La Déclaration de Lima fait de l’équité, de l’inclusion et de l’éducation de qualité une priorité

IMG_5064_2.jpg

© UNESCO

Des ministres, vice-ministres et représentants gouvernementaux de la région Amérique latine et Caraïbes se sont mis d’accord sur une vision et sur des engagements en faveur de l’éducation post-2015 lors d’une réunion régionale sur l’Éducation pour tous organisée par l’UNESCO à Lima, au Pérou.

La Déclaration de Lima  appelle à promouvoir une éducation qui puisse garantir le droit de chacun à en bénéficier et qui respecte la diversité de la région. La Déclaration souligne la nécessité d’un apprentissage de qualité, inclusif et tout au long de la vie donnant aux enseignants un rôle central. Le document représente la contribution des ministres de l’éducation qui ont participé à la Réunion ministérielle régionale « L’éducation pour tous en Amérique latine et dans les Caraïbes : Situation actuelle et défis post-2015 », qui s’est tenue les 30 et 31 octobre 2014.

La réunion contribue au processus global de formulation du programme de développement pour l’après-2015, tenant compte des nouveaux objectifs de développement durable (ODD) élaborés par le Groupe de travail ouvert de l’Assemblée générale des Nations Unies, et aidant à définir l’agenda mondial pour l’éducation post-2015 conçu lors de la Réunion mondiale sur l’Éducation pour tous (GEM) qui s’est tenue du 12 au 14 mai 2014 à Mascate (Oman).

Les priorités régionales de l’agenda pour l’éducation post-2015 approuvées à Lima seront également présentées au Forum mondial sur l’éducation qui se tiendra en République de Corée en mai 2015. Cette réunion mondiale résumera les réalisations et les tâches qui restent à accomplir à l’issue de la période 2000-2015, et établira un nouvel agenda universel de l’éducation ainsi qu’un cadre de suivi correspondant impliquant des pays du monde entier.

La Déclaration de Lima souligne que « pour atteindre l’équité et l’inclusion, il faut garantir le droit à l’éducation de tous les enfants, jeunes et adultes, ainsi que leurs droits dans le cadre, et par le bais de l’éducation à réaliser leur potentiel et leurs aspirations. Il faut également prendre en compte la diversité des besoins de tous les apprenants en renforçant leur participation à l’apprentissage et en réduisant l’exclusion au sein de l’éducation ».

Les ministres de l’éducation, vice-ministres et représentants gouvernementaux de la région ont convenu de lutter contre toutes les formes d’exclusion et de discrimination, les disparités et les inégalités dans l’accès à l’éducation et l’achèvement de celle-ci, ainsi que dans les cycles d’apprentissage, dans leurs processus et leurs résultats.

Qian Tang, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l'éducation, s’est félicité de ces priorités. Dans le discours qu’il a prononcé lors de la réunion, M. Tang a déclaré que davantage d’investissements publics dans l’éducation devaient être consacrés à la fourniture d’un enseignement de meilleure qualité, « le plus grand défi dans l’agenda mondial de l’éducation ». Il a reconnu que des progrès significatifs avaient été réalisés en matière d’accès au cours des 15 dernières années, mais que l’éducation devait aller de l’avant et devenir un domaine clé du développement durable de la région, aidant à mettre fin aux inégalités et à l’extrême pauvreté sous toutes ses formes ».

Dans le même temps, le directeur du Bureau régional pour l'éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes, Jorge Sequeira, a expliqué que « la déclaration reflète la diversité de la région et sa soif de créer un développement viable et durable grâce aux nouveaux objectifs de l’éducation ». Il a ajouté que « durant les quinze dernières années, nous avons accompli des progrès en matière d’éducation dans la région, mais il existe aujourd’hui des défis et des questions émergentes dont nous devons parler pour trouver des solutions afin de garantir le droit à une éducation de qualité pour tous ».

Domaines d’action prioritaires

Les participants ont défini sept priorités pour l’Amérique latine et les Caraïbes, à savoir :

  •  L’équité, la qualité et l’inclusion
  • L’apprentissage tout au long de la vie inclusif et équitable pour tous
  • Les aptitudes et les compétences pour la vie courante et le travail
  •  L’éducation en vue du développement durable
  • La qualité de l’éducation
  • Les enseignants, les éducateurs, les directeurs d’école et les responsables scolaires
  •  La gouvernance et le financement

Ils ont également recommandé que l’UNESCO continue d’élaborer des instruments de suivi tels que le Rapport mondial de suivi (GMR).

La Déclaration invite en conclusion l’UNESCO à maintenir son rôle de chef de file dans la coordination de l’élaboration de l’agenda pour l’éducation post-2015, avec le soutien des agences associées à l’Éducation pour tous ainsi que des organisations de la société civile, des groupes régionaux et sous-régionaux et d’autres partenaires, et invite les Organisations à élaborer le Cadre d’action correspondant.

La Réunion ministérielle régionale « L’éducation pour tous en Amérique latine et dans les Caraïbes : Situation actuelle et défis post-2015 » s’est tenue les 30 et 31 octobre à Lima, au Pérou, grâce à la généreuse collaboration du Gouvernement et du Ministère de l’éducation du pays.

Pour en savoir plus :

·         Site Web de la réunion