La Directrice générale déplore l’assassinat du journaliste américain Steven Sotloff

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa vive émotion après l’assassinat de Steven Sotloff et demandé que tous les otages civils détenus par des groupes militants en Syrie soient immédiatement relâchés.

« Je condamne fermement l’exécution de Steven Sotloff », a déclaré la Directrice générale. « Steven Sotloff, comme James Foley tué dans des conditions aussi abjectes il y a deux semaines, était un homme courageux qui s’est employé en tant que journaliste à dire au monde ce qui se passait sur le terrain. Il est scandaleux que ces professionnels courageux motivés par le désir de comprendre comment les populations sont affectées par la guerre et d’en rendre compte soient l’objet de tels traitements inhumains ».

« Je présente mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Steven Sotloff. J’exhorte toutes les parties à libérer tous les autres otages ».

« J’appelle aussi tous les gouvernements à renforcer la sécurité des journalistes en  faisant en sorte que ceux qui sont à l’origine de telles violences rendent des comptes ».

Steven Sotloff, 31 ans, travaillait comme journaliste indépendant pour des magazines américains renommés tels que Time et Worlds Affairs. Il avait été kidnappé à Alep, en Syrie, au cours de l’été 2013.

La Directrice générale publie des déclarations sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».