La Directrice générale présente sa vision de l’après-2015 au G77 réuni à New York

DG-G-77-8x6_0.jpg

© UNESCO

Le 21 mai, Irina Bokova s’est exprimée devant une réunion du Groupe des 77 et la Chine au Siège de l’ONU, à New York.

À l’occasion de cette réunion accueillie par S. E. M. Sacha Sergio Llorentty Solíz, représentant permanent de l’État plurinational de Bolivie auprès de l’ONU et Président de la Section de New York du G77, la Directrice générale a pris la parole devant une assemblée d’une soixantaine de représentants permanents et représentants permanents adjoints auprès de l’Organisation des Nations Unies pour exposer la vision de l’UNESCO pour l’après-2015.  

« Notre tâche aujourd’hui est claire : nous devons concentrer nos efforts là où les besoins sont les plus grands, nous devons aider les pays à accélérer la marche vers 2015 et nous devons établir un nouveau programme pour la suite en nous appuyant sur nos réalisations et en relevant les nouveaux défis », a déclaré la Directrice générale.

« Nous devons également tirer les enseignements de l’expérience et l’un des principaux enseignements est sans conteste qu’un même modèle ne peut convenir à tous. » 

Sur ce constat, la Directrice générale a présenté la vision de l’UNESCO d’un programme de développement mondial pour l’après-2015 qui soit audacieux, universel et ambitieux afin d’œuvrer à l’élimination de la pauvreté, au développement durable et à une paix pérenne.  

Irina Bokova a évoqué la récente décision adoptée par les États membres à la 37e session de la Conférence générale, qui fixe des orientations claires à la contribution de l’UNESCO dans tous ses domaine de compétence – de l’éducation en passant par la culture pour le développement durable, sans oublier les sciences, l’océan, l’eau, la STI et le soutien à la jeunesse, ainsi que la liberté d’expression et l’accès à l’information pour une bonne gouvernance.  

« C’est une vision d’une nouvelle approche des efforts mondiaux en faveur de l’élimination de la pauvreté, du développement durable et d’une paix pérenne, et je suis déterminée à ce que l’UNESCO défende cette position dans chaque consultation et à chaque étape clé de la définition d’un programme pour l’après-2015 », a déclaré la Directrice générale. 

À cet égard, elle a souligné l’importance de la troisième Conférence internationale des petits États insulaires en développement, qui se réunira à Samoa en septembre prochain. Pour finir, la Directrice générale a remercié les pays du G77 pour leur leadership et leur implication dans tout le processus ainsi que pour leur soutien à l’UNESCO.  

Elle a exprimé sa hâte d’assister au 50e anniversaire du sommet du G77 qui sera célébré à Santa Cruz, en Bolivie, du 14 au 15 juin. « Ce sera une grande occasion de mettre en lumière la contribution des pays du G77 à la construction d’un monde plus juste, égalitaire et pacifique depuis un demi-siècle. »

La présentation de la Directrice générale a été chaudement accueillie par les représentants permanents et les représentants permanents adjoints, notamment concernant l’éducation, la culture au service du développement, les sciences et l’édification de sociétés du savoir. 

S. E. M. Sacha Sergio Llorentty Solíz, représentant permanent de l’État plurinational de Bolivie auprès de l’ONU et Président du Groupe des 77 a conclu la réunion en affirmant le plein soutien de tous les membres du G77 à l’action de l’UNESCO et leur appui aux États membres dans la définition du programme de développement pour l’après-2015.