La Convention de 2005 soutient les jeunes réalisateurs des pays en développement au Festival de Cannes

De jeunes cinéastes issus des pays en développement ont partagé leurs expériences et ont évoqué la nécessité de bénéficier de plus de soutien pour avoir une chance d’évoluer sur le marché international du film, lors d'un événement spécial de l'UNESCO qui s’est tenu en marge du Festival de Cannes cette année.

Organisé le 18 mai, en collaboration avec le Better World Forum, cet événement intitulé « Cinéma et diversité » a présenté le travail du Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO et soutenu l’importante contribution des réalisateurs issus de pays émergeants au développement économique et social.

Un groupe de jeunes réalisateurs et producteurs, dont Tapiwa Chipfupa et Benjamin Mahaka du Zimbabwe et Carlos Francisco Manatad des Philipines, ont fait part de leurs expériences et des difficultés rencontrées pour faire aboutir leurs projets. Tapiwa Chipfupa a insisté sur la nécessité d'apporter plus de soutien aux femmes cinéastes.

Des représentants de plusieurs fondations et l’UNESCO ont pris part à cet événement. Tous ont souligné la nécessité de soutenir les jeunes talents des pays émergeants. « Nous sommes ici, ce soir, pour stimuler la diversité dans les industries créatives et pour rendre hommage aux scénaristes, réalisateurs et producteurs des pays émergeants qui représentent concrètement la diversité » a déclaré Eric Falt, Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et l'Information du public de l’UNSECO.

Cet événement a aussi été promu par l’acteur américain Forest Whitaker, également Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour la paix et la réconciliation. « Renforcer la créativité dans les pays en développement est indispensable pour construire des sociétés fortes. Les artistes reflètent la société et nous aident à comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ils nous montrent les conflits tels qui sont réellement, tout en nous permettant d’imaginer et de reconstruire notre monde tel qu’il devrait être. L’art nous offre aussi un sursis dans les moments les plus sombres. Ils nous permettent de rire et de pleurer, ce qui fait de nous des êtres humains. Grâce au Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO, nous pouvons aider les musiciens, les acteurs et les réalisateurs à promouvoir des politiques culturelles dynamiques ainsi que les industries créatives. Nous leur offrons la possibilité d’apporter des changements positifs et déterminants » a déclaré l’acteur dans un message vidéo. Le réalisateur américain Harvey Weinstein et le Président du Conseil exécutif de l'UNESCO, Michael Worbs étaient également présents à l’événement.

Le commerce des biens et services culturels comme les films, la musique et l’art dans le monde est largement dominé par les pays industrialisés. La Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion des expressions culturelles s’emploie à changer la donne en appelant les gouvernements à mettre en œuvre un traitement préférentiel et des mesures pour garantir des échanges plus équilibrés des biens et services culturels dans le monde.

Cet événement a été rendu possible grâce au soutien de la fondation Aileen Getty, la Fabrique des Cinémas du Monde de l’institut Français, Unite4good, Champagne Armand de Brignac, BMW et Albane communication. Le Fonds international pour la diversité culturelle, établi par la Convention de 2005 qui vise à soutenir des projets liés aux industries créatives dans les pays en développement, notamment en Afrique, bénéficiera également des contributions financières générées par cet événement.

Visionnez la vidéo du nouvel Impact Film : Investir dans la créativité pour transformer les sociétés–FIDC

Suivez nous sur Twitter: #supportcreativity

Faire un don pour le FIDC

En savoir plus

RE|PENSER LES POLITIQUES CULTURELLEShttp://fr.unesco.org/creativity/rapports-suivi/publications/rapport-mondial-2015