La Directrice générale accompagne le Secrétaire général de l’ONU à Moscou

Les 9 et 10 mai 2015, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, s’est rendue en Fédération de Russie au sein de la délégation officielle de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, qui assistait aux commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la « grande guerre patriotique ».

À Moscou, la Directrice générale a accompagné M. Ban Ki-moon lors d’une réunion avec M. Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie. Avec plusieurs chefs d’État, elle a participé à une cérémonie conjointe au cours de laquelle elle a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu.

Le 10 mai, Mme Bokova a ouvert, en compagnie de Mme Olga Golodets, Vice-Première Ministre, et M. Vladimir Medinski, Ministre de la culture, la Conférence internationale intitulée « La culture mondiale comme ressource du développement durable », organisée à l’Académie russe des arts.

Dans son discours liminaire, la Directrice générale a rappelé que cette conférence se tenait dans le contexte du 70e anniversaire de l’UNESCO et a souligné le rôle essentiel que la culture joue « en tant que force liant les femmes et les hommes dans une seule et même humanité » et « en tant que moteur de créativité et d’innovation, en vue de favoriser le développement humain » et de « bâtir des sociétés résilientes ».

Le même jour, la Directrice générale a visité le Musée juif et centre de tolérance à Moscou. Accompagnée de M. Berl Lazer, grand rabbin de Russie, et de M. Alexander Boroda, Président de la Fédération des communautés juives de Russie et Directeur du Musée juif, Mme Bokova a profité d’une visite guidée de ce complexe pour informer ses hôtes de l’action de l’UNESCO en matière d’éducation relative à l’Holocauste et réaffirmer la détermination de l’Organisation à promouvoir la tolérance, le dialogue interculturel et le respect de la dignité humaine.

La Directrice générale a également visité le Centre international des Roerich, où elle a pu prendre connaissance de l’héritage de la famille Roerich, en particulier en ce qui concerne la protection du patrimoine culturel pendant les conflits armés, dont le Pacte Roerich de 1935 est un symbole.