La créativité à l’âge du numérique: appel de ministres à une coopération internationale renforcée

creativity_688px.jpg

©UNESCO/Christelle ALIX
14 Décembre 2016

L'environnement numérique d'aujourd'hui modifie fondamentalement l'économie créative et la manière dont les biens et services culturels sont produits, distribués ou accessibles.

Des ministres de la Culture ont examiné l'utilisation des technologies numériques et du commerce électronique dans les industries culturelles d'aujourd'hui dans le cadre du panel « Formuler des politiques numériques pour le développement », qui s'est tenu au Siège de l'UNESCO le 13 décembre 2016. A travers la Convention de l'UNESCO sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles (2005), utilisée par les pays pour faire progresser le développement et la diversité, la coopération internationale dans le domaine industries culturelles connaît un regain dans le cadre d’un environnement numérique en rapide évolution.

« La création, la distribution et la participation numériques ont révolutionné le monde de l’édition, les industries de la musique et du cinéma, et sont à l'origine de nouveaux modèles économiques et commerciaux », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova. " Nous avons besoin d'un flux plus équilibré de ces biens et services culturels entre le Nord et le Sud avec un traitement préférentiel pour les pays du Sud, et c’est là l’objectif de la Convention de 2005 ", a-t-elle ajouté.

Le débat était organisé dans le cadre de la dixième session du Comité intergouvernemental de la Convention. L’ordre du jour devrait permettre d’examiner comment favoriser un meilleur accès aux technologies numériques et d’adopter un projet de directives opérationnelles sur l'application de la Convention dans l'environnement numérique.

Les participants ont souligné le rôle de la culture dans l'innovation et la croissance économique. Mélanie Joly, Ministre du patrimoine canadien, a souligné l'intention du Canada de soutenir des contenus créatifs de qualité et d'exporter ces contenus. " Avec Internet, tout a changé en termes de contenus auxquels les gens souhaitent accéder et de la façon dont il sont accessibles et consommés ... Netflix, Google et Amazon sont des acteurs incontournables, mais nous avons besoin de plus de dialogue entre les créateurs, les consommateurs, les distributeurs et les autorités commerciales afin de réorganiser notre politique publique et de soutenir les producteurs de contenu et les consommateurs », a-t-elle déclaré. Elle a relevé des principes importants dans les nouvelles Directives opérationnelles de la Convention, comme la neutralité de l’Internet, enjeu clé pour le Canada pour promouvoir la liberté d'expression artistique et veiller à ce que les données soient traitées sur un pied d'égalité.

Fernando Griffith, Ministre de la culture du Paraguay, a discuté de l'écart numérique en Amérique latine où 7.4% du PIB provient des industries créatives. " Le Paraguay a 11 millions de smartphones pour une population de 7 millions de personnes. Ce n’est donc pas un problème d'accès, mais plutôt d'équité dans les biens culturels et la mise à disposition des contenus. La pensée créatrice est une ressource humaine illimitée, mais nous devons assurer une plus grande liberté d'accès aux diverses expressions culturelles et nous avons besoin d'une rémunération équitable pour les artistes et les créateurs qui fournissent les contenus ", a-t-il déclaré. Il a appelé à une coopération internationale renforcée pour soutenir le développement et le renforcement des capacités, y compris par des programmes visant à investir dans les compétences numériques et l'équipement ainsi que l'alphabétisation numérique, soulignant que « la technologie numérique est une opportunité, un défi, un avantage et une responsabilité ».

Laurent Stéfanini, Ambassadeur, Délégué permanent de la France auprès de l'UNESCO, a souligné l'importance des nouvelles Directives pour les accords commerciaux internationaux et bilatéraux, notant que les biens et services culturels sont uniques et sont produits et diffusés différemment des autres biens marchands. « Ils exigent une attention particulière et l'environnement numérique d'aujourd'hui constitue un laboratoire économique et éditorial, duquel émergent de nouveaux mécanismes pour renforcer la créativité artistique et les flux de biens culturels, qui favoriseront et accompagneront la diversité et le développement ».

A la suite du panel, Irina Bokova et Mélanie Joly ont inauguré l'exposition Leral Thiossane, soutenue par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Cette installation vidéo immersive associe l'iconographie africaine avec de la musique, des formes spatiales et des effets 3D. Création de cinq artistes sénégalais talentueux, l'exposition a été organisée avec Ker Thiossane, un centre dédié aux arts numériques à Dakar (Sénégal) et bénéficiaire du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) de l'UNESCO. Mme Joly a annoncé lors de l'inauguration que le Canada versait 100 000 dollars canadiens au FIDC pour appuyer d'autres projets créatifs dans les pays en développement afin de continuer à protéger et à promouvoir la diversité des expressions culturelles.