La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste et militant libyen Tawfiq Faraj Ben Saud

- La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui la mort du journaliste et militant des droits de l’homme Tawfiq Faraj Ben Saud, abattu à Benghazi (Libye), le 19 septembre.

« Tawfiq Faraj Ben Saud n’était âgé que de 18 ans et il était déjà très impliqué à la fois dans son métier et dans la défense des droits de ses concitoyens », a déclaré la Directrice générale. « Je condamne fermement le meurtre de ce jeune homme et j’appelle les autorités à ne pas ménager leurs efforts pour traduire les responsables en justice ». 

« Sa mort prive le peuple libyen, en particulier la jeunesse libyenne, d’une personne qui s’employait à informer la population dans une période difficile, d’un ardent défenseur des droits de l’homme, notamment de la liberté d’expression, et d’une personne désireuse de construire un avenir meilleur pour son pays ». 

Tawfiq Faraj Ben Saud a été tué par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur sa voiture alors qu’il rentrait chez lui avec des amis. L’un d’entre eux a également été tué au cours de cette attaque.

Le jeune journaliste présentait un programme intitulé « Ishah bi Jawuha » (Vis ta vie) sur Lyniana Hits, une radio privée. Il était également l’un des fondateurs d’une organisation locale de défense des droits de l’homme, Al-Rhama (Mercy Foundation). 

                                                ***

Contact médias : Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».