Devant le Forum des dirigeants de l’UNESCO, le Président François Hollande défend l’unité des cultures contre le fanatisme

hollande_unesco_leaders_forum_688px.jpg

© UNESCO/Nora Houguenade

S’exprimant pour la première fois devant la communauté internationale depuis les attentats meurtriers du 13 novembre, le Président français François Hollande a rappelé aujourd’hui à l’UNESCO son attachement à « la liberté, à la création, au dialogue des cultures ».

Il intervenait devant le Forum des dirigeants qui a réuni les 16 et 17 novembre des chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier en marge de la 38e session de la Conférence générale de l’UNESCO, présidée par Stanley Mutumba Simataa.

Sont également intervenus cet après-midi : la Présidente de la République de Malte, Marie-Louise Coleiro Preca, et le  Président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev. 

François Hollande, qui était accompagné du ministre de l’Economie et des finances, Michel Sapin, de la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, et de la Secrétaire d’Etat chargée du Développement et de la Francophonie, Annick Girardin, a souligné d’emblée : « Je tenais […] à être là présent à la Conférence générale parce que vous êtes le symbole de l’unité des cultures du monde […] Et quel meilleur endroit pour affirmer cette exigence de tenir bon que cette enceinte, celle de l’UNESCO, une institution qui est née d’une utopie de réunir l’humanité par la science, l’éducation et la culture, et qui a trouvé à Paris la ville pour l’accueillir ».

Accueilli par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, le Président français a salué le rôle crucial que joue l’UNESCO en matière de protection du patrimoine et de diversité culturelle. « Oui, l’UNESCO est la conscience morale de l’humanité.  Ce qui l’a fondé, c’est la promotion de la diversité des cultures : une diversité fondée sur l’idée que la culture relie les hommes à leur histoire, leur territoire ; une diversité ancrée dans la reconnaissance de l’égale dignité des cultures, chaque peuple ayant un message singulier à porter au monde ; une diversité qui refuse l’uniformisation et promeut la pluralité des opinions et des croyances ; une diversité qui fait de l’éducation le levier de l’émancipation universelle ».

Le Président français a également rappelé l’importance de  la Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles à l’heure où l’on marque son dixième anniversaire. Il a en outre détaillé un plan d’action que la France compte mettre en œuvre suite aux destructions de biens culturels en Iraq et en Syrie et appelé de ses vœux la création d’un fonds international dédié aux biens culturels en danger.

Le Président américain, Barack Obama, dans un message lu par Crystal Nix-Hines, Ambassadrice, Déléguée permanente des Etats-Unis auprès de l’UNESCO, a tenu à rendre hommage aux victimes des attentats de Paris en remerciant l’UNESCO «  pour son engagement indéfectible en faveur de la construction de la paix et de la tolérance dans le monde ». Il a encouragé l’Organisation à poursuivre son mandat en matière d’éducation à la citoyenneté mondiale et rappelé sa détermination à lutter contre l’extrémisme violent qui s’est traduite par l’organisation d’un Sommet mondial dans le cadre de la récente Assemblée générale des Nations Unies.

Marie-Louise Coleiro Preca, Présidente de la République de Malte a de son côté souligné le rôle clé de la culture et du dialogue interculturel pour les jeunes générations et pour les doter des outils nécessaires pour répondre aux à la violence et au rejet de l’autre. Elle a également insisté sur la pertinence du mandat de l’Organisation, soixante-dix ans après sa création. « L’UNESCO continue à jouer un rôle crucial en facilitant la création de réseaux de solidarité entre les communautés aux niveaux national, régional ou international et en offrant une compréhension des défis auxquels fait face l’humanité », a-t-elle déclaré.

Faisant écho à cette déclaration, le Président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a invité la communauté internationale à renforcer le soutien en faveur de l’Organisation. « Plus de temps et de ressources devraient être investis pour la culture de la paix. L’UNESCO dispose d’un mandat adapté, d’une véritable expérience et d’importants atouts comme l’éducation, la culture, le sport, la communication et la science pour agir en matière de prévention des conflits».

                                                          ****