Le Conseil exécutif renforce le mandat de l’UNESCO pour soutenir les médias, enrayer la destruction du patrimoine culturel et lutter contre la violence à l’école

infocus_drupal_executive_board2015.jpg

© UNESCO/Cyril Bailleul

En ces temps de turbulences, face à la demande croissante du rôle de l’UNESCO qui s’exprime à travers le monde, le Conseil exécutif de l’UNESCO a adopté des décisions clé pour renforcer son action à tous les niveaux en faveur d’une paix et d’un développement durables – y compris dans la lutte contre la violence à l’encontre du patrimoine culturel, des filles en milieu scolaire, et des journalistes – au cours d’une session de deux semaines qui a pris fin le 23 avril. Le Conseil exécutif a également adopté une décision pour renforcer l’éducation à la citoyenneté mondiale.

Avec les États membres, la Directrice générale a souligné l’importance stratégique de cette session du Conseil exécutif. Il s’agit en effet d’une année charnière pour la communauté internationale, puisque les États définissent un nouveau programme mondial de développement durable. Cela explique, a-t-elle déclaré, sa détermination à accélérer le rythme des réformes, améliorer l’exécution, et maintenir un dialogue constant avec les États membres.

« C’est essentiel aujourd’hui, alors que nous poursuivons les réformes et façonnons le programme de développement pour l’après-2015 », a-t-elle déclaré. « C’est aussi un moment de grande responsabilité. L’UNESCO a été fondée il y a 70 ans sur l’idée que la paix, pour être durable, devait être construite sur des bases nouvelles. Ce message n’a jamais été aussi  pertinent – nous devons porter ce message dans le monde entier et le placer au centre du futur agenda ».

La décision du Conseil condamnant les destructions délibérées du patrimoine culturel renforce le rôle de l’UNESCO dans ce domaine. Elle appelle l’UNESCO à coordonner ses actions avec les autres institutions des Nations Unies, les États membres et la société civile afin que la législation internationale sur les destructions du patrimoine soit mieux appliquée. La décision vient soutenir les initiatives prises par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, pour faire de la protection du patrimoine et de la diversité culturelle dans les situations de conflit une priorité. Elle demande à la Directrice générale de rendre compte à l’automne des consultations avec les États membres et les institutions des Nations Unies concernant la mise en place de zones culturelles protégées autour des principaux sites du patrimoine.

Concernant la violence à l’école, le Conseil exécutif a adopté une décision qui condamne toutes les formes de violence liées au genre et promeut la création de contextes d’apprentissage pour les enfants qui soient à la fois sûrs, non-violents et inclusifs. Cette décision invite par ailleurs la Directrice générale à soumettre une feuille de route pour combattre la violence liée au genre lors de sa prochaine session. Cette première décision des Nations Unies sur la violence liée au genre à l’école souligne les conséquences négatives de cette violence sur la santé des enfants, l’apprentissage, la fréquentation scolaire et l’abandon scolaire. Un document de politique a été produit à l’occasion de la Journée internationale des femmes par l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI), l’UNESCO et le Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous. Il montre que près de 250 millions d’élèves peuvent faire l’objet de harcèlement ou d’agressions sur le chemin ou dans l’enceinte de l’école chaque année.

Concernant le rôle de l’éducation dans la prévention de l’extrémisme violent et la lutte de toutes les formes d’intolérance et de discrimination, le Conseil exécutif a adopté une décision appelant l’UNESCO à renforcer les programmes d’éducation à la citoyenneté mondiale et les capacités des éducateurs, des décideurs, de la société civile et de la jeunesse, à mener le débat mondial et faciliter le partage de bonnes pratiques dans ce domaine. La décision s’appuie sur l’engagement de l’UNESCO pour la promotion de la citoyenneté mondiale à travers l’éducation, qui s’est traduit par deux forums organisés autour de ce sujet (décembre 2013 et janvier 2015), le lancement récent d’une chambre de compensation et son inclusion en tant qu’objectif dans le programme de développement pour l’après-2015.

Le Conseil exécutif a également exprimé son inquiétude concernant la sécurité des journalistes et la liberté d’expression, dans une décision visant à renforcer le rôle moteur que joue l’Organisation dans la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité. La décision déplore par ailleurs le nombre croissant d’attaques visant des femmes, que ce soit dans les médias traditionnels ou sur les réseaux sociaux. Elle encourage la coopération entre l’UNESCO et les autres organisations des Nations Unies, les États membres et les organisations professionnelles pour améliorer la sécurité et mettre fin à l’impunité pour les crimes visant des travailleurs des médias.

Présidé par Mohamed Sameh Amr (Égypte), le Conseil a également examiné le projet de programme et de budget pour 2016-2017 de la Directrice générale. Les États membres ont pris part à d’importants débats sur le futur budget de l’Organisation, et ont convenu à l’unanimité d’un budget à croissance nominale zéro prenant en compte les difficultés actuelles auxquelles l’Organisation fait face. Il a également approuvé une politique d’évaluation révisée pour quatre ans.

Le Conseil exécutif s’est également prononcé en faveur de la poursuite des réformes afin que l’Organisation puisse répondre de manière plus efficace aux États membres. À l’invitation du Président, deux personnalités sont intervenues devant le Conseil au cours de cette session. Michaëlle Jean, Secrétaire-Générale de la Francophonie, a appelé à un renforcement du multilatéralisme pour défendre les valeurs communes de dignité et de respect mutuel. Abulfas Garayev, ministre de la Culture et du Tourisme d’Azerbaïdjan, a quant à lui présenté aux délégués le 3e Forum mondial sur le dialogue interculturel qui se tiendra à Bakou le mois prochain.

Dans son discours de clôture, le Président a félicité les délégués pour leur accord unanime quant au programme et budget de la Directrice générale. Il a déclaré que, lors de la session, le Conseil « a fait de grandes avancées et pris d’importantes décisions », comme cité plus haut. Le Président a souligné : « Nous avons besoin de montrer au monde que l’UNESCO est plus que jamais d'actualité au XXIe siècle » et que l’Organisation doit prendre « la place qui lui revient dans le programme de développement pour l’après-2015 ».

Les nouvelles décisions seront mises en ligne prochainement sur le site du Conseil exécutif.