La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste iraquien Raad Al Azzawi

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé le meurtre du journaliste de télévision Raad Al Azzawi par des extrémistes près de Tikrit, en Iraq, le 10 octobre.

« Je condamne fermement ce meurtre », a déclaré la Directrice générale. « Raad Al Azzawi était un professionnel dévoué qui rendait compte des événements qui se déroulaient dans la région. Dans toute société, cette fonction est importante. En période de conflit, lorsque les populations sont menacées et vivent dans un état ​​permanent d'incertitude, elle devient cruciale ».

« Les citoyens ont droit à l'information et les médias doivent être en mesure de la leur fournir. Les journalistes et les professionnels des médias doivent pouvoir exercer leur métier sans craindre pour leur vie », a ajouté Irina Bokova.

Raad Al Azzawi, qui travaillait pour la chaîne d’information locale Sama Salaheddine, a été exécuté en public par un groupe d'extrémistes radicaux, aux côtés de son frère et de deux autres civils, dans le village de Samra, à l'est de la ville de Tikrit. Retenu prisonnier pendant un mois par les extrémistes, Raad Al Azzawi a été tué parce qu’il refusait de travailler pour eux.

La Directrice générale publie des déclarations sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact medias: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0)1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».