonce très opportune pour le continent africain car « Il va donc falloir dialoguer avec le monde entier, non pas en opposition, mais en complémentarité ».

Au nom de la Directrice générale de l’UNESCO, M. Matoko, s’est félicité du fait que la conférence ait mis au cœur du débat les langues, cela a permis de poser les bases d’une nouvelle réflexion sur le rôle des langues africaines dans la construction d’une nouvelle société. « L’UNESCO a été la première institution internationale, a consacré le terme de développement centré sur l’Homme, dans son document stratégique couvrant la période de 1974-1976. C’est pour dire que l’UNESCO est dans son rôle de précurseur et s’engagera dans cette nouvelle entreprise à vos côtés » a-t-il déclaré.

Pr. Assetou Foune Samaké Migan, a, au nom du Président de la République, remercié les participants d’avoir effectué le déplacement de Bamako. Elle a félicité les participants pour la qualité des débats. « Vous avez abordez les questions cruciales relatives à la question de la contribution de l’Afrique à la Conférence Mondiale. Les résultats obtenus présagent que les contributions sérieuses issues de vos travaux permettront que nous nous rendons à cette conférence, prêts, mais avec l’esprit humble, comme nous l’a conseillé le Président de la République » a-t-elle déclaré.

Les travaux se sont déroulés dans une atmosphère participative et interactive. Ils ont donné lieu à plusieurs recommandations visant à une bonne participation de l’Afrique à la conférence Mondiale. Il a été, entre autres, demandé à l’UNESCO d’accélérer la mise à disposition des manuscrits anciens de Tombouctou, et d’aider à l’institutionnalisation d’un forum africain bi-annuel autour des Humanités. Un autre moment fort a été la sollicitation du Président de la République du Mali pour porter un plaidoyer auprès de l’Union Africaine pour l’instauration en Afrique, d’une journée de la culture africaine et des Afro-descendants.

Lien photos : https://www.flickr.com/photos/135945845@N05/albums