La Déclaration de Riga réaffirme l’importance de la liberté d’expression et de la liberté de la presse pour le développement durable

9443a99a4f.jpg

Yara Bader, Director of the Syrian Centre for Media and Freedom of Expression (CMFE) and wife of Mazen Darwish, and Irina Bokova, UNESCO's Director-General, during the award ceremony of UNESCO/Guillermo Cano World Press Freedom Prize
© Toms Norde, Valsts kanceleja

Les célébrations marquant la Journée mondiale de la liberté de la presse ont pris fin aujourd’hui à Riga avec l’adoption de la Déclaration de Riga qui exprime l’engagement non contraignant des quelque 500 participants en faveur d'un journalisme indépendant pour le développement durable.

La Déclaration a pour but d’améliorer la qualité du journalisme, la promotion de l’égalité des genres dans les salles de rédaction et la sécurité des journalistes dans un contexte marqué par les négociations des Nations Unies sur les Objectifs du développement durable qui seront adoptés à l’automne.

Dans la Déclaration, les participants soulignent que « la liberté d’expression, la liberté de la presse et l’accès à l’information sont des droits fondamentaux permettant la jouissance de tous les autres droits humains et des objectifs du développement durable ».

Une référence particulière est faite à l’Objectif du développement durable 16 sur la promotion de sociétés pacifiques et inclusives bénéficiant d’un accès à la justice pour tous. La Déclaration de Riga réitère la contribution essentielle des journalistes à la réalisation de cet objectif et insiste sur la nécessité de mettre fin à l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes et les travailleurs des médias.

La Déclaration a été adoptée à l’issue d’une conférence de deux jours organisée par l’UNESCO à Riga qui a réuni des professionnels des médias et des décideurs à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. La Conférence portait sur la qualité du journalisme, l’égalité des genres et la sécurité des médias à l’ère du numérique.  

Parallèlement, les représentants de l’Organisation des Etats américains (OEA), le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et l’Union africaine ont adopté une déclaration sur la Liberté d’expression et les réponses aux situations de conflit.  

Le 3 mai, la Directrice générale de l’UNESCO a décerné le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano au journaliste syrien et militant des droits de l’homme emprisonné, Mazen Darwish. L’événement s’est tenu en présence du Président de la Lettonie, Andris Bērziņš, du Premier ministre, Laimdota Straujuma, du ministre des affaires étrangères, Edgars Rinkēvičs, et de la ministre de la culture Dace Melbārde.  

La Finlande accueillera les célébrations principales de la Journée mondiale de la liberté de la presse en 2016.

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été célébrée cette année dans 80 pays à la fois par les institutions officielles, la société civile et les organisations professionnelles.

***

Plus d’information sur la Journée mondiale de la liberté de la presse

Contact médias : Roni Amelan, Service de presse de l’UNESCO. Tel : +33 (0) 1 45 68 16 50, r.amelan(at)unesco.org