Conférence sur le financement du développement : Pas de partenariat sans appropriation

La troisième Conférence internationale sur le financement du développement s’est ouverte à Addis-Abeba le 13 juillet 2015. Des appels puissants au renforcement des investissements et à la revitalisation des partenariats y ont été lancés afin d’engager le monde sur le bon chemin en vue de la réalisation du programme de développement pour l’après-2015.

Prenant la parole lors de la première d’une série de tables rondes sur le thème « Le partenariat mondial et les trois dimensions du développement durable », la Directrice générale a affirmé : « Nous ne réussirons que si les États membres s’approprient les projets. Il ne s’agit pas seulement d’une question d’accès à de nouvelles sources de financement mais de la façon dont les partenariats peuvent nous aider à améliorer la qualité et l’efficacité des investissements ».

La Directrice générale a fait observer que les organisations du système des Nations Unies avaient un rôle important à jouer pour aider les États membres à mettre en œuvre le programme de développement pour l’après-2015. « Les États membres veulent que l’aide leur parvienne plus en amont pour renforcer les capacités, améliorer la collecte et l’analyse des données, fixer des normes et mener une action normative – autant de facteurs essentiels de responsabilité et d’exécution efficace du programme pour l’après-2015 », a-t-elle affirmé. En outre, la Directrice générale a attiré l’attention sur la déclaration conjointe des Nations Unies sur la mise en place d’un mécanisme de facilitation technologique, lancé lors d’une manifestation parallèle sur la science, la technologie et l’innovation. « Il est très important de nous affranchir de nos carcans et de nouer des liens entre les différents objectifs de développement durable. C’est là que les institutions spécialisées peuvent contribuer davantage à ce débat », a-t-elle ajouté.

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, et M. Hailemariam Desalegn, Premier Ministre de l’Éthiopie, ont ouvert la Conférence. Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président de la Banque mondiale, la Directrice générale du Fonds monétaire international et le Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce y ont prononcé des déclarations.