Culture : Futur urbain, lancement du Rapport à Quito

clt-infocus-urbain.jpg

© UNESCO / Omar Arregui
© UNESCO
20 Octobre 2016

Culture : Futur urbain, le premier Rapport mondial de l’UNESCO sur la culture pour le développement urbain durable, a été lancé le 18 octobre à Quito (Équateur) dans le cadre de la troisième Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III).

Francesco Bandarin, Sous-directeur général de l’UNESCO pour la Culture, et Oumar Cissé, Secrétaire exécutif de l’Institut de Gestion Urbaine (Sénégal), ont co-présidé le Dialogue sur les cadres socio-culturels urbains lors duquel le Rapport a été présenté. Roland Ries, maire de Strasbourg (France), Saskia Sassen, professeur de sociologie à l’Université de Columbia (Etats-Unis), Araceli Sánchez Garrido, directrice du patrimoine à l’Agence espagnole de coopération pour le développement international (AECID), Gustavo Meza-Cuadra, Ambassadeur du Pérou auprès des Nations Unies et président du Groupe d’Amis de la Culture et le développement à l’ONU et Bogdan Wenta, parlementaire européen, ont pris la parole lors de deux panels de présentation.

Dans un contexte d’urbanisation et de métropolisation accélérées, l’enjeu est de renouer avec la dimension humaine. Du fait de l’accélération des migrations, la diversité culturelle devient une dimension fondamentale pour la plupart des villes, ce qui ouvre de nouvelles opportunités créatives tout en soulevant des défis en termes de vivre ensemble : « Dans nos villes de plus en plus cosmopolites, le rôle du maire est de faire en sorte que cette diversité culturelle soit une richesse et non un handicap », a dit le Roland Ries, en introduisant le débat.

Les intervenants ont souligné l’importance croissante de la culture dans la gouvernance urbaine, comme l’illustrent les nombreuses initiatives de reconquête de l’espace public, conçu comme un espace propice au débat public, aux interactions sociales et à la participation citoyenne. Les programmes de régénération de l’espace public conduits à Medellín (Colombie) ou les forums thématiques organisés à Strasbourg (France) figurent parmi les exemples évoqués.

La nécessité de préserver des villes vivantes et de ne pas figer les espaces urbains – une problématique récurrente dans les centres historiques et les villes patrimoniales – a également été abordée : « Le patrimoine est avant tout une construction sociale, qui doit composer avec la modernité », a souligné Francesco Bandarin. Cette dimension dynamique de la culture a également été étayée par les propos de Saskia Sassen : « la culture n’est pas qu’un objet. La culture est un participant actif » a-t-elle rappelé.

Les villes sont également des pôles d’échanges culturels et de créativité. Les industries et expressions créatives – en particulier les cultures urbaines émergentes telles que le graffiti – contribuent à faire vivre l’espace urbain et à construire le sentiment d’appartenance des communautés, comme l’ont rappelé les participants. En évoquant le rôle de la créativité à l’ère numérique, Charles Landry, conseiller urbain et fondateur de Comedia, a souligné pour sa part la puissance des industries créatives, qui tissent des liens entre les citoyens, favorisent leur participation au débat public et font émerger des idées nouvelles dans les zones urbaines.

Araceli Sánchez Garrido a passé en revue certains projets menés par la coopération espagnole dans des centres historiques en Amérique latine. Initialement très dégradés, abandonnés par la population et en proie à la violence et à l’insécurité, ceux-ci ont été revitalisés grâce à une démarche centrée sur la participation des populations locales et la régénération de l’habitat et de l’espace public : « Nous voulons une ville accessible, sûre, connectée et à échelle humaine », a-t-elle formulé.

Pour porter ce plaidoyer auprès des Nations Unies, le rôle du Groupe des amis de la culture à l’ONU a été fondamental. Comme l’a rappelé son président, l’ambassadeur péruvien Gustavo-Meza Cuadra, « Nous avons réussi à inclure la culture dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Le nouvel agenda urbain que nous allons adopter au terme de la conférence Habitat III nous permettra de mettre en pratique ce programme novateur dans les villes. »

La présentation du rapport a aussi fait l’objet d’un événement spécial au couvent de San Francisco du Centre historique de Quito, première ville inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1978.

Le Rapport Culture : Futur urbain plaide pour que la culture soit pleinement intégrée dans les stratégies urbaines, afin de garantir leur durabilité et une meilleure qualité de vie pour les habitants. Son élaboration a bénéficié d’un soutien financier de l’AECID et de la municipalité de Hangzhou (Chine).

Télécharger le Rapport