La culture et les TIC, moteurs du développement durable

Depuis longtemps, l’UNESCO démontre et préconise que la culture, sous ses diverses manifestations, du patrimoine culturel matériel et immatériel aux secteurs de la création, est un moteur du développement durable sous ses aspects économiques, sociaux et environnementaux.

Dans ce contexte, les TIC peuvent relever des défis mondiaux essentiels au travers de l’exercice de la liberté d’expression et de la promotion de la diversité culturelle, dans la mesure où elles ont un impact direct sur la création, la production et la diffusion des expressions culturelles, ainsi que sur la façon dont on y accède, et où elles jouent un rôle de plus en plus pertinent dans la préservation et la transmission du patrimoine culturel.

Dans le cadre du Forum 2015 SMSI, un groupe de discussion sur la grande orientation C8 « diversité et identité culturelles, diversité linguistique et contenus locaux » a débattu de la façon dont les TIC favorisent l’entreprenariat culturel dans les secteurs de la culture et de la création, en particulier dans les pays en développement et au niveau local. Il a aussi discuté de la manière dont les nouvelles formes de médias et de technologies renforcent les plateformes destinées au dialogue et aux échanges, ainsi que les capacités des populations locales de surmonter les défis auxquels sont confrontées les communautés à travers le monde.

« En Afrique, les TIC favorisent un accès plus vaste aux biens culturels et aux services, mais au-delà de l’accès et de la distribution, elles permettent aux créateurs de dialoguer avec le public, de créer en commun et d’entrer en contact avec la diaspora. » a déclaré Silja Fischer, Secrétaire générale du Conseil international de la musique.

La session a exploré les mesures qui peuvent être prise afin de consolider les politiques et stratégies visant à promouvoir la diversité des expressions culturelles ainsi que les secteurs de la culture et de la création, et à préserver le patrimoine culturel à l’aide des TIC, notamment pour une documentation plus efficace, pour la protection, la transmission et l’accessibilité. Elle a été l’occasion de discuter des politiques et stratégies qui doivent être mises en place afin de susciter le développement économique et social dans la perspective de nouveaux modes de création, de production, de diffusion et de consommation des biens culturels et des services par les jeunes de l’ère numérique.

Les principaux résultats de la session soulignent que :

·        Les TIC sont de plus en plus intégrées aux secteurs de la culture et de la création. Même si l’accessibilité à tous reste un défi important, les pays en développement utilisent les TIC pour développer des contenus culturels, pour la création, l’accès et la distribution. Il y a des modèles d’innovations positifs qui sont adaptés à un contexte précis.

·        Les individus sont les moteurs des modèles de développement, de la créativité et de l’innovation, mais les gouvernements doivent mettre en place des politiques nationales et des infrastructures qui favorisent la diversité des expressions culturelles, comblent le fossé numérique et se maintiennent au niveau des nouvelles avancées.

·        Les initiatives de numérisation du contenu et du patrimoine culturel sont de plus en plus nombreuses. Elles contribuent à préserver ce contenu pour les générations futures (par exemple dans les librairies numériques et les musées) et permettent également à des groupes marginalisés de s’engager, de partager leur savoir (même un savoir traditionnel) et d’encourager la cohésion sociale.

Plus d'informations sur le Forum: