Les correspondants locaux – maillon important du processus éditorial des stations de radio locale

09 Mars 2016

Ce matin, 09 mars 2016, près d’une quarantaine de journalistes, responsables de rédaction, correspondants et correspondantes de 8 stations de radio locale ont pris part, à Bujumbura, à un atelier sur le rôle des correspondants.

La Maison de l’UNESCO pour la Culture de la Paix au Burundi, en collaboration avec le Ministère des Postes, des Technologies de l’information, de la Communication et des Médias, organise, depuis ce 9 jusqu’au 10 mars 2016, un atelier de formation sur le rôle des correspondants et leur interaction avec les stations de radio locale. Les 38 participants à cet atelier, dont 14 femmes, viennent de : CCIB FM+, Humuriza FM,  Isanganiro FM, Radio Ijwi ry'Umukenyezi, Radio Colombe, Radio Culture, Rema FM et la RTNB.

De manière générale, les personnes qui assument les fonctions de correspondants dans les stations de radio locales sont des bénévoles. Les opportunités de formation étant rares, le travail fourni par ces personnes est loin de satisfaire les exigences de qualité. Près de 90 % des correspondants et correspondantes, qui ont pris part aux travaux de ce matin, n’ont jamais reçu une formation sur leur rôle ou sur les diverses techniques de collecte et de traitement de l’information.

L’un des objectifs du projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC », financé par le gouvernement de Suède et mis en oeuvre par l'UNESCO, est d'encourager les stations de radio locale à disposer d’un réseau large de correspondants opérationnels. Pour ce faire, des activités sont menées pour aider les stations de radio locale à identifier les meilleurs mécanismes d’intéressement des correspondants. De plus, l'UNESCO organise des formations au bénéficies des correspondants afin de contribuer à améliorer la qualité et la diversité des contenus qu'ils fournissent à leur station. L’atelier de ce matin, qui rentre dans le cadre de cet objectif, est le premier d’une série d’actions de renforcement des compétences des correspondants.

Au delà des objectifs, il convient de relever qu’à terme, il est attendu que les correspondants et correspondantes puissent assurer le traitement régulier des sujets qui sont d’intérêt public pour les populations locales. Ce faisant, ils devront veiller à donner la voix aux personnes pauvres et marginalisées, en particulier, les femmes et les jeunes.

La première journée de cet atelier sera consacrée à des sessions d’échanges sur le rôle des correspondants et les mécanismes de coordination et d’interaction avec la rédaction. La deuxième journée, plus pratique, visera principalement à former les participants à l’utilisation des téléphones mobiles pour la collecte de l’information et l’édition audionumérique. Les travaux sont animés par M. Jacques Bukuru, Rédacteur en chef à la Radio nationale du Burundi.

Sur le plan protocolaire, l’atelier a été officiellement ouvert par M. Frédéric-François Sigejeje, Secrétaire Permanent du Ministère des des Postes, des Technologies de l’Information, de la Communication et des Médias, avec Mme Yvonne Matuturu, Chef de la Maison de l’UNESCO pour la Culture de la Paix, en présence de M. Michel Kenmoe, Spécialiste en Communication et Information au Bureau de l'UNESCO à Libreville, Superviseur du projet.


Le Secrétaire permanent (milieu) et la Chef de la maison de l'UNESCO pour la culture de la paix à l'ouverture
© UNESCO

Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire permanent, a mis l’accent sur la qualité de la coopération entre le Burundi et l’UNESCO et rappelé que la mise en œuvre du projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC » répond aux priorités nationales telles que formulées dans le Plan d’action national de la communication, en particulier, sa composante « Médias ». La Chef de la Maison de l’UNESCO pour la Culture de la Paix a, quant à elle, tenu à magnifier le travail des correspondants en affirmant qu’ils sont un maillon essentiel de la chaîne éditoriale. Pour elle, lorsqu’un média dispose d’un « réseau de correspondants fiables et compétents, il produit l’information de qualité et en adéquation avec les besoins et préoccupations des différentes composantes de son audience ».